Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e journée
  3. // Nantes/PSG (1-4)

Paris s'offre Nantes en une mi-temps

Après une première mi-temps catastrophique de l'équipe alternative du Paris Saint-Germain, les habituels titulaires ont fait la différence. Ibra, Cavani, Di María et Aurier offrent la victoire au champion en titre.

Modififié

Nantes - PSG
(1-4)

Y. Bammou (10') pour Nantes , Ibrahimović (48'), E. Cavani (72'), Á. Di María (78'), S. Aurier (90') pour PSG.


Quelques tranquilles victoires suffisaient pour que le monde de la Ligue 1 se pose hâtivement la question : et si les coiffeurs du Paris Saint-Germain pouvaient remporter le championnat ? Un match catastrophique plus tard à Reims, puis un tout aussi décevant à Nantes, force est de constater que l'équipe bis du champion en titre galère. Auteurs d'une première période décevante, le club de la capitale s'est réveillé après les entrées de Motta et Cavani. C'est la quatrième défaite consécutive pour les hommes de Der Zakarian. Les hommes de Laurent Blanc gardent, eux, la tête du championnat.

Bammou au top, Paris tout mou


Certainement pas habitué à jouer dans un stade bruyant, le Paris Saint-Germain galère. Aurier commence son match par une énorme balayette, tandis que Nantes pousse. Sur une frappe de Touré, Kevin Trapp réalise un arrêt hasardeux en deux temps. Une fébrilité contagieuse puisque Zlatan Ibrahimović et Pastore se trouent quelques minutes plus tard. Sur un centre de Rongier. Yacine Bammou marque de la tête face à son ancien employeur. Une ouverture du score qui ne réveille aucunement les ouailles de Laurent Blanc. Quelques minutes plus tard, Trapp est sauvé par son poteau sur une tête du buteur nantais. À la vingtième minute, Ibrahimović déclenche enfin la première (toute petite) frappe du PSG. Si le champion en titre daigne se réveiller, ce n'est pas le cas de Kurzawa, martyrisé par le rookie Iloki. Idem pour Lucas, mis sous pression par son entraîneur dans la semaine et absolument transparent. La première véritable occasion pour les Parisiens arrive sur corner : après une sortie ratée de Riou, la frappe d'Aurier est contrée par Lorik Cana.

Alors que les airs argentins résonnent dans le stade nantais, Ángel Di María amorce le réveil parisien sur son aile droite à coups de débordements et centres. Les Nantais décident d'abandonner la balle au leader du championnat. Sans succès, puisque Verratti et Stambouli sont totalement dominés par le milieu de terrain nantais. Avant le repos, Bammou prend un coup franc d'Ibra en pleine tête. La dernière « action » de cette première mi-temps. Au coup de sifflet de monsieur Delerue, Der Zakarian semble avoir parfaitement réussi son coup.

Ibra se réveille, Cavani fait son classique


Au retour des vestiaires, Thiago Motta, remplaçant, tente de bouger ses coéquipiers amorphes. Une réussite, puisque Pastore et Ibra, fantomatiques en première période, sont les acteurs d'une égalisation plutôt confuse. Sur un centre de Pastore, Di María bute sur Riou. Mais l'attaquant suédois pousse le ballon au fond des filets. Surtout, les ajustements tactiques de Laurent Blanc semblent porter leurs fruits. Pastore est descendu d'un cran, et Ibra s'est fait à l'idée qu'il n'avait plus les cannes pour décrocher au milieu de terrain. Il retrouve même l'une de ses passions : la provocation. L'attaquant suédois accroche Moimbé et câline Cana.


Puis une autre quelques minutes plus tard : le coup franc dans le mur. En difficulté en première période, les latéraux parisiens réapparaissent. Kurzawa gagne tous ses duels et cherche désespérément Ibra. Serge Aurier sauve, lui, son équipe à l'heure de jeu après un retour exceptionnel. Le moment choisi par Laurent Blanc pour faire entrer Thiago Motta et Cavani. À vingt minutes du terme, la domination parisienne s'accentue. Sur un centre de Di María, Ibrahimović rate une tête à bout pourtant. Et l'Argentin va encore se montrer décisif : « Fideo » offre un caviar à Cavani, qui coupe au premier poteau et trompe le portier nantais d'une tête croisée. L'attaquant uruguayen plante son dix-septième but lors de l'année 2015. Le PSG décide ensuite d'achever la bête blessée. Sur une ouverture parfaite de Pastore, Ángel Di María lobe habilement Riou. Sur corner, Serge Aurier vient conclure le bal avec une superbe volée. En une mi-temps, le Paris Saint-Germain est venu à bout de Nantes. Le leader de Ligue 1 peut désormais envisager sereinement son déplacement en Ukraine, mercredi, pour affronter le Shakhtar Donetsk. Là où les coiffeurs retrouveront certainement leurs chasubles et banc préféré.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 51
Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 50
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:40 Rooney à la Maison-Blanche 22