Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32es
  3. // Rennes-PSG (1-6)

Paris, la magie de la Coupe

Pour son premier match de l'année 2018, le PSG montre les muscles face à Rennes. Une véritable démonstration, qui permet aux Parisiens de se qualifier pour les seizièmes de finale.

Modififié

Stade rennais 1-6 Paris Saint-Germain

Buts : Bourigeaud (66e) pour Rennes // Mbappé (9e et 76e), Neymar (17e et 43e) et Di María (23e et 75e) pour le PSG

Sochaux allume Amiens, Nantes s'en contente

Le coup de sifflet de Monsieur Amaury Delerue a le don d'agacer les Parisiens, Kylian Mbappé et Marco Verratti en tête. Il y a quelques secondes, les Rennais viennent de perdre stupidement la balle dans le rond central. Tout de suite, le petit milieu italien lance en profondeur l'attaquant français. Le contre risque d'être terrible, car le PSG part en quatre contre deux. Mais l'arbitre décide de siffler la mi-temps et de couper court à l'action. Les Parisiens sont furieux. Pourtant, au bout de 45 minutes, ils mènent déjà 4-0. Au-delà du niveau de jeu affiché lors de ce premier match de l'année, les hommes d'Unai Emery montrent de par leur attitude toute leur détermination. Leur volonté de frapper fort d'entrée, de marquer le plus de buts possible. En 2018, le PSG n'est pas là pour blaguer.

Démonstration de force


Pourtant, le Stade rennais ne commence pas si mal son premier match de 2018. Pendant presque dix minutes, les hommes de Sabri Lamouchi font illusion. Bien en bloc, ils utilisent plutôt bien le ballon lorsqu'ils l'ont. Mais on sent bien que le PSG peut accélérer n'importe quand, notamment dans le dos de la défense rennaise. Après un premier avertissement – Kylian Mbappé croque une énorme occasion, seul devant le but –, les Parisiens piquent une première fois pour remettre les pendules à l'heure. Sur un long ballon de Thiago Silva, l'ancien Monégasque ne tremble pas et ouvre le score. C'est le début des emmerdes pour Rennes. Les Bretons ont craqué trop tôt, dès la neuvième minute, et ne peuvent plus rien faire d'autre que de subir.

Dans ses cages, Abdoulaye Diallo fait un boulot monstre et sort quelques arrêts impressionnants, notamment devant Giovanni Lo Celso, Ángel Di María et surtout Neymar, qu'il met en échec deux fois, à mi-distance et en face à face. Mais ce n'est pas suffisant. Le Brésilien finit par trouver le chemin du but au bout de deux actions collectives impressionnantes. Peu après le quart d'heure de jeu, il est à la conclusion d'un redoublement de passes en une touche au sein même de la surface rennaise, entre Di María, Rabiot et Verratti. Et juste avant la pause, il termine une contre-attaque éclair partie d'un corner rennais, sur une offrande de Mbappé. Entre-temps, Ángel Di María a eu le temps de mettre son petit but, à la réception d'un bon centre de Yuri Berchiche.

Motta, le point noir


Les Rennais sont complètement à la rue, pris de vitesse, et les vagues jaunes sont incessantes sur le but de Diallo. Heureusement pour eux, les Parisiens lèvent le pied au retour des vestiaires. Les Bretons peuvent enfin conserver un peu plus le ballon et se procurer leur première occasion. Firmin Mubele, rennais largement le plus en jambes ce soir, manque le cadre de peu sur un centre de Benjamin Bourigeaud. Alors que les Bretons ont du mal à percer le bloc parisien, Thiago Motta décide de faire un petit cadeau à ses adversaires. Il entre à l'heure de jeu et sort sept minutes plus tard à cause d'une gêne à la cheville, juste le temps de commettre une main dans sa surface sur corner. Benjamin Bourigeaud transforme le penalty.

Mais pas question pour les Parisiens de « perdre » cette seconde période. Les hommes d'Unai Emery remettent automatiquement un coup d'accélérateur, et ça ne tarde pas à payer. Après un coup franc de Neymar sur le poteau de Diallo, Di María rouvre les vannes en allumant à l'entrée de la surface de réparation. Encore une passe décisive de Mbappé. À peine une minute plus tard, les deux hommes échangent les rôles, et c'est Kyky qui pousse le ballon au fond des filets sur un service de l'Argentin. Les trois attaquants parisiens sont encore impliqués sur l'action, et s'offrent chacun un doublé. Pas de jaloux. Les Parisiens ont marqué six fois, et auraient pu en mettre encore plus. La qualification est acquise, avec la manière, et Paris aligne une 19e victoire consécutive en Coupe de France.


Rennes (4-1-4-1) : Diallo - Danzé, Gnagnon, Mexer, Bensebaini - Gélin - Bourigeaud (Sarr, 72e), Lea-Sliki (Maouassa, 46e), André, Mubele - Khazri (Amalfitano, 72e)
Paris (4-3-3) : Trapp - Alves, Silva, Kimpembe, Berchiche - Verratti (Motta, 61e - Nkunku, 68e), Lo Celso (Draxler, 61e), Rabiot - Di María, Mbappé, Neymar




Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE