Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. // Championship
  2. // Barrages
  3. // Brentford-Fulham

Pourquoi il faut regarder Brentford-Fulham

Brentford-Fulham. Telle est l'affiche du barrage d'accession à la Premier League. Voilà cinq bonnes raisons de s'intéresser au combat.

Modififié

Pour le pouvoir offensif de Brentford


Depuis quelques mois, l'Angleterre du foot se paluche sur Marcelo Bielsa. À raison, tant le spectacle proposé par Leeds a fait plaisir à voir tout au long de la saison. Reste que la meilleure attaque de Championship n'est pas celle des Peacocks, mais bien celle de Brentford, qui a planté 83 pions depuis l'été dernier grâce notamment à sa "BMW" : Ollie Watkins (26 buts), Saïd Benrahma (17 buts) et Bryan Mbeumo (16 buts). Mercredi dernier, c'est encore cette triplette qui a porté les Bees lors de la demi-finale retour des play-offs face à Swansea (3-1), Watkins et Mbeumo trompant Mudler alors que Benhrama a été passeur décisif pour Emiliano Marcondes. À Wembley, mardi soir, c'est évidemment eux qui représenteront la menace principale pour Fulham.

Vidéo


Pour le duel Watkins-Mitrović


Ils n'ont pasencore réussi à se départager, ils pourraient en avoir la possibilité lors de cette passionnante finale. Avec 26 pions chacun, Ollie Watkins et Aleksandar Mitrović ont marché sur le Championship, leur premier poursuivant, Lewis Grabban (Nottingham Forest) étant scotché à 20 buts. Watkins, encore peu connu en dehors d'Angleterre et qui vit la troisième saison en deuxième division de sa carrière, a atteint ce pallier en disputant tous les matchs de championnat avec Brentford (4310 minutes avalées cette saison), en n'étant remplacé qu'à deux reprises et en claquant un pion en demi-finales de barrages. Mitrović, lui, n'est plus à présenter et a confirmé son statut de gâchette. Mieux, le Serbe a tapé les 26 pions en jouant moins que Watkins et a été d'un réalisme froid tout au long de l'exercice. Énorme combat de strikers à l'horizon, donc.




Pour voir des Français sourire (ou pleurer)


Côté Fulham, on en compte trois : Maxime Le Marchand, arrivé de Nice en 2018, Aboubakar Kamara et Anthony Knockaert, auxquels on peut aussi ajouter l'international congolais, Neeskens Kebano, formé au PSG. Quatre types qui ont connu des fortunes diverses cette saison, Le Marchand ne goûtant qu'à trois titularisations là où Knockaert et Kamara, eux, ont confirmé leur statut de référence du championnat. Kebano, de son côté, a souvent été utilisé dans la rotation mais vient surtout de planter deux fois face à Cardiff lors des demi-finales de playoffs.

Vidéo

Mardi soir, la bande croisera sur sa route trois autres visages connus : Julian Janvier, arrivé de Reims à l'été 2018, Saïd Benrahma, homme-clé de Brentford et notamment auteur d'un second exercice anglais XXL (17 buts, 10 passes décisives), et Bryan Mbeumo, lui aussi en chaleur cette saison (seize buts, 8 passes décisives) et qui a parfaitement justifié les 6,5 millions d'euros lâchés par Brentford à Troyes. Attention, il y aura forcément des déçus.


Pour découvrir deux entraîneurs prometteurs


L'un est connu pour son passé de footballeur, l'autre est encore un anonyme. D'abord dans l'ombre de Slaviša Jokanović et Claudio Ranieri, la légende Scott Parker n'a pas encore eu le temps de prouver en Premier League que le coach qu'il est devenu est à la hauteur du joueur qu'il était. Car lorsqu'il a récupéré Fulham en février 2019, l'équipe était déjà enfoncée dans les méandres de la zone rouge. N'empêche que son employeur lui a maintenu sa confiance, et que le pari est tout près d'être gagné.



Thomas Frank, lui, a surtout exercé au Danemark. Avec les jeunes de la sélection, puis à Brøndby. Avant de rejoindre l'Angleterre et Brentford en 2016, d'abord en tant qu'adjoint. Depuis 2018, c'est le costume de technicien principal qu'il endosse. Les débuts ont été difficiles, mais le chef a ensuite convaincu, n'hésitant pas à démontrer sa force de caractère à plusieurs reprises.


Pour le suspense


Bonne chance aux pronostiqueurs. Car en général, la tension et l'incertitude sont au rendez-vous lors des finales d'accession à la Premier League. La preuve : depuis 2007, seules deux bastons se sont achevées sur plus d'un but d'écart ! C'était en 2015, avec une victoire de Norwich sur Middlesbrough (2-0), et en 2011, Swansea venant à bout de Reading (4-2). Oubliez donc les promenades de santé, ou autres raclées : comme l'année dernière et le 2-1 d'Aston Villa contre Derby County, ce Brentford-Fulham devrait s'avérer très chaud.

Vidéo

Un an plus tôt, les mêmes Villans s'étaient fait avoir sur la plus courte des marges par... Fulham. 1-0, soit le score des barrages en 2015 (Hull-Sheffield), en 2014 (Queens Park Rangers-Derby County), en 2013 (Crystal Palace-Watford, avec un but durant la prolongation), en 2009 (Burnley-Sheffield), en 2008 (Bristol-Hull) et en 2007 (Derby County-West Bromwich Albion). Les tirs au but se sont carrément immiscés en 2017 (en faveur d'Huddersfield, suivant un 0-0 contre Reading), alors que West Ham a dû patienter jusqu'à la 87e pour faire la différence devant Blackpool en 2012 (2-1). Un Blackpool qui avait fait chialer le pauvre Reading en 2010, dans une forêt de buts (3-2). Que le stress augmente !

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 12:09 L'ONU pointe du doigt le transfert de Kwang-song de la Juve au Qatar 55 Hier à 11:58 Plus que 2 jours pour voir la collection de tirages So Foot de septembre !
Hier à 11:08 Kevin-Prince Boateng se relance à Monza 12 Hier à 10:58 Des U18 attaqués par une bande armée lors d’un match à Reims 132