Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Atalanta-PSG (1-2)

Paris renverse l'Atalanta

Étouffé pendant une heure par une Atalanta réaliste, le PSG a su trouver les ressources pour la faire tomber (2-1) dans le temps additionnel et filer vers le dernier carré de la Ligue des champions. Grâce à un final exceptionnel et des réalisations de Marquinhos et Eric Maxim Choupo-Moting, Paris réussit enfin à briser le plafond de verre des quarts de finale.

Modififié

Atalanta 1-2 PSG

Buts : Mario Pašalić (26e) pour l'Atalanta // Marquinhos (90e), Choupo-Moting (90e+3) pour Paris

Avant d’entrer dans l’arène, Marquinhos avait annoncé la couleur : pour surmonter l’obstacle bergamasque, le PSG allait avoir besoin de guerriers. Longtemps, hormis chez Neymar et quelques rares autres de ses coéquipiers, il n’a trouvé que l’ombre des combattants qu’il avait pourtant tant désirés. Même lui, une nouvelle fois titularisé au milieu à un poste qui ne lui sied guère, a globalement coulé avec le navire rouge et bleu. Et puis, alors que les derniers espoirs parisiens semblaient s’éteindre, il est venu pousser le cuir au fond des filets de Marco Sportiello, avant d’assister, le sourire aux lèvres, à un dénouement heureux. Car oui, contrairement aux dernières années, Paris accède au dernier carré. Un événement qui n’était plus arrivé depuis 1995, une première sous l'ère QSI. Le jour de ses cinquante ans, oui, c’est un beau cadeau.

Pašalić glace Paris


D’entrée, dans le silence de cathédrale de l’Estádio da Luz, Neymar s’offre un duel avec Marco Sportiello, mais se défile inexplicablement au moment de conclure (3e). Paris le sait : c’était une cartouche en or. Une occasion d’implanter le doute dans les têtes italiennes, l’opportunité de marquer son territoire et surtout d’obliger les gars de Gasperini à prendre encore plus de risques. Il n’en est rien, et dans les minutes qui suivent, Paris subit. Il n’y a aucune surprise dans le plan de jeu de l’Atalanta : le pressing haut étouffe totalement la relance parisienne, et Papu Gómez fait des ravages entre les lignes. Le meneur de jeu argentin crée, et dépose même une galette sur le crâne d’Hans Hateboer qui pousse Keylor Navas à l’envol (10e).


Passé cet orage, l’équipe de Thomas Tuchel commence à pointer le bout de son nez, portée par un Neymar des grands soirs. Mais le Brésilien est orphelin de Marco Verratti, orphelin de Kylian Mbappé, et surtout orphelin de son instinct de buteur. À force de tâtonner, Paris va être puni : sur un contre favorable glané par Duván Zapata sur Presnel Kimpembe, Mario Pašalić efface Navas d'une frappe enroulée du gauche (1-0, 26e). Un coup sur la tête qui fait enrager Neymar. Sur l’engagement, l’ancien Barcelonais claque un petit pont sur Pašalić, mais manque encore de précision dans le dernier geste (28e). Une allégorie du premier acte du Ney’, qui va encore bouffer la feuille avant la pause. Sur une passe en retrait totalement inconsciente de Hateboer, le numéro 10 parisien se vautre encore en expédiant son tir dans les nuages (41e). À la pause, Paris est derrière et c’est tout sauf immérité.

Un final qui cache la forêt


Au retour des vestiaires, l’Atalanta cherche son second souffle, et Paris joue plus haut. Mais le jeu parisien est toujours aussi brouillon, inoffensif. Alors, coup sur coup, Tuchel lance Kylian Mbappé puis Leandro Paredes. La Dea défend plus bas, serre les dents, mais les accélérations de l’international français font mal. Lancé par Paredes, Mbappé bute une première fois sur Sportiello (72e), puis une seconde sur un tir trop écrasé (79e) et enfin perd un duel contré in extremis (80e). Du haut de sa glacière, Tuchel s’impatiente et voit le chrono tourner. Sur corner, Eric Maxim Choupo-Moting expédie sa tête au-dessus de la transversale (85e). Et puis, alors que les carottes semblent cuites, Choupo-Moting trouve Neymar dans la surface lombarde. Le centre tir du Brésilien trouve le plat du pied du défenseur parisien qui égalise alors que le temps additionnel vient tout juste de démarrer (1-1, 90e). Le cri de Tuchel résonne dans les têtes parisiennes, qui vont enfin s’offrir une fin de match européenne heureuse. Car à la suite d'une nouvelle accélération de Mbappé, Choupo-Moting délivre la délégation parisienne et envoie le PSG en demi-finales de Ligue des champions (1-2, 90e+3). Oui, Paris aussi a droit à ses miracles.



Atalanta (3-4-2-1) : Sportiello - Toloi, Caldara, Djimsiti (Palomino,61e) - Hateboer, De Roon, Freuler, Gosens (Castagne, 82e) - Gómez (Malinovskyi, 59e), Mario Pašalić (Muriel, 70e) - Duván Zapata (Da Riva, 82e). Entraîneur : Gian Piero Gasperini

PSG (4-3-1-2) : Navas (Sergio Rico, 79e) - Kehrer, Thiago Silva, Kimpembe, Bernat - Herrera (Draxler, 71e), Marquinhos, Gueye (Paredes, 72e) - Sarabia (Mbappé, 60e), Icardi (Choupo, 79e), Neymar. Entraîneur : Thomas Tuchel


  • Résultats et classement de la Ligue des champions

    Par Andrea Chazy
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    C1 - Quarts - Atalanta-PSG (1-2)




    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

    Hier à 16:58 Privé de Coupe d'Allemagne, un dirigeant dénonce la décision « d'un tribunal Mickey Mouse » 8
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
    Hier à 15:23 Espagne : Le ministère de la Consommation ne veut plus des sites de paris comme sponsors 24
    Hier à 10:20 Le VVV-Venlo se relève de sa claque en gagnant en coupe 5 Hier à 10:10 Reading marque après neuf secondes de jeu contre Blackburn 7 Hier à 09:01 Bruno Genesio : « Je me suis imprégné de la culture chinoise » 42
    À lire ensuite
    Les notes de l'Atalanta