Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Musique
  3. // Interview

Pihpoh : « À Bonal, je lançais "Comme un Roc" de Nâdiya »

Né à Belfort, en Franche-Comté, c’est tout naturellement que le rappeur Pihpoh, la trentaine et trois albums au compteur (dont le dernier, Par vagues, est sorti en octobre dernier), évoque le FC Sochaux. Et Auguste-Bonal. Un stade où il a passé du Nâdiya dans les enceintes. Rien que ça.

Modififié
Quel est ton rapport au foot ?
J’ai un grand frère qui n'était pas mauvais en foot, il était même en sport étude à Belfort au collège et au lycée. D’ailleurs, son coach était l’actuel entraîneur de l’équipe de Belfort qui joue en National, Maurice Goldman, que j’ai moi aussi eu en prof d’EPS. Du coup, comme c’était un grand fan de foot, je jouais tout le temps avec lui dès qu’un ballon traînait. Et forcément, c’est lui qui m’a mis mes premiers petits ponts. Finalement, c’est grâce à lui que je me suis intéressé au foot et que j’ai commencé à aimer ça. Ce sport a longtemps été au sein des discussions à la maison. Aujourd’hui, je continue à suivre un peu le foot, surtout les gros matchs, quand je suis avec mes potes, car à ce niveau-là aussi, j’ai toujours été entouré de fanatiques de foot, comme Malik mon ancien bassiste, grâce à qui je suis toujours au courant des derniers résultats et des prochains pronostics !

Quels sont tes premiers souvenirs liés au foot ?
Mon premier souvenir lié au foot est le sourire de mon frère quand il rentrait à la maison et qu'il était fier d'avoir marqué et fait gagner son équipe. C'est vraiment lui qui m'a transmis cette passion étant plus jeune. Je me souviens aussi de mon premier album Panini avec les autocollants des joueurs de l’équipe de France que l’on s’échangeait à l’école. À l’époque, tu achetais les paquets de stickers au bureau de tabac et tu échangeais avec tes potes ceux que tu avais en double. D’ailleurs, dans mes souvenirs, j’avais galéré à avoir celle de Bernard Lama, et de Ronaldo.

Tu me parles de ton frère, mais toi, tu jouais au foot ?
J'y ai joué en club étant plus jeune, jusqu’à l'âge de treize ans, âge où j’ai commencé à vraiment m'intéresser au mouvement hip-hop. Mais on ne va pas se mentir, je ne suis pas fait pour être sur le terrain !


Tu n’avais pas un gros niveau, donc ?
Honnêtement je n’avais pas un super niveau, non. Ce qu'il me manquait, c'était de la rapidité, même si j'avais de l'endurance, j’étais défenseur droit. Je jouais en équipe B dans un petit club à côté de Belfort, mais j'ai su très vite que le foot n'était pas fait pour moi. Après, je trouvais quand même ça cool de jouer entre potes, et de partir avec son club le week-end. Les entraînements, pour moi, c’était surtout un prétexte pour retrouver mes potes et me marrer. Mon plus grand exploit reste un match de coupe où j'ai remonté tout le terrain, avant de mettre une tête en pleine lucarne. Même si, pour être sincère, je n'ai même pas fait exprès, mon objectif à la base était de gêner la défense adverse pour laisser passer le ballon à mon attaquant (rires).

Quand on vient de Belfort, on supporte forcément Sochaux ?
On peut supporter Sochaux effectivement, mais aussi l'ASM Belfort, surtout depuis leur montée en National, ils ont eu un très bon début de saison, même si c'est difficile pour eux, surtout que le club n'a pas beaucoup de moyens, mais je suis fier de me dire qu’on a dans notre ville un club en National. D'autant plus que je connais personnellement des joueurs de l'équipe. J’en profite pour placer une dédicace à Benoît Barros, un très bon milieu défensif. Au niveau des supporters, il y a eu un véritable engouement l’année dernière quand ils sont montés en National et qu’ils gagnaient match sur match, ils étaient même premiers à la trêve. Je suis justement allé à quelques matchs cette saison-là, dont le dernier, un 0-0 contre Fréjus, où nos Belfortains s’étaient bien battus (rires). Sinon, pour revenir à Sochaux, oui forcément, je suis et je soutiens le club, même si je n'ai jamais été un « ultra » . Mais attention, j'étais quand même là pour les accueillir à leur retour de la finale de la Coupe de France en 2007. Une grande fête ! On les avait attendus devant le stade pour l’arrivée du bus, c’était vraiment noir de monde, je me souviens avoir eu bien mal au crâne le lendemain (rires).

