Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupes d'Europe
  2. // Bilan des clubs français

Paris se place, Rennes à sa place...

Vainqueur à Old Trafford (0-2), un Paris VIP file vers les quarts de C1. Rennes, tenu en échec à domicile par le Betis Séville en C3 (3-3), est condamné à l’exploit au retour.

Modififié

PSG : à jamais les premiers !


Le Manchester United de Solskjær, c’est avant tout, devant, la prise de profondeur rapide de ses trois flèches Lingard, Martial et Rashford. Les passes au laser de Paul Pogba en rampe de lancement du trio offensif sont devenues l’arme fatale de Manchester : but de Lukaku face à Bournemouth (4-1) et buts de Rashford à Tottenham (0-1) et à Leicester (0-1). Conclusion : à Old Trafford, Marquinhos positionné en milieu marquerait Paulo de près et les trois flèches seraient privées de munitions. Ça a pris une mi-temps pour Paris, histoire de roder un 4-4-2 expérimental en l’absence de Neymar et de Cavani. Pogba neutralisé par Marqui, un grand Verratti pouvait animer un bloc parisien souverain au milieu et bien installé dans la moitié adverse. Deuxième enjeu majeur : éteindre l’intensité très Premier League de Manchester. Et c’est Paris qui a su imprimer son tempo par une possession supérieure alternant les phases lentes, qui « énervent » les clubs anglais speedés quand le ballon leur échappe (rouge pour Pogba à la 89e), et les projections soudaines qui suivent ces préparations lentes.


Illustration avec le deuxième but inscrit en neuf passes de la droite vers la gauche par Mbappé à la 60e. Manchester, déjà mené par un but sur corner de Kimpembe (0-1, 53e), était à la rue dans toutes les zones, désorganisé... Paris aurait pu corser l’addition par Di María, Alves (volée aux 16 mètres) et par Mbappé (63e). Buffon n’a quasiment jamais été inquiété, preuve finale que Paris a su s’imposer devant, derrière et au milieu. On savait que sans Neymar et Cavani le PSG était quand même capable de produire du jeu et de bien défendre, mais pas avec une telle solidarité. Car c’est « tous ensemble » que l’équipe a gagné. La qualification parisienne dessinerait un bilan plus que positif dans l’affrontement franco-anglais avec cette première victoire tricolore à Old Trafford. L’OL et le PSG auraient donc globalement dominé trois clubs anglais (Liverpool, Manchester City et MU). Pas si mal !



Mais qu’a fait Rennes au bon Dieu ?


Un peu d’humour juif... Toutes les semaines, Moshé va à la synagogue et se lamente au Ciel en reprochant à Dieu de ne jamais le faire gagner au loto. Jusqu’au jour où la voix colérique du Tout-Puissant s’abat sur le pauvre loser : « Moshé ! Je veux bien te faire gagner au loto... MAIS JOUE ! » Pareil pour Rennes contre le Betis : vingt premières minutes emballantes ponctuées d’un but de Hunou à la 2e (1-0), puis d’un CSC de Garcia (10e). Les dieux du foot sont bretons. Les Rennais font le taf avec un bloc homogène juste derrière la ligne médiane, plus Hunou et Ben Arfa qui enrayent dans l’axe la première relance décisive des Sévillans vers le cœur du jeu. Sauf que... La machine blanc et vert accentue sa fameuse possession. Rennes recule, et sur une perte axiale bête, Lo Celso trompe Koubek (2-1, 32e). Entre-temps, le coach Quique Setien a fait entrer à la place du défenseur Junior Firpo, blessé, le jeune surdoué mexicain Diego Lainez, un milieu offensif. Un choix tactique audacieux qui reflète une mentalité conquérante... La bienveillance divine accordera un penalty un peu limite que Ben Arfa transforme dans les longs arrêts de jeu de la première période (3-1, 45e+3).



La seconde mi-temps aurait dû être pour Rennes : « Aide-toi, le Ciel t’aidera. » Tenter des choses et aller de l’avant. Que dalle ! La différence entre, en gros, le 7e de Liga et le 7e de L1, va éclater de façon aveuglante. Écart technique flagrant et possession sévillane de 75 %. Écart physique qui voit la fin du pressing des attaquants rennais cramés et la multiplication des déplacements incessants des Espagnols. Et enfin écart tactique accablant pour Rennes puisque le Betis règne au milieu avec William Carvalho et Sidnei qui orientent vers Lo Celso ou Lainez entre les lignes ! Après Canales sur le poteau (50e), Sidnei tout seul plantera de la tête sur un coup franc de Joaquín (3-2, 62e). Enfin, à la 90e, Lainez égalisera d’une volée du gauche sur un corner de Canales (3-3). Moralité ? D’un côté, un collectif sévillan bien huilé qui produit du football bien pensé et de l’autre, une équipe de L1 qui mise sur son bloc compact et surtout les exploits d’individualités. On attend les fulgurances d’un Ben Arfa hier soir trop brouillon (juste très bon sur le 1-0), de Sarr ou bien de Niang. Du possible en L1, mais qui devient de l’aléatoire en C3. Rennes aura du mal à passer ces 16es. Et pourtant, Dieu avait été bienveillant jusqu’au 3-1. Mais pour espérer gagner, il fallait aussi JOUER. Mais ça, la L1 ne sait pas bien faire.

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:11 Bonus FDJ : 13€ OFFERTS pour jouer à l'Euro Millions et au LOTO !
Hier à 17:06 Participez à notre tournoi de foot U9 ! 2 Hier à 16:20 Birmingham écope de neuf points de pénalité 10
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 09:10 Trois propriétaires de sites de streaming prennent de la prison ferme 118