Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Trophée des Champions
  2. // PSG-Monaco

Paris, l'amour à trois

Comme lors des matchs de préparation, le Paris Saint-Germain devrait entamer sa saison face à l'AS Monaco avec une défense à trois, aujourd'hui à Shenzhen (14h) lors du Trophée des champions. Un système qui semble coller parfaitement aux caractéristiques des joueurs dont dispose Thomas Tuchel.

Modififié
Qui a dit que l’International Champions Cup ne servait à rien ? Malgré une pléiade d’absents et deux gifles reçues par le Bayern Munich (1-3) et Arsenal (1-5), le Paris Saint-Germain peut tirer quelques enseignements de cette "compétition" : Jean-Christophe Bahebeck est toujours sous contrat, Timothy Weah aura une carte à jouer cette saison, Moussa Diaby court extrêmement vite, Virgiliu Postolachi a un blase magnifique et surtout, Thomas Tuchel veut imposer sa défense à trois. L’entraîneur allemand à beau déclarer que Paris « ne jouera peut-être pas à trois derrière toute la saison » , force est de constater que sur les cinq matchs amicaux disputés, les Parisiens ont évolué à quatre derrière uniquement lors de la première période face à Chambly. Quarante minutes durant lesquelles le PSG aura concédé deux buts pour les grands débuts de Gigi Buffon dans les bois. De là à dire que Paris se présentera à trois derrière face à Monaco pour le Trophée des Champions ? Possible.

KMS is the new BBC


Il faut dire que ce système en 3-4-3, similaire au Chelsea d’Antonