Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 18e journée
  3. // PSG/Lyon (1-0)

Paris remonte sur son trône

Sérieux sans être brillants, les joueurs du Paris Saint-Germain dominent une faible formation lyonnaise 1 à 0. Le PSG dépasse son adversaire du soir à la différence de buts et reprend les rênes de la Ligue 1.

Modififié
Paris Saint-Germain - Olympique lyonnais : 1-0
But : Matuidi (45e) pour le PSG.

Le choc. La rencontre entre le leader et le troisième du classement avait tout pour plaire. Le face-à-face entre l'équipe qui joue le plus beau football depuis le début de la saison et celle qui a gagné ses deux derniers matchs 4 à 0 se devait d'être épique. L'affrontement censé établir — ou rétablir — la hiérarchie du football français ne pouvait être que dantesque. Tout le vocabulaire y passait : match à six points, combat psychologique, lutte pour le titre de champion d'automne, autant de termes destinés à entretenir le suspense autour d'une rencontre présentée comme « la plus importante » de la première partie de saison. Et pourtant, le supporter qui attendait de la sueur, du sang, des larmes et des buts repart quelque peu sur sa faim. Plus réaliste dans les moments clés, le Paris Saint-Germain s'impose par la plus petite des marges face à des Lyonnais globalement moins bons. À quelques jours des fêtes de fin d'année, la Ligue 1 retrouve une certaine logique. Comme dans un cours de géographie façon Pensionnat de Chavagnes, la carte de France est barrée par l'axe Paris-Lyon-Marseille. Les formations, toutes trois à 35 unités, sont sur le podium. Paris, à la différence de buts, récupère son trône.

Le contre, arme fatale

Les premiers instants sont âpres. Lyon tient la balle et Paris — dans un style déjà vu à Valenciennes — gicle vite en contre. Bien aidée par un public entré de plain-pied dans la rencontre, l'ambiance est électrique. Les visages sont grimaçants et crispés comme dans un western de Sergio Léone. Après quelques instants d'observation, le Paris Saint-Germain tire sa première cartouche, sans faire mouche. Pastore se retrouve face à Vercoutre après un splendide une-deux avec Ibra, mais n'arrive pas à placer sa frappe hors de portée du portier lyonnais. La riposte rhodanienne est rapide comme l'éclair. Gueïda Fofana lance une ouverture splendide pour Lisandro qui, totalement en rupture sur la gauche, parvient à claquer du tibia un ballon qui frappe le poteau droit de Sirigu avant de venir traîner devant la ligne de but. Il est bien là, le choc tant attendu. La tension monte d'un cran dans l'arène, les coups se multiplient, Fofana prend une manchette dans la gorge, Zlatan essuie son crampon sur le front de Lovren, Thiago Silva râle auprès de l'arbitre et prend son jaune. Une tactique payante puisqu'à quelques minutes de la mi-temps, les ouailles d'Ancelotti amorcent un contre fatal : Thiago Silva bloque une attaque de Lisandro, passe à Jallet qui lance très loin Ibrahimović. Le Suédois élimine son vis-à-vis et distille un amour de centre sur la tête de Matuidi. 1-0. Alors que M. Gautier a déjà le sifflet en bouche, Ibrahimović loupe le break en butant sur Vercoutre. À 2-0, les Gones auraient pu crier à l'injustice.

La fatigue lyonnaise

Ça repart, la chique roule, mais on s'ennuie ferme. Pour égayer la situation, Paris s'essaie au burlesque. Sur un coup franc à 30 mètres, Ibra foire totalement sa combinaison et envoie une baballe au pied du mur. C'est rigolo, mais ça gâche un bon coup franc. L'OL ne se montre pas vraiment plus dangereux de l'autre côté. Alors qu'au ras du pré rien ne se passe, ou presque, Boulogne s'agite, les stadiers interviennent et ramènent le calme. « Les ultras sont des salopes » , chante une partie du kop. Des mots doux qui ont quoi qu'il en soit le don de tenir Rémy Vercoutre éveillé. Déjà décisif en première période, le goal des Gones sort avec classe une frappe tendue et excentrée de Pastore. Usés, les Lyonnais laissent progressivement leurs adversaires prendre le jeu à leur compte. Christophe Jallet d'une lourde à l'entrée de la surface, puis Ezequiel Lavezzi d'une petite pichenette sont à deux doigts de corser l'addition. Pas inquiétés par des adversaires qui paraissent ne plus pouvoir courir en fin de match, les copains de Blaise Matuidi lèvent le pied. L'essentiel est fait, les Parisiens retrouvent leur fauteuil de leader et laissent loin derrière eux la crise de novembre. Dommage pour ceux qui attendaient un véritable choc que les Lyonnais n'aient pas été à la hauteur.

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 112
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall