Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Liverpool-Wolverhampton (2-0)

Pas de miracle pour Liverpool

Laborieux vainqueurs de Wolverhampton grâce à un doublé de Sadio Mané, les Reds ont été virtuellement champions d'Angleterre pendant 21 minutes. Terrible, cruel : Liverpool termine deuxième de Premier League avec 97 points.

Modififié

Liverpool 2-0 Wolverhampton

Buts : Mané (17e et 81e) pour Liverpool

C’était impossible, à moins d’un miracle. Et quel meilleur endroit qu’Anfield pour exaucer ses prières ? Dans le Brocéliande du football, il y avait déjà eu cette saison Everton, en décembre, et puis Barcelone, la semaine dernière. « J’ai reçu des millions de messages après ce match, avouait Klopp ces derniers jours. Mais aucun d’entre eux ne parlait de ce week-end. » Car l’important était là, au détour d’un match piège face à Wolverhampton, où Liverpool a pourtant assuré l’essentiel en clôture d’une saison historique : une victoire, soit la moitié du chemin. L’autre partie incombait à City, valeureux vainqueur à Brighton, recalant les Reds à la deuxième place la plus ingrate de l’ère Premier League. 97 points, bordel. Fin d’une saison historique.

Stupéfix !


À 16h, le futur n'était déjà fait que de larmes. Bonheur, tristesse, fierté, désespoir, peu importe, mais elles seront là. 29 ans d’attente pour un titre, une éternité à portée de crampons. 29 ans, aussi, comme l’âge de Daniel Radcliffe et Emma Watson, manière de dire qu’il faudrait un sacré tour de magie pour sacrer les Reds à l’issue de leurs dernières quatre-vingt-dix minutes de la saison. Face aux Wolves, Klopp couche son 4-3-3 chéri sur le papier sans turnover, Salah effectuant simplement son retour et Origi remplaçant numériquement Firmino à la pointe de l’attaque. C’est d’ailleurs lui qui déclenche la première frappe du match (4e), avant que Mané ne marque son 21e pion de la saison sur la 12e passe décisive d’Alexander-Arnold (1-0, 17e). Jusque-là, tout va bien.


Puis soudain, la rumeur. Un premier spectateur hurle, puis un deuxième, et c’est bientôt tout Anfield qui vibre en apprenant l’ouverture du score de Murray à Brighton, la clameur se propageant à la vitesse de la marée en pleine baie du Mont Saint-Michel. On joue la 25e minute, Robertson vient de décocher un coup de fusil boxé par Rui Patrício, et Liverpool est virtuellement champion d’Angleterre. Les tribunes sont en feu, mais sur le terrain, le ballon brûle subitement les pieds. Le collectif des Reds s’étiole, perturbé par l’annonce, perdant peu à peu de sa létalité et de son intensité. Tout un symbole, la barre d’Alisson trouvée par Doherty peu avant la mi-temps (44e), avant que Klopp ne rentre en courant dans les vestiaires, bousculant ses assistants. Ça va chauffer.

Merci pour tout


Au retour des vestiaires, c’est pourtant sur le même rythme que reprennent les débats. Pool est là sans l’être vraiment, Van Dijk se mettant même à perdre des duels, histoire de situer le mal-être. Le public d’Anfield, bouillant une demi-heure plus tôt, a désormais été douché par le résultat de City, et son équipe fait corps : elle est apathique. Robertson, notamment, se fait régulièrement prendre dans son dos sur de longues ouvertures de Moutinho, Wolverhampton hissant allègrement sa tête hors de l’eau sans parvenir à faire trembler les filets rouges. Jiménez loupe là la balle devant les cages (65e), Alisson jaillit parfaitement dans les pieds de Diogo Jota, puis capte son bon coup de tête (73e)...


Pire, les supporters des Wolves profitent de chaque but inscrit à Brighton pour chambrer leurs homologues liverpuldiens. Ingrat. Terrible. Au terme d’une seconde période dénuée de tout intérêt, si ce n’est celui de terminer la saison la tête haute, Mané rattrape Salah au classement des buteurs en inscrivant un doublé, petit lot de consolation (2-0, 81e). C’est la valse des héros, le dernier tour d’honneur des champions de la saison. Van Dijk ne trouve que la barre sur un joli coup de crâne, Liverpool aura donc été champion pendant 21 minutes. Et alors qu’Anfield baisse les armes, admettant, pour la troisième décennie consécutive, que ce ne sera pas pour eux, la caméra tombe sur Jürgen Klopp. Il sourit. La fierté sur la gueule. Les claques dans le dos de ses gamins aussi. Kenny Dalglish ne pleure pas, mais à l’intérieur, ce doit être dur. Merci messieurs, c’était super. Rendez-vous dans trois semaines.




Liverpool (4-3-3) : Alisson - Alexander-Arrnold, Matip, Van Dijk, Robertson (Gómez, 83e) - Henderson, Fabinho, Wijnaldum (Oxlade-Chamberlain, 87e) - Salah, Mané, Origi (Milner, 63e). Entraîneur : Jürgen Klopp

Wolverhampton (3-5-2) : Rui Patrício - Benett, Coady, Boly - Doherty, Dendoncker, Nevès, Moutinho (Gibbs-White, 83e), Jonny (Vinagre, 83e) - Jiménez, Jota. Entraîneur : Nuno Espírito Santo


  • Résultats et classement de Premier League

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 16:00 Gignac et les Tigres en finale du tournoi de clôture du Mexique 9
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 12:09 Le flop du brassard arc-en-ciel de la LFP 176