Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-OM (3-1)

L'opération séduction

Opposé à l’OM dimanche soir au Parc des Princes, le PSG ne jouait pas en priorité pour engranger des points dans une Ligue 1 déjà pliée, mais bien pour se rabibocher avec ses propres supporters, parfois maladroitement.

Modififié
Avant de jouer leur huitième de finale retour de C1 contre Manchester United, il n’est pas certain que les joueurs parisiens avaient un jour imaginé un tel accueil de la part du Parc. Après leur sortie de route, les coéquipiers d’Alphonse Areola avaient, d'ailleurs, déjà eu un avant-goût de ce qui allait les attendre face à Marseille lors de leur retour à la maison, où 500 ultras parisiens s’étaient invités pour leur dire deux-trois mots. Ce dimanche soir, les pardons virtuels de Presnel Kimpembe ou autres n’avaient eu aucun effet sur la rancœur des ultras parisiens qui en attendaient plus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les joueurs de Thomas Tuchel ont tout fait pour essayer de leur filer le sourire avant d’attaquer la semaine.

Se battre ou mourir


Pour montrer qu’ils n’avaient pas « Des biftons à la place du cœur » comme on pouvait le lire au cœur du virage Auteuil, les Parisiens ont mis des ingrédients qui n’étaient pas là face aux Red Devils, voire même lors d’anciens Classiques. Peut-être car, les années précédentes, ils n’avaient pas besoin de mettre un engagement excessif, parfois à la limite, pour compter sur un soutien sans faille de leur public. Ce n’est alors pas étonnant de voir Kylian Mbappé, dans la seconde après avoir ouvert le score, tenter une première approche avec une célébration faite pour déchaîner les passions.


Lors du deuxième round, chaque contact était propice à une réaction – voire à une surréaction parisienne – comme pour tenter de faire jaillir un peu de vieille rivalité. Lorsque Presnel Kimpembe s’agrippe à Lucas Ocampos, que Leandro Paredes vient chercher des noises au premier maillot blanc visible, le message est clair : Paris cherche à reconquérir un territoire où il n’était plus totalement souverain, et surtout à montrer qu’il peut être « digne de ces couleurs » envers un public qui a accepté de l’accompagner par moments. Avant de se taire dans les derniers instants de la rencontre, et de remettre au jour sa banderole phare du soir : « On n’oublie pas » . Preuve que la route est encore longue.

Sans l'aval de Tuchel


Ce rabibochage en règle, Thomas Tuchel ne veut pourtant pas en entendre parler. En conférence de presse d’après-match, l’entraîneur allemand l’a répété à qui voulait l’entendre : son PSG « n’a pas à s’excuser » . « Nous sommes les plus déçus de cette défaite, c’est un accident. Je pense que tout le monde peut ressentir que cette équipe a une unité, une alchimie spéciale. C’est pour ça que ce n’est pas nécessaire de dire pardon. Ils montrent chaque jour et chaque match leur faim de gagner, comme ils l’ont fait à Dijon et aujourd’hui dans un Classico. L’équipe prouve qu’elle peut réagir comme des champions » , a poursuivi le coach parisien. Reste que, jusqu’à la fin de la saison, les grands rendez-vous pour que ses joueurs prouvent leur bonne foi et leur attachement au club seront peu nombreux. Il y a bien encore une Coupe de France à aller chercher ainsi qu’un championnat à boucler avec la manière. Car, tout autre écart, même le plus minime, ne sera plus toléré.


Par Andrea Chazy, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le digéstif du Classique, c'est par ici




Dans cet article


Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:08 L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 43
Hier à 13:55 Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:17 Cenk Şahin « libéré » par Sankt Pauli après avoir soutenu l'armée turque 67