Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Bordeaux/PSG (0-1)

Paris reprend la tête du championnat

C'est au terme d'une opposition intéressante que les Parisiens se sont imposés face aux Girondins, à Chaban-Delmas (1-0), dimanche soir. Après une disette de victoires depuis 2005 en Gironde, les hommes de Carlo Ancelotti ont tapé ceux de Francis Gillot sans trop trembler. La faute à qui ? À Zlatan…

Modififié
Bordeaux - PSG : 0-1
Buts : Zlatan Ibrahimović (43e) pour le PSG.

Tragique préambule. Le décès soudain d'un collaborateur technique du staff parisien, la pluie, le dégel, la pelouse annoncée ultra pourrie au stade Chaban-Delmas, cette rencontre de clôture de la 21e journée aurait très bien pu ne pas avoir lieu ce dimanche. Et finalement, quelque part, elle n'a pas eu lieu... pour les Bordelais, sévèrement corrigés par leurs hôtes. La faute à qui ? À ce diable de Zlatan Ibrahimović, encore dans les bons coups, et surtout dans celui de la 43e minute, quand il a décidé, aidé par son acolyte Lucas Moura, de tromper la vigilance de l'arrière-garde bordelaise et d'inscrire son 19e but perso. Une valeur sûre.

Oui, mais pas fiers, les joueurs de « la Prince » : accrochés par Ajaccio la semaine passée (0-0), victimes de la double peine avec les Thiago (Motta et Silva, blessé et suspendu), puis privés d'Alex (blessé) et du duo Tiéné-Sissoko, parti à la CAN. Et profil bas, avec une 2e place au classement en prime (avant vendredi), qu'un budget de 300 millions rejette en bloc. Côté bordelais, pas de Cheikh Diabaté, parti pour l'Afrique du Sud. Nicolas Maurice-Belay, lui, soignait sa cuisse fragilisée, quand Jussiê était malade, et Marc Planus mis en boîte costale. Mais Ludovic Obraniak était de retour, titulaire. Pas trop tôt, après un combiné novembre-décembre passé à reprogrammer une cheville.

La tactique du dos rond à 300 millions

Et Zlatan, bordel ? Ben, il était là aussi, le bougre. Bien sûr, et bien là ! Sifflé, chahuté, insulté jusque dans son fondement par le virage Sud, et marqué de près par Carlos Henrique, le Suédois a débridé une partie qui, pourtant, en matière de maîtrise de balle, était plutôt à l'avantage des Bordelais. Mais son tir croisé du pied droit, passé sous les abdominaux de Carrasso (43e), a fait mouche. Comme d'habitude, le PSG s'en est remis à son géant, son buteur maison. Il n'avait botté qu'un coup franc dangereux auparavant (34e) et s'était fait prendre au piège du hors-jeu à plusieurs reprises… Sinon, les deux meilleures défenses du championnat s'étaient jusque-là neutralisées, sans trop d'occases franches. Voilà.

Mais hormis de réelles velléités offensives affichées d'emblée par les joueurs de Francis Gillot, ce sont bien ceux de Carlo Ancelotti qui ont su se montrer plus réalistes. La charnière Sakho-Camara – inédite cette saison – a tenu bon, face aux coups de boutoir de la paire Saivet-Trémoulinas, hyper active sur le flanc gauche. Et si Mariano a un peu plus dévoilé son talent de contre-attaquant sur l'aile opposée, rien n'a paru pouvoir ébranler l'édifice francilien. Parce que faire le dos rond quand ça sent le roussi, ça fait partie de la panoplie du potentiel futur champion. Amen. Moura et Ménez ont percuté et permuté en cours de jeu. C'était la fête. Youpi !

Le remplacement poste pour poste de l'arbitre

Faut dire quand même que le remplacement de M. Lannoy (sorti sur blessure) par M. Bastien (20e), a constitué l'un des faits marquants du premier acte, et sacrément brisé la dynamique de jeu collective, de part et d'autre. Mais le PSG, il s'en fout, en fait. Et il ne sait pas que « zlataner » ; il sait aussi construire avec vivacité et précision ses attaques placées, et faire coulisser à merveille son bloc-équipe. Donc, contenir l'adversaire. Et il l'a bien maîtrisé, son plan de jeu. C'est pas que les Girondins aient été nuls… Non, ça, c'était avant.

Mais ils n'ont juste pas su faire les bons choix dans la zone de vérité. Centres trop téléphonés, ballons aériens trop faciles pour la défense parisienne, frappes que Salvatore Sirigu a maîtrisées ou claquées (15e, 42e, 81e). Bref. VDM. Le PSG a géré son affaire sans s'affoler. « La certitude, c'est que si on ne fait pas un bon match, on ne gagnera pas. Il faudra que l'on soit à 110% et qu'eux aient des petits problèmes, qu'ils soient moins bons et qu'il y ait beaucoup de conditions réunies pour gagner ce match. » Ça, c'était de Francis Gillot avant le match. Bien vu, Droopy. La certitude, après le coup de sifflet final, c'est que Bordeaux a chuté de la 4e place à la 7e, et que le PSG a récupéré le fauteuil de leader de Ligue 1…

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, L. Sané, Trémoulinas – Sertic, Plašil (cap), Saivet, Obraniak (H. Sacko, 74e), Ben Khalfallah (Bellion, 75e) – Gouffran.

Paris Saint-Germain : Sirigu – Jallet (cap), Z. Camara, M. Sakho, Maxwell – Verratti, Matuidi, Lucas Moura (Chantôme, 68e), Lavezzi (Pastore, 74e) – Ménez, Ibrahimović.

Par Laurent Brun, à Chaban-Delmas
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom