Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Amical
  3. // France-Finlande (0-2)

Pogba-Nzonzi, trouble pivot

Battue à domicile pour la première fois depuis mars 2018, l’équipe de France a notamment été percée à plusieurs reprises dans le cœur du jeu mercredi soir, où Paul Pogba et Steven Nzonzi ont bu la tasse.

Modififié
Ce devait être un soir pour faire tourner, plus que pour se faire retourner. Ce France-Finlande, déposé au milieu d’un calendrier surchargé, un soir de confinement et au bout d’un jour férié, avait pour objectif de mettre les Bleus sur un tremplin avant de défier le Portugal samedi, tout en évitant de griller les organismes des cadres. Rien de plus. Puis, la tache : mercredi soir, à Saint-Denis, l’équipe de France a subi sa première défaite depuis un an et demi et a été battue à domicile pour la première fois depuis le mois de mars 2018 au terme d'un match pour rien, mais aussi un match de trop dans l'agenda. Que dire ? D’abord, que, malgré vingt premières minutes intéressantes lors desquelles Marcus Thuram a notamment croqué deux occasions d’accompagner son dépucelage international d’un premier but, les Bleus, sans jus, sont passés complètement à côté de leur sujet et n’ont jamais su imposer le rythme nécessaire à un tel rendez-vous. Ensuite, que les remplaçants français n’ont pas répondu présents et qu’aucun des titulaires du soir, excepté Digne et Thuram, n’a réussi à planter une micro graine de doute dans le crâne de Didier Deschamps. C’est le principal enseignement du soir pour le sélectionneur, et peut-être le plus important à quelques mois de l’Euro : si l’équipe de France possède un onze largement capable de regarder les autres nations européennes dans les yeux, Deschamps n’a pas, aujourd’hui, énormément de cartouches fiables au sein de son groupe pour bousculer des titulaires en méforme.


Parmi ces derniers, un cas ressort : celui de Paul Pogba, défendu lundi par le sélectionneur ( « Il a besoin de retrouver le rythme. On ne peut pas dire qu’il soit épanoui dans ce qu’il fait en club. Mais avec moi, il n’y a pas ce souci. Quand un joueur est dans l’inconfort en club, évidemment, il est heureux de jouer en équipe de France. Comme je le connais très bien, ça ira dans un sens positif » ) et titularisé mercredi soir. Pour le meilleur ? Non, pour le pire, tant le milieu de Manchester United a semblé hors du coup techniquement et physiquement, laissant l’entrejeu français prendre l’eau comme rarement. La preuve : les deux buts finlandais ont fait suite à des pertes de balle françaises (une de Sissoko, une autre de Ben Yedder), sur lesquelles le repli a été incroyablement passif et le filet de sécurité défensif inexistant. Pogba n'est pas seul responsable, Steven Nzonzi y est aussi pour quelque chose, lui qui n'a jamais empêché Valakari d'armer sur le second but.

« On a été en dessous »


Si le double pivot Pogba-Nzonzi pouvait faire tiquer au moment de la distribution des feuilles de match, sans parler du choix d'installer un profil comme celui de Moussa Sissoko côté droit, il a aussi fait tiquer en action : pas d’intensité, pas de rythme, plusieurs séquences où les deux joueurs favorisent la marche à la course... Face à ce spectacle, plusieurs questions peuvent se poser. La première : combien de temps Didier Deschamps peut-il faire confiance à un joueur comme Pogba, solaire au Mondial 2018, mais qui touche le fond du trou sur le plan psychologique depuis plusieurs mois, sans le remettre un minimum en question ? Réponse du sélectionneur après la rencontre : « Ce match devait lui servir pour se remettre dans le rythme. Ce n’est pas en claquant des doigts qu’on peut balayer tout ce qu’il se passe. Il y a aussi un impact psychologique. Et quand ça tombe dans un match où on est moins bien, que l’adversaire est bien, forcément, ça fait ressortir ses difficultés... » La seconde : la France ne possède-t-elle pas dans son vivier des joueurs davantage capables de bousculer la hiérarchie et d’apporter dans le groupe plus d’audace que la maîtrise extrême d’un Nzonzi, trop timide et trop neutre dans ses transmissions ?


Si, bien sûr, il y en a. On pense à Jordan Veretout, Benjamin André, Téji Savanier, Tanguy Ndombele, des joueurs qui auraient pu avoir leur place sur cette fenêtre, alors que Deschamps effectue des derniers tests. Ce sera peut-être pour mars, après avoir tiré quelques leçons, plus individuelles que collectives, de cet amical où l’équipe de France, bien que globalement dominatrice, a manqué d’agressivité et de justesse technique. Comme face à la Colombie en mars 2018, on va miser sur une simple « panne de courant » . Mercredi soir, Didier Deschamps n'a pas mâché ses mots : « On a été en dessous de ce que j'attendais. Tout ce qui est générosité, engagement, duels, ils ont mis en face ce qu'il fallait. Nous, pas suffisamment, même si ça ne nous a pas empêchés de faire un bon début de match. On prend des buts évitables comme souvent, et après, c'est donner confiance à l'adversaire avec un bloc bas. (...) On a pris une bonne gifle, je ne vais pas trop m'attarder dessus, c'est factuel. Le résultat est logique. On a pris une bonne leçon. Parfois, ça ne fait pas de mal. » Rendez-vous samedi, au Portugal, pour en mesurer les conséquences.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 16:00 Suspendu pour avoir touché... un pénis 18
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:00 Valencia poursuit sa carrière au Mexique 7 Hier à 09:30 Al Ahly s’offre une neuvième C1 africaine 11