Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 35e journée

Paris respecte son ADN

Paris champion, même à 99,99%, début mai, c'était trop beau pour être vrai. Alors les Franciliens ont respecté leur histoire. Ils seront champions en souffrant. Parce que derrière, Marseille fait le boulot et continue de maintenir la cadence.

Modififié
Gignac - Valbuena, les parrains de Marseille


L'an dernier, André-Pierre Gignac n'avait trouvé les chemins des ficelles qu'une seule fois. Cette saison, il en est à 13. Des caramels qui ont rapporté 21 points. Les trois derniers, il a été les chercher contre Bastia avec un doublé de bonhomme. Une balle piquée du gauche qui lobe Mickaël Landreau avancé (pléonasme) et un autre, du droit avec une prise de risque sur le côté gauche de la défense corse. À l'origine des deux buts, deux caviars de Mathieu Valbuena. Les deux hommes s'entendent à merveille sur le terrain et portent l'OM en ce moment. Drôle, quand on connaît l'inimitié entre les deux hommes. En tout cas, l'OM continue sa route et valide de plus en plus sa place de dauphin. D'autant que les Olympiens recevront deux fois lors des trois derniers matchs (Toulouse et Reims). Seul ombre au tableau, la fin de série de Steve Mandanda, défloré par le génie de Thauvin en début de seconde période. Cela faisait sept matchs que le gardien des Bleus n'avait plus encaissé de but. Peu importe, l'OM est sur un gros braquet. Une aubaine dans le sprint final. Une spécialité marseillaise. La première étant le home-jacking à la sortie de la Commanderie.

Paris encore trop nerveux

Une victoire, et le titre était quasiment assuré. Là, il faudra encore attendre. Soit le match à Lyon, soit, plus vraisemblablement la réception de Brest dans quinze jours. Parce qu'entre-temps, l'arbitre Alexandre Castro a croisé Thiago Silva. Le capitaine du PSG lui a touché l'épaule et hop, carton rouge. Forcément, ça fait polémique, mais ça ne doit pas être l'arbritre qui cache la forêt. À onze contre onze, les Parisiens n'y étaient pas. On a revu le même match que contre Troyes, Évian ou Ajaccio. Un PSG suffisant, maladroit, sans rythme et sans idée. Et quand en plus il manque des cadres, suspendus, ça devient vite un souci. Au final, Valenciennes repart déçu de la capitale avec ce point du match nul. À trois journées de la fin, le PSG n'a plus « que » sept points d'avance sur l'OM. Dans d'autres circonstances, on serait zen à souhait. Avec le club de la capitale, on en revient à craindre la réception de Brest. C'est dire le bordel ambiant qui règne au club. Une zizanie illustrée par la maladresse chronique avec laquelle le club gère sa communication autour du futur de Carlo Ancelotti. Et après on se demande d'où provient cette nervosité. Confirmation qu'un titre de champion est encore plus compliqué à aller chercher à Paris qu'ailleurs.

Nice et Lyon pour un duel

Nice scalpe Rennes en Bretagne (3-0, doublé de Cvitanich) et revient sous les olas de ses supporters venus attendre les joueurs à leur descente de l'avion. Lyon, qui avait donc la pression, a très bien réagi en déboîtant Nancy sur son synthétique (3-0) avec un doublé de Gomis. Pour la troisième place, il semblerait que la lutte ne concerne plus que ces deux clubs. Deux équipes qui se retrouveront au Ray, lors de la 37e journée. Bouillant. Habitué du sprint final, Lyon dégage une certaine sérénité depuis deux-trois matchs. Même Gourcuff redevient un bon joueur de football. Quant à Nice, il continue sa folle saison. C'est d'ailleurs la première fois depuis 1977 que le club azuréen compte autant de victoire au soir de la 35e journée. Claude Puel, ce génie.

Si le Gym et l'OL sont les deux grands gagnants du week-end, c'est la faute à Saint-Étienne et à Lille. L'ASSE n'avance plus et accumule les matchs nuls. Ce fut encore le cas vendredi soir, à la maison, contre Bordeaux. Un petit 0-0 qui n'arrange pas les Verts qui, pour le coup, se sont cherché des excuses comme la grève des supporters. Enfin, Lille a carrément perdu le rythme. Après leur nul incroyable de la semaine précédente contre Sochaux (3-3), les Dogues en ont pris 4 à Toulouse. Un fiasco défensif de plus. Rudi Garcia n'avait pas aimé son équipe face aux Lionceaux. À tel point qu'il avait programmé un entraînement dès 7 heures du matin. Là, on se dit que la semaine va être un enfer...

Brest, c'est cuit

Cinquième match de Corentin Martins à la tête du Stade brestois. Cinquième défaite et une place de lanterne rouge. A priori, ça sent la fin de l'aventure pour les Bretons qui sont repartis de Montpellier avec des regrets et une défaite (1-2). Plus les semaines passent, plus le Stade brestois creuse sa tombe. Une sépulture que le club aura pris soin de gérer sans l'aide de personne. Incapable de bien gérer son mercato et tiraillé par des querelles internes, Brest est en train de s'effondrer dans le silence le plus total. Rien n'est encore officiel, mais on voit mal comment le club de la rade pourrait se sauver... À Montpellier, les joueurs ont pris une claque dans la gueule. Une de plus. Une de trop.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Gasset tire son chapeau à Génésio 11
il y a 2 heures Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 79 il y a 3 heures Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 71 il y a 4 heures Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 19

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 25
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39