Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Nantes (1-2)

Paris, les lendemains qui déchantent

Défait par Monaco (0-2) moins d'une semaine après son match aller contre le Barça, le PSG a remis ça à domicile contre Nantes (1-2) quatre jours après la manche retour face aux Blaugrana. Avec, cette fois, des incidents extrasportifs qui se sont ajoutés à sa sale soirée. En plus de rater une nouvelle occasion de frapper fort, les hommes de Mauricio Pochettino confirment leurs difficultés à enchaîner les coups cette saison et performer sur tous les fronts.

Modififié
Randal Kolo Muani a forcément été ramené à cela, au moment de se présenter au micro ce dimanche soir : « J’étais venu voir des matchs ici, quand j’étais jeune. Ça m’a fait plaisir de faire une grosse prestation aujourd’hui, près de là où j’ai grandi. » Le gamin de Bondy - encore un - a forcément une tendresse particulière pour le Parc des Princes, et s'est peut-être senti pousser des ailes au moment de signer cette partie XXL pour sa première dans l'enceinte de la porte de Saint-Cloud (un pion, une offrande). Mais dans la capitale, le Canari n'a pas simplement fait grimper sa cote personnelle avant un été 2021 qui s'annonce assurément brûlant. Il a également puni un Paris Saint-Germain qui avait les cartes en main pour sortir de ce week-end en leader de Ligue 1 (après les contre-performances de Lyon et Lille) et menait même tranquillement à la pause, mais qui s'est liquéfié pour offrir au FC Nantes un premier succès dans la capitale depuis 2002 (1-2). Une anomalie, une vraie. Rien ne s'est passé comme prévu pour le champion de France, et tout n'est pas la faute de RKM.

Quand Mbappé se relâche

Pourtant, Julian Draxler avait prouvé qu'il était redevenu un joueur qui compte - et c'est peut-être la seule bonne nouvelle de la soirée - en lançant parfaitement le PSG avant l'entracte. Et vu le passif entre les deux équipes, il était difficile de voir les Jaune et Vert provoquer le destin. Surtout que Keylor Navas avait fait le travail, jusqu'ici. Il a finalement suffi d'une passe en retrait, incompréhensible, de Kylian Mbappé pour voir la partie s'emballer et Nantes se remettre à y croire. Le champion venait de planter quatre fois en 180 minutes face au FC Barcelone, et n'était visiblement plus à bloc au moment de défier le dix-neuvième de Ligue 1.




Dommageable, et surtout symptomatique : quatre jours après avoir assuré - sans la manière - la qualif' pour les quarts de Ligue des champions, une bonne partie de l'escouade francilienne est apparue hors du coup ou trop légère en laissant la maison jaune prendre ses aises et nourrir sa confiance au fil des minutes. Certes, le match aller (0-3) et le premier quart d'heure annonçaient une boucherie. Mais sur le deuxième but par exemple, c'est un simple renvoi d'Alban Lafont depuis ses seize mètres qui a pris tout le monde de court. Et qui a donné raison au 5-3-2 bourrin d'Antoine Kombouaré, n'apparaissant pas comme une fulgurance tactique à l'origine. En fin de partie et pour symboliser un réveil trop tardif, la suffisance affichée par les Parisiens a même laissé place à de la panique. Ce qui a arrangé les affaires des visiteurs.

Home-jacking et nouvelle manie

À la suite de cette nouvelle déception, un constat saute aux yeux : après chacune de ses trois dernières rencontres de Ligue des champions (trois résultats positifs, d'ailleurs), Paris s'est à chaque fois vautré en Ligue 1 dans la foulée et toujours à domicile. Il y a eu Lyon (0-1), trois jours après la balade contre Başakşehir (5-1) en décembre. Puis Monaco (0-2), cinq jours après le récital au Camp Nou (1-4) en février. Et enfin l'accident industriel nantais, consécutif au nul obtenu au retour face au Barça (1-1). Une tendance inhabituelle chez ce PSG, et qui n'arrivait par exemple jamais en première partie de saison ni même la saison dernière. Signe que cette cuvée 2020-2021 est décidément singulière, pour le finaliste de la dernière Ligue des champions. Depuis l'intronisation de Mauricio Pochettino, Paris semble notamment coincer à ce niveau, même s'il faudra creuser plus loin pour expliquer les sept revers enregistrés en championnat depuis septembre.



Difficile également de dire si le violent cambriolage qui a secoué Ángel Di María et sa famille, provoquant la sortie de l'Argentin alors que le score était d'un but partout, a eu une incidence sur le résultat final ou sur la production parisienne en seconde période. « Ce n'est pas une excuse, mais c'est vrai qu'il y a eu une baisse d'énergie, a simplement commenté la Poche, en conférence de presse. Avec les joueurs, on a parlé d'autres choses que de football (à la fin du match). » Concernant l'endurance de son PSG et sa capacité à jongler entre C1 et L1, l'Argentin a également posé son point de vue : « Il y a sûrement un lien. Après le premier match contre le Barça, il n'y avait pas eu beaucoup de changements. Cette fois-ci, il y en a eu beaucoup. Après un match de Ligue des champions, il y a une grosse dépense d’énergie physique et mentale. Dans un match comme aujourd’hui, quand ça devient difficile, on a du mal. » Coup de bol, et peut-être fin de malédiction en vue : après son quart de finale aller de Coupe d'Europe, Paris ira à la Meinau en fin de semaine. Avant cela, les deux joutes décisives face à Lille et à Lyon l'attendent.

Par Jérémie Baron, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 16:38 Podcast : "France/Algérie 2001, l'impossible derby" 1 Hier à 16:38 Le match entre Haguenau et Bobigny (National 2) va finir devant les tribunaux 24 Hier à 15:12 211 sélectionneurs consultés en ligne par la FIFA sur un Mondial bisannuel 64 Hier à 14:51 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot !
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
À lire ensuite
Naples fait vaciller Milan