Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Reims-Lyon

Pourquoi Bertrand Traoré sera l’homme fort de l’OL à la reprise

Et si 2020 était l’année de Berto ? Auteur d’un doublé en milieu de semaine en Coupe de la Ligue contre Toulouse (4-1), le Burkinabé est l'un des rares attaquants aptes de l’Olympique lyonnais. Malgré les énormes doutes et critiques planant autour de son niveau, il pourrait bien profiter des prochaines semaines pour renverser la vapeur. Voici pourquoi.

  • Parce qu’il a les épaules pour prendre le relais de Memphis Depay

  • Memphis Depay, out. Jeff Reine-Adélaïde, out. Autant d'absences préjudiciables pour l'OL, mais qui dégagent quelques horizons sur le front de l'attaque. Si Maxwel Cornet a été testé au poste d’arrière gauche par Rudi Garcia contre Toulouse - pour un remake de l’opération Bouna Sarr ? - et que Martin Terrier aura aussi sa carte à jouer autour de Moussa Dembélé, c'est Bertrand Traoré qui pourrait en être le grand gagnant. Pour beaucoup, devoir compter sur un attaquant qui n’a marqué aucun but en Ligue 1 après 24 tirs n’a rien de rassurant. Certains, comme Raymond Domenech, n’hésitent pas à le qualifier de « touriste » qui « fait illusion dans le travail défensif » et « perd presque tous les ballons qu'il reçoit » . Le réquisitoire de l’ancien sélectionneur semble pourtant biaisé : si Berto traversait jusqu’ici une mauvaise période, il faut se rappeler que le garçon est le dernier survivant d'un quatuor Memphis-Mariano-Fekir-Traoré qui avait fait belle impression il y a deux saisons et qu'avec 19 buts, il était le Lyonnais le plus décisif de l’année 2018.


    Alors que Rudi Garcia avait replacé le Néerlandais dans l’axe en soutien de Moussa Dembélé, il pourrait trouver en Bertrand Traoré son remplaçant idéal et sans avoir à se préoccuper du mercato hivernal. « Bertrand est un attaquant axial, il a été formé comme ça. Il l'a été à Chelsea, au Vitesse Arnhem et est allé à l'Ajax pour ça avant de passer sur un côté, soulignait David, son grand frère et agent, dans les colonnes de France Football. Il est capable de bonifier les autres, mais on ne peut pas lui reprocher d'être gaucher et d'être à droite. [...] On a dit qu'il ne défendait pas assez. Et quand il le fait, on dit qu'il n'attaque pas assez. [...] Je trouve qu'on passe beaucoup de choses à certains joueurs et à d'autres non. » Alors, filons-lui enfin les clés du camtard !


  • Parce que ses détracteurs sont occupés à autre chose

  • Entrer en cours de jeu à domicile (5 fois cette saison) implique deux choses pour Bertrand Traoré : savoir qu’il a perdu cette saison sa place de titulaire et devoir essuyer les huées de son propre public. Mais si le Burkinabé peut exaspérer par sa maladresse chronique, il n’est pas du genre à s’en offusquer et peut même entendre les critiques quand elles sont destinées au collectif. « Je comprends le mécontentement du public, lâchait-il au micro de Canal + après un triste 0-0 contre Dijon au Groupama Stadium. C’est à nous de pousser, de travailler encore plus et de revenir à notre meilleur niveau pour prendre des points. » Preuve d’une certaine lucidité et qu’il ne fuit pas ses responsabilités, à l’inverse de son coéquipier Marcelo, plus que jamais dans le viseur des supporters les plus virulents.


    Bertrand, lui, continue de jouer et cherche à inverser la tendance sur le terrain, comme lors de son entrée en jeu contre le Benfica. Quelques minutes après les sifflets, le voilà qui scellait la victoire et inscrivait son premier but depuis le mois d’avril. « Dans notre vestiaire, il est un joueur cadre, reconnaissait Lucas Tousart. Ça fait un moment qu’il est là (depuis l’été 2017, N.D.L.R.). Il est pris à partie par le public certaines fois. Nous, on trouve juste le moyen de le soutenir dans ces moments-là. On est tous des compétiteurs, on sait tous qu’on peut connaître des périodes un peu moins bien. Le fait qu’il marque ce soir, on va dire que ça nous a tous fait du bien et à lui aussi. » Une manière de suivre l’exemple de Maxwel Cornet, autre bouc émissaire qui a déjà enlevé quelques épines des pieds lyonnais. Il ne faudra donc pas s’étonner quand Traoré ira marquer le but de la qualif à Turin...




  • Parce qu’il est un surdoué et un joueur de caractère

  • Pour parler de son Étalon, l’ex-sélectionneur du Burkina Faso Paulo Duarte avait ces mots dans L’Équipe : « C’est le prochain meilleur joueur d’Afrique. Il a un pied gauche formidable, ses contrôles orientés lui permettent d’éliminer ses adversaires sur une touche et il est très bon dans le un-contre-un. Il va émerveiller les stades de France. » Deux ans et demi après son arrivée à l'OL, Bertrand peine à confirmer. Mais le « petit » , qui avait intégré la sélection à 16 ans, ne fait pas face à son premier défi. Dernier fils d'Isaïe, légende du RC Bobo-Dioulasso, décédé un mois après sa naissance, et d’Aminata, joueuse internationale, il en a déjà bavé dans le froid de Bourgogne, lorsqu'il avait rejoint son frère Alain à Auxerre.


    «  Bertrand, c’est un homme de défi, témoignait Alain Traoré en 2017 pour RFI. À chaque fois, personne ne l’attendait. Que ce soit à Vitesse Arnhem aux Pays-Bas ou à l’Ajax Amsterdam. C’est un bosseur et j’ai toujours cru qu’il y arriverait. Parfois des gens pensent que je ne suis pas objectif, mais il a des qualités ! » Dont une grande force de caractère, inculquée par un certain José Mourinho à Chelsea. « Je lui dois beaucoup, expliquait Bertrand au Telegraph. C’est lui qui m’a repéré quand j’avais 17 ans, qui m’a donné l’opportunité de me montrer et qui m’a fait signer pro. Ce qu’il m’a appris ? Tout ce qui est en rapport avec le terrain. Il ne s’agit pas juste de manier un ballon et de faire ce qu’on peut, il s’agit d’avoir du caractère du début à la fin d’un match, en revenant défendre comme en attaquant. » Pour Bertrand, il est temps de mettre en application les leçons du Mou.



  • Parce que Rudi Garcia lui a déjà sonné les cloches

  • À son arrivée à Lyon, Rudi Garcia avait identifié un chantier : retaper le Burkinabé. L'un de ses premiers choix forts fut de l'écarter du groupe contre Metz à cause de son faible rendement. L’entraîneur justifiait ensuite cette décision : « C’est l’un des meilleurs joueurs de l’effectif. Il nous a fait tellement de misère quand je jouais contre lui que j’attendais plus de lui. Il a bien reçu le message. Sur la semaine, je pense que c’était le meilleur joueur à l’entraînement. » Si le déclic n’a pas été immédiat, ce discours a au moins eu le mérite de montrer à Traoré que, avec plus d’investissement, ses qualités pouvaient plaire à Garcia.


    Dans les faits, l'ancien de l'Ajax est actuellement le 12e, voire 13e homme, dans la rotation. Certes, son manque d'efficacité peut être un souci en tant que deuxième lame, chargée de faire la différence quand le match est déjà bien avancé, mais on ne peut lui faire incomber la responsabilité des mauvais résultats cette saison. Et aujourd'hui, s'il arrive à ajouter à sa supposée fraîcheur un poil de confiance, c'est à un Traoré nouveau que l'on peut avoir affaire dans les prochaines semaines.



    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



    Dans cet article


    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi

    il y a 1 heure En Pologne, Milik maintient son restaurant ouvert pour le personnel de santé 2