Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. // Amitié franco-belge

Pourquoi la Ligue 1 s'intéresse autant à la Pro League belge

En Ligue 1, le championnat belge est de plus en plus à la mode. À l’image de la plus-value réalisée par le LOSC avec Victor Osimhen, les clubs français y font quelques emplettes fructueuses. Mais surtout, ils peuvent y acheter des clubs sans se ruiner.

Modififié
Malgré une petite rivalité née de la demi-finale du Mondial 2018, la France et la Belgique semblent de plus en plus connectées sur la planète football. Mieux : le football français ne semble pas insensible aux charmes de son homologue belge. Dernier mariage en date : celui du Royal Excel Mouscron avec le LOSC. Officialisé le 18 juillet par Gérard Lopez en marge d’une rencontre amicale entre les deux clubs, ce rachat des Belges par le président lillois était dans les tuyaux depuis plusieurs mois. En conférence de presse, il n’a pas caché qu’il s’agissait avant tout d’un mariage de raison : « Mouscron nous permet de mettre à disposition du club des joueurs d'un certain niveau et c'est ce qui intéresse le LOSC. En parallèle, j'aimerais que Mouscron devienne la plateforme en Belgique qui permet d'attirer des jeunes joueurs belges. »


Après le rachat du Cercle de Bruges par Monaco en 2016, celui du RFC Seraing par Metz en 2013 et les rumeurs sur un potentiel rachat par le PSG d’un club belge, la Ligue 1 n’en est pas à son coup d’essai. Mais cette fois, Gérard Lopez a promis : il ne s’agira pas d’un club satellite. Même si ça y ressemble drôlement.

Pas une première pour le LOSC


Dans l’éternelle spirale footballistique de la performance et des bons coups financiers, les avantages à tirer d’un club satellite sont très nombreux. Et peu coûteux. Comptez cinq millions d’euros seulement pour le rachat de Mouscron, à en croire les chiffres fournis par l’AFP. À titre de comparaison, le récent rachat du TFC aurait atteint les 20 millions d’euros, malgré la relégation du Tef en Ligue 2. Directeur général du LOSC de 2009 à 2015, Frédéric Paquet était en poste quand Lille a acheté Mouscron pour la première fois en 2012. Et d’après lui, le prix d’achat ne justifie pas à lui seul l’attrait pour les clubs belges. « Ce n’est pas le plus important. Ce qui est coûteux dans un club, ce n’est pas uniquement son prix initial, c’est également sur la durée que cela se mesure » , nuance celui qui a également été directeur général de Saint-Étienne de 2018 à 2019.



À l’époque de cet achat, le LOSC est alors le seul club de France à posséder un club satellite belge. La tentation était trop grande : Lille et Mouscron ne sont séparées que d’une vingtaine de kilomètres. « On pouvait s’y rendre en une quinzaine de minutes en voiture » , explique Frédéric Paquet, qui ne cache pas que le vivier de joueurs locaux est une raison de plus d’investir au pays des Diables rouges. Malheureusement pour les Nordistes, les Dogues revendent Mouscron en 2015. « Je pense que ce rachat était une bonne chose pour le LOSC. Mais nous avons arrêté ce partenariat parce que Marc Coucke [alors actionnaire majoritaire du KV Ostende] est devenu actionnaire de Lille en 2014. Et il ne voulait pas posséder un club concurrent au sien dans le championnat belge. »

« Un moyen d’avoir une équipe intermédiaire entre le CFA et l’équipe une »


À l’époque du premier achat de l’Excel par le LOSC, Lille joue le haut de tableau après son sacre de champion de France de 2011. « Nous ne pouvions pas nous permettre de perdre trop de points, nous avions donc des difficultés pour intégrer des jeunes. Un club satellite, c’est un moyen d’avoir une équipe intermédiaire entre le CFA et l’équipe une » , décrypte Frédéric Paquet. Et puis posséder un club vers qui envoyer ses pépites pour qu’elles s’aguerrissent, c’est mieux que de les prêter. « On n’a pas l’assurance que les jeunes vont jouer quand ils sont prêtés. » Et comme il n’existe pas de championnat pour les réserves des clubs de Ligue 1, les équipes françaises se tournent vers la Belgique. Un plan parfait pour des clubs comme Lille et Monaco qui cherchent à augmenter la valeur de leurs joueurs pour mieux les vendre quelques années plus tard.

Autre avantage non négligeable : la législation. Et comme souvent, elle est plus souple ailleurs. Les clubs français sont limités à quatre joueurs extracommunautaires ? Pas en Belgique, où cette limite n’existe pas. La plus-value de revente d'un club ? Elle n'est soumise à aucune taxe chez Hazard et les siens. Et nos voisins ont encore un petit avantage sur nombre d’autres championnats européens : le plus souvent, ils parlent français. « La proximité géographique et la langue, ça permet des économies d’échelle » , analyse Luc Arrondel, directeur de recherche au CNRS et auteur de L'Argent du football.



De manière générale et comme souvent dans le football, ces achats de clubs belges sont motivés par un raisonnement financier. « La logique économique est assez claire. Ça peut être une intégration horizontale, comme pour Manchester City, à la tête d’une véritable multinationale. Dans le cas de Lille ou de Monaco, c’est davantage une intégration verticale. On y place des jeunes joueurs pour parfaire leur formation » , résume Luc Arrondel. Et les Français ne sont pas les seuls à frapper à la porte de leurs voisins. En 2017, Leicester a ainsi misé sur l’Oud-Heverlee Louvain, passé de la deuxième division à la Pro League depuis cette acquisition. Le phénomène se banalise de plus en plus. De sorte que si une équipe d’un championnat majeur n'a pas un club satellite belge dans 50 ans, c'est qu'elle a raté sa vie.

Ambitions sportives limitées


Dans ces (avantageuses) conditions, un club acheteur peut espérer s’en tirer à moindre frais. Le club racheté, lui, est condamné à vivre dans l’ombre de son grand frère. Pour une équipe belge rachetée, le projet sportif devient simple : permettre l’éclosion de joueurs qui auront vocation à revenir en Ligue 1 ou à être vendus. Si une année, les joueurs prêtés sont bons, un club englué dans les bas-fonds de la première ou deuxième division peut en tirer quelques avantages. Mais à terme, impossible de casser le plafond de verre et d’être plus qu’une succursale. Et quand les joueurs prêtés ne sont pas au niveau, le club court droit vers la descente.


Les mariages franco-belges ne finissent pas toujours mal, en général. « C’est une situation compliquée à gérer pour les clubs satellites. À partir du moment où il y a beaucoup de mouvements de joueurs, c’est forcément dommageable sur le plan sportif » , explique Luc Arrondel. Depuis que Bernard Serin, le président messin, a mis la main sur le RFC Seraing, le club belge est passé de la deuxième à la troisième division du pays. Pour le Cercle de Bruges, entrer dans le giron de l’ASM semble un peu plus positif. Le club brugeois est monté, puis s’est stabilisé en Pro League. Certain que le LOSC a beaucoup apporté à Mouscron, Frédéric Paquet ne mâche pas ses mots quand il s’agit d’évoquer les retombées de la « satellisation » : « Ce n’est que grâce au travail qu’on a fait que le club a pu accéder à la Pro League. Et si ce rachat a pu se faire, c’est que c’était une bouée de sauvetage pour eux. » Quelques semaines à peine après avoir mis à nouveau le grappin sur Mouscron, près de dix Lillois ont déjà rejoint le club « frère » . Peut-être que la Pro League a beaucoup à gagner à faire de ses clubs des satellites de l’Hexagone. Peut-être bien que non. Mais il y a fort à parier que les supporters du Plat Pays espèrent mieux pour leur championnat qu’une transformation en couveuse de la « Ligue des talents » .

Par Vincent Bresson
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:09 L'ONU pointe du doigt le transfert de Kwang-song de la Juve au Qatar 55 Hier à 11:58 Plus que 2 jours pour voir la collection de tirages So Foot de septembre !
Hier à 11:08 Kevin-Prince Boateng se relance à Monza 12 Hier à 10:58 Des U18 attaqués par une bande armée lors d’un match à Reims 132