Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

Petit et la corruption au profit de l'OM

Modififié
« J'ai été la victime à travers la corruption avérée qu'avaient organisée Bernard Tapie et Jean-Pierre Bernès au profit de l'OM. » Cette phrase tirée de Franc-Tireur, le nouveau livre d'Emmanuel Petit (Éditions Solar, écrit avec Kader Boudaoud), a enflammé les débats entre l'auteur et Éric Di Meco - qui a passé onze saisons à l'OM entre 1981 et 1994.

Invité mardi sur RMC, l'auteur du bouquin a mis en cause « le comportement de certains de [ses] coéquipiers au début des années 1990, alors qu'il jouait à Monaco. Je ne vais pas citer les noms. Il y a des faits concrets, plante Emmanuel Petit. Certains joueurs ne jouaient pas à 100%, c'étaient des poids morts dans l'équipe lors des matchs capitaux. Je peux l'affirmer. J'espérais que la justice sorte les noms, mais elle n'a condamné que quelques personnes (...) parce que l'édifice était beaucoup trop important derrière. »

« C'est un phénomène qui s'est amplifié mois après mois, détaille Emmanuel Petit. J'ai commencé à avoir des réunions avec Arsène Wenger (alors entraîneur de Monaco, ndlr) qui faisait passer les joueurs les uns après les autres dans son bureau. Il posait les mêmes questions à tout le monde pour avoir son ressenti. Même au sein des dirigeants, il y avait des choses qui n'étaient plus du domaine du doute mais de la certitude. Il y a eu des suspicions qui, en fin de compte, se sont avérées être des faits. Les faits ont été condamnés par la justice. »


Et l'OM a perdu son titre de champion en 1993... FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168