Tu es le genre de mec qui allait souvent à Auguste-Bonal ?
« Je me souviendrai toujours de ce Sochaux-Inter en Coupe UEFA en 2004. On avait fait 2-2 avec un doublé de Pierre-Alain Frau, c’était ouf ! »
Je n'ai jamais été un « vrai fan » dans le sens où je n’ai jamais pris d’abonnement au stade. Mais j’y suis allé pas mal de fois, c’était toujours un grand moment les soirs de match, j’en garde de très bons souvenirs. Je me souviendrai toujours de ce Sochaux-Inter en Coupe UEFA en 2004, j’étais avec mon père et mon frère, on avait fait 2-2 avec un doublé de Pierre-Alain Frau, c’était ouf !

Parle-nous un peu de ton amour pour ce stade.
On a un bon public à Bonal et on a vécu de grands moments, c'est sûr, même si ça fait très longtemps qu’on n’a pas vu un gros match... Mais Sochaux a eu sa petite épopée européenne. On avait tout de même de très bons joueurs comme Pedretti ou Jérémy Mathieu qui est maintenant au Barça. Jérémy Mathieu, pour moi, c’est peut-être le plus grand qu’on ait eu, il joue quand même aux cotés de Messi, Neymar... Et puis il a été formé à Sochaux et c’est un Franc-Comtois pure souche, né à Luxeuil-les-Bains. Pour revenir au stade, j’ai aussi eu l’opportunité d’y travailler en tant que technicien son, en 2006. Je travaillais en tant que bénévole, des mecs d’une boîte de son que je connaissais m’avaient branché pour venir filer des coups de main. Installer le son dans les salons VIP, recevoir les artistes qui venaient faire des shows pour les mécènes, des trucs comme ça. En tant que passionné de son et de foot, j’avais accepté direct. Je lançais même parfois le jingle quand les joueurs entraient sur le terrain. C’était Comme un roc de Nâdiya. C'était le club qui avait choisi le son, mais clairement, j’étais frustré de lancer ça, j’aurais préféré balancer un bon Jump Around de House of Pain.


En parlant de ça, tu n’aimerais pas composer la chanson d’entrée des joueurs sur la pelouse ?
Ah bah ouais, ça pourrait être cool de composer un titre pour l’entrée des joueurs, mais je ne pense pas qu’il faille beaucoup de paroles ou alors un refrain très simple. Il faudrait surtout un son qui fasse monter en pression le public (rires), je vais en parler à Arnaud Krivaneck et Pierre Michelet, mes compositeurs.

Au fait, pas trop dur la descente en Ligue 2 lors du dernier match face à l'ETG, il y a deux ans ?
C’est toujours dur de descendre. Après, Renard a fait ce qu'il a pu, les joueurs ont fait le taf, mais ont fini par craquer. Ce qui a été dur, c’est de réussir une super deuxième partie de saison, de faire un recrutement intelligent comme Yohann Pelé entre autres et de s'effondrer sur une « finale » , qui plus est à domicile. Mais bon...

D'ailleurs, tu es toujours aussi assidu depuis que le club est en Ligue 2 ?
« On ne va pas se mentir, aujourd'hui, quand on voit un Sochaux–Bourg-Péronnas, c'est pas non plus la grosse folie dans le stade. »
Bon, c'est sûr que la Ligue 2 fait moins rêver, mais on a quand même quelques matchs qui méritent le déplacement. Je pense au derby contre Strasbourg par exemple, et il y a la Coupe de la Ligue où on assure pas trop mal quand même. Sortir Marseille, même aux tirs au but, ce n'est pas rien, et les supporters ont fait le taf. Il va falloir répondre présent et être à la hauteur contre la grande équipe de Monaco. Donc on se bouge de temps en temps, mais on ne va pas se mentir, aujourd'hui, quand on voit un Sochaux–Bourg-Péronnas, c'est pas non plus la grosse folie dans le stade. Les vrais supporters sont toujours là - prêt à foutre le souk et tout le monde est corda - et puis les plus jeunes ont pris la relève.

Par Gaspard Manet Retrouvez toutes les infos sur Pihpoh juste ici
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 50 Hier à 12:40 Rooney à la Maison-Blanche 22
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi