Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018

Pour gagner le Mondial, mieux vaut avancer masqué

La France, le Brésil et l’Uruguay n’ont pas particulièrement brillé au premier tour du Mondial russe. Ce qui ne les empêche pas d’être de solides prétendants au titre à l’aube des quarts de finale. Car une Coupe du monde se gagne souvent crescendo.

Modififié
Qui va remporter la Coupe du monde 2018 ? En dominant son sujet d’entrée contre le Portugal champion d’Europe en titre, l’Espagne a confirmé son statut de favori lors de la première journée de la phase de poules. Mais la Roja a sauté dès les huitièmes de finale. Enthousiasmant, flamboyant, convaincant face à l’Allemagne et la Corée du Sud, le Mexique s’affirmait comme un candidat au titre. Mais El Tri a sauté dès les huitièmes de finale. Après avoir explosé l’Argentine, la Croatie faisait peur à toute la France si d’aventure elle devait croiser les Bleus en huitièmes. Résultat : les Vatreni sont passés péniblement aux tirs au but contre les Danois. D'ailleurs, il y a deux ans, l’aventure des Croates s’était arrêtée brutalement en huitièmes de l’Euro après un magnifique premier tour.

« Une défaite au premier tour peut aider »

Le meilleur exemple d’équipe reine du premier tour qui prend la porte plus tôt que prévu reste sans doute le Brésil « solaire » d’Eder, Junior, Sócrates, Zico et Falcao. Au Mundial espagnol de 1982, la Seleção déboîte l’URSS de Lobanovski, l’Écosse, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine. Au total : treize buts en quatre matchs. Rien ne peut lui arriver face à l’Italie... Et pourtant, dans ce match aux contours de quarts de finale, Gentile neutralise Zico. Le Brésil magnifique de Telê Santana se fait cueillir par une Nazionale... qui n’avait pas gagné un seul match au cours du premier tour (trois matchs nuls) et qui allait finalement soulever la coupe en battant la RFA en finale. La preuve que réussir son premier tour n’est pas gage de réussite pour la suite du tournoi... Et vice versa.

L’Allemagne de l’Ouest en 1974, l’Argentine en 1978 et l’Espagne en 2010 ont un point commun : avoir perdu un match au premier tour avant de remporter le tournoi. « En 1974, on était assez faibles au début, rembobine le champion du monde Dieter Herzog (SO FOOT #157). La défaite contre la RDA est arrivée à point nommé, car elle nous a permis de remettre beaucoup de choses en place dans l’équipe. On était ensuite plus stables, et on a bien joué jusqu’à la finale. » Titré quarante ans plus tard avec la Nationalmannschaft, Per Mertesacker va même plus loin : « Une défaite au premier tour peut aider, parce que les attentes sont alors un chouïa moins élevées. »

Montée en puissance

Les attentes élevées, l'effervescence, bref, la pression, voilà justement l'un des facteurs qui pourraient expliquer pourquoi le tenant du titre ne parvient plus à faire le doublé depuis le Brésil 1958-1962. Pire, quatre des cinq derniers champions du monde ont pris la porte dès le premier tour au moment de remettre leur titre en jeu. Bixente Lizarazu a vécu le sacre et la chute des Bleus. Il rappelle qu'en 1998, « le public a commencé à y croire quand on a battu le Paraguay » . Au contraire, en 2002, Adidas avait déjà cousu la deuxième étoile sur le maillot des Bleus avant la compétition...


En 2018, le Brésil de Tite n’a ni la beauté, ni les succès de celui de 1982, ni les attentes de celui de 2014. Tenu en échec par la Suisse, la bande à Thiago Silva a galéré pour venir à bout du Costa Rica. Mais ses victoires contre la Serbie – lors du troisième match de poules – et le Mexique – en huitièmes – laissent entrevoir une montée en puissance. À l’instar de la trajectoire de l’Uruguay et des Bleus. Trois sélections qui pourraient finalement aller chercher la Coupe du monde le 15 juillet prochain au terme d'un mois crescendo.

Par Florian Lefèvre Propos tirés de l'article « Les 10 commandements pour gagner la Coupe du monde » du SO FOOT #157
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo

Dans cet article


Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 22

Le Kiosque SO PRESS