Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Demies
  3. // Pays-Bas-Suède

Peter Gerhardsson, quand la musique sonne

Le chef d'orchestre suédois a sa méthode bien à lui pour permettre à sa sélection de s'exprimer sur le terrain. Car Peter Gerhardsson préfère laisser ses musiciennes improviser plutôt que battre frénétiquement la mesure. Des préceptes qu'il a notamment intégrés lors d'un passage aux Pays-Bas, qu'il retrouve ce mercredi soir. Et l'ensemble s'accorde plutôt bien, puisque la Suède a l'opportunité d'atteindre la première finale mondiale de son histoire.


« La récupération fait partie du travail mental. Mais on n'est pas du genre à organiser des cours de relaxation. On laisse à chaque joueuse le choix de ce qu’elle veut faire. » Peter Gerhardsson n’est pas du genre avare. Ni de mots et encore moins d’astuces, qu’il sait glisser subtilement. « Moi je récupère en écoutant de la musique par exemple » , confie-t-il. Ce n’est pas grand-chose, mais ces quelques phrases révèlent beaucoup de la personnalité du sélectionneur suédois. D’abord, il est un grand amateur de musique, rock de préférence, lui qui collectionne dans sa maison d’Uppsala des centaines de vinyles et CD. De deux, cet homme qui ne fait pas ses 59 ans, à l’aise dans son short et ses baskets, est d’une sérénité et d’un apaisement communicatifs. Et enfin, il est partisan de donner à ses joueuses les moyens techniques, psychologiques et tactiques pour pratiquer avec le plus de liberté possible leur football.

« Mes joueuses ont déjà résolu plein de situations seules »


« C’est important d’avoir une structure ou un système de jeu, mais Peter nous laisse beaucoup de marge de manœuvre » , confirme la défenseuse Nilla Fischer. Plutôt que reproduire le stéréotype scandinave en balançant des longs ballons vers la pointe Blackstenius, la Suède se met à proposer un jeu collectif passant souvent au sol, avec la volonté d’offrir un jeu agréable à regarder et tout aussi efficace. « Par son calme, sa manière de rassurer tout le monde, même sans avoir de grande expérience internationale, il arrive à garder chaque joueuse impliquée en faisant comprendre qu’on est toutes importantes dans le groupe » , déclarait Magdalena Eriksson. Ainsi, la confiance plantée par Gerhardsson à son arrivée à la tête des Blågult en 2017 commence à porter ses fruits avec cette demie et la possibilité d’accrocher une première finale mondiale au palmarès suédois.


« J’ai joué par le passé. Du moins, j’ai des bases, continue celui qui était attaquant dans les années 1980 en D1 suédoise, notamment à Hammarby et Vasalunds. À cette époque, je commençait déjà à me faire ma conception du jeu, je m’inspirais de ce que faisaient certains entraîneurs, etc. Mais je détestais quand un coach interférait trop dans mes idées. J’avais le sentiment de perdre mon identité, celle que j’avais construite depuis tout gamin. Les enfants prennent leurs propres décisions quand ils jouent dans la rue, et nous brimons beaucoup trop cette autonomie quand ils grandissent. Moi, je suis calme et tranquille, mes joueuses ont déjà résolu plein de situations seules, sans avoir besoin de moi. Si elles ont besoin d’une instruction, elles peuvent venir me voir à la mi-temps ou aux pauses fraîcheur. Mais je me dis que sur le terrain, j’ai onze filles qui à 5 ans voulaient décider par elles-mêmes comment jouer. »

Aux lendemains qui chantent


Cette philosophie, avant de l’appliquer avec succès avec des garçons, en sélections jeunes ou au BK Häcken qu’il a emmené en Ligue Europa, le coach suédois la doit pour beaucoup aux Pays-Bas. Ou Hollande, c’est selon. « Je ne sais jamais comment il faut appeler ce pays, s’interroge-t-il. En 1974, on disait Hollande. J’avais 14 ans, quand j’ai vu Hollande-RFA, le meilleur match de ma vie en matière d’émotions. » Cette première impression laissée par la bande de Johan Cruyff a été confirmée plus tard, lorsque Peter s’est installé à Rotterdam pour faire ses études de sport, bénéficiant d'un partenariat entre les fédérations hollandaise et suédoise. « On nous enseignait les choses de manière très libre : que choisir ? ou aller ? que faire ? On faisait des exercices à quatre contre quatre, sans gardien, il fallait presser très haut, rapporte-t-il. C’était très instructif pour réfléchir par nous-mêmes à des systèmes de jeu. »



Les Pays-Bas, il les remerciera une dernière fois lors de l’Euro 2017. Pas parce que les Oranje ont éliminé son pays en quarts de finale, provoquant le départ de Pia Sundhage et aussi sa nomination. Non : la finale qu’elles avaient offerte avec le Danemark lui a donné la certitude que ce football, « proche de ce que la Suède avait la capacité de produire » , pouvait fonctionner. Chose qui s’est vérifiée, après avoir remporté le groupe de qualification aux dépens du Danemark, justement, empêtré dans un conflit opposant les joueuses à leur Fédération (les Suédoises avaient remporté le match aller par forfait à la suite de la grève des Danoises, N.D.L.R.), mais aussi éliminé lors de ce Mondial des gros calibres comme le Canada et l’Allemagne. De quoi recevoir aujourd’hui de nombreux éloges venant du Royaume. « J'ai reçu tellement de messages, je ne savais pas qui m’écrivait avant de voir la signature. Tout ce que j’ai lu était à 100% positif, souriait-il. Après je n’ai pas vu ce qu'on dit de moi sur les réseaux sociaux. De toute façon, je n'ai pas Twitter, je n'ai pas Facebook et ce genre de choses... Ah si, j’ai quand même WhatsApp ! » Finalement, il les fait un peu, ses 60 ans.



Par Mathieu Rollinger, à Lyon Propos recueillis en conférence de presse.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Coupe du Monde 2019 - Demi-finale - Pays Bas-Suède




Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
À lire ensuite
Van de Sanden, Oranje fluo