Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Étoile rouge de Belgrade

Pourquoi l'Étoile rouge de Belgrade va bousculer le PSG

Hôtes du Parc des Princes ce mercredi soir (18h55), les Serbes de l’Étoile rouge de Belgrade ont la ferme intention de bousculer des Parisiens sûrs de leur force. Avec quelques arguments en leur faveur.

Modififié

Parce que l'Étoile rouge n'a absolument pas peur du PSG


Confortée par son premier match solide face au Napoli (0-0), l'Étoile rouge compte bien jouer les trouble-fête au Parc des Princes. D'autant qu'à l'heure actuelle, le club possède un point de plus que son adversaire du soir et entend bien laisser le PSG dans son rétroviseur. Alors pour Vladan Milojević, l'entraîneur de cette Étoile qui ne demande qu'à briller, le mot d'ordre est plutôt à l'offensive : « Nous avons montré face à Naples que nous ne serions pas une proie facile. Même si le PSG et Liverpool sont les favoris du groupe, le football reste imprévisible. Nous avons un plan que nous avons préparé pour demain, mais nous verrons dans quelle partie nous allons essayer de le mettre en œuvre. » L'Étoile de la mort.


Parce que El Fardou Ben Nabouhane connaît le Paris Saint-Germain


Recruté 500 000 euros à l’Olympiakos en janvier 2018, El Fardou Ben Nabouhane a dû attendre son quatrième match pour débloquer son compteur – comme un certain Cristiano Ronaldo avec la Juventus – et ainsi se mettre les supporters de l’Étoile rouge dans la poche. Il faut dire que pour l’attaquant comorien aussi les buts sont comme le ketchup et il l’a vite prouvé en claquant dans la foulée onze buts en quatorze matchs de championnat. À cela, il faut ajouter six pions dans les tours préliminaires de Ligue des champions, dont un doublé en deux minutes pour permettre au club serbe de passer l’obstacle du Red Bull Salzbourg et de se qualifier pour la phase de groupes. Et si El Fardou Ben Nabouhane est resté muet face au Napoli, il compte bien se rattraper au Parc des Princes face au Paris Saint-Germain. Un club qu’il connaît bien puisque avant de faire lever le Marakana, El Fardou Ben Nabouhane était un espoir du Havre, avec qui il a disputé cinq bouts de matchs de Ligue 1. Ses premières minutes dans l'élite du foot français se sont déroulées le 15 novembre 2008, lors d'une défaite face au PSG (1-3). Ce soir-là, l'attaquant aujourd'hui âgé de 29 ans remplaçait Kévin Anin. Bon, c’était le PSG de Sammy Traoré, Ceará et Jérémy Clément, mais nul doute qu’il avait pris le temps de donner rendez-vous à Zoumana Camara dans dix ans.



Parce qu'elle a déjà remporté la Ligue des champions


Si le PSG n'est jamais parvenu à faire mieux que sa demi-finale en 1995, l'Étoile rouge a elle déjà réussie à choper la couronne finale. Quatre ans avant Paris, devant les 56 000 spectateurs du stadio San Nicola de Bari, les coéquipiers de Siniša Mihajlović mettent fin au rêve de l'Olympique de Marseille lors d'une séance de tirs au but terrible qui voit Manuel Amoros échouer face à Stevan Stojanović. Un soir où pas mal de Parisiens, contrairement à ce mercredi, ont pu fêter comme il se doit la victoire de l'Étoile rouge.



Parce qu'elle attend ça depuis trop longtemps


Vainqueur de la C1 en 1991, l’Étoile rouge a atteint l’année suivante la phase de groupes de ce qui s’appelait encore la Coupe des clubs champions européens. Depuis, plus rien, ou presque : la faute notamment à l’éclatement de la Yougoslavie et les sanctions des Nations unies qui ont empêché les clubs serbes de disputer la C1 jusqu’en 1997. Chahuté par son rival du Partizan en championnat (seize titres depuis 1993 contre neuf pour l’Étoile rouge), le Red Star de Belgrade n’a jamais su saisir ses quelques occasions de se qualifier pour les poules, échouant à six reprises au troisième tour préliminaire face à des grosses écuries comme le Bayer Leverkusen et l'AC Milan et des équipes moins huppées comme le Dynamo Kiev ou Ludogorets. Alors maintenant que l’obstacle des qualifications est passé, Belgrade ne compte pas faire juste de la figuration pour sa première en phase de groupes depuis la nouvelle formule de la Ligue des champions. Parce que les étoiles filantes, c'est de la merde.

Par Andrea Chazy et Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11