Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // PSG-Monaco (3-0)

Paris reprend une Coupe de la Ligue

Sans trop souffrir, le PSG a remporté sa cinquième Coupe de la Ligue de rang face à une équipe de Monaco rapidement menée et sans réalisme. Un nouveau titre pour Paris, mais toujours pas celui dont rêve la direction.

Modififié

PSG 3-0 Monaco

Buts : Cavani (8e sp, 85e), Di María (20e)


Le PSG échangerait sûrement cinq coupes de la Ligue contre une seule Ligue des champions. Voire contre un seul dernier carré sur la scène européenne. Sauf que Paris peut le vouloir aussi fort que possible : ce soir, il a cinq coupes de la Ligue consécutives dans l'escarcelle, mais une seule présence dans un top 4 de C1 qui remonte à 1995, à l'époque de la présidence de Michel Denisot. Cela peut paraître mesquin de rappeler que la saison parisienne s'est en partie arrêtée après l'élimination face au Real Madrid. Reste que si la direction parisienne se réjouira officiellement de ce nouveau titre, on peut imaginer qu'elle signerait volontiers pour troquer la saison prochaine une sixième victoire contre une belle épopée continentale.

Mbappé ne ménage pas son ex


C'est long, deux minutes. Surtout dans un match de football. L'utilisation de la vidéo par Clément Turpin dès la cinquième minute du match l'a rappelé ce soir. Cent vingt secondes pour savoir si oui ou non il y avait penalty sur Kylian Mbappé. Soit suffisamment de temps pour se sortir la tête du match, se refroidir et n'avoir qu'une émotion tronquée au moment où l'homme en noir indique la sanction. Trente minutes plus tard, c'est pour refuser la réduction du score à Radamel Falcao en raison d'un hors-jeu que l'arbitre fera appel à la technologie. Une équité préservée au détriment de la spontanéité. On aime ou on n'aime pas.


Ce qu'il est difficile de critiquer en revanche, ce sera la première période de Mbappé, visiblement décidé à faire mal à son ancien club. Au-delà du penalty obtenu – et transformé par Edinson Cavani –, le natif de Bondy a cassé les lignes monégasques sur la plupart de ses prises de balle, et offert un café crème à Ángel Di María sur le second but (20e). Côté ASM, il aura fallu que Leonardo Jardim revienne à ses fondamentaux - remettre Thomas Lemar à gauche et Rony Lopes à droite - pour inquiéter enfin le PSG autrement que sur des frappes lointaines non cadrées. Mais en dépit d'une fin de premier acte animée - Rony Lopes qui manque de peu le cadre (34e) ou qui voit Kevin Trapp repousser sa frappe (41e), Julian Draxler qui bute sur Danijel Subašić (44e) -, plus rien ne bouge avant le retour aux vestiaires.

Cavani achève l'ASM


La seconde période débute par un sauvetage à l'arrache de Djibril Sidibé devant Di María, bien servi par Edinson Cavani (48e). Pour le reste, il faut attendre une frappe de Lopes au sommet de la barre de Trapp pour que Monaco inquiète à nouveau le PSG. Moins percutants, les hommes de Jardim sont proches de prendre le bouillon à l'heure de jeu, mais Mbappé manque sa roulette devant Subašić (58e), puis Cavani est signalé hors jeu après avoir converti une passe décisive de l'international français (74e).


Pour Paris, la victoire prévue se dessine tranquillement, et la dernière banderille de Cavani, à la suite d'une nouvele poussée de Mbappé, importe plus pour les statistiques du Matador que le scénario d'un match plié à la pause. En dépit du discours de Rony Lopes qui promettait un retournement de situation au micro de Canal +. Monaco aura certes eu quelques occasions, mais sans jamais donner l'impression de pousser les Parisiens dans leurs retranchements, et ainsi conforter l'idée d'une scène nationale sous-dimensionnée pour le PSG. Qui est bien le meilleur... à l'intérieur de ses frontières.



PSG (4-3-3) : Trapp - Berchiche, Kimpembe, Thiago Silva (cap), Dani Alves - Rabiot, Verratti (Lo Celso, 70e), Draxler (Diarra, 81e) - Di María (Pastore, 52e), Cavani, Mbappé. Entraîneur : Unai Emery.

Monaco (4-3-3) : Subašić - Raggi, Jemerson, Glik, Sidibé - Tielemans (Jovetić, 46e), Moutinho (Ghezzal, 80e), Fabinho - Rony Lopes (Diakhaby, 73e), Falcao (cap), Lemar. Entraîneur : Leonardo Jardim.


Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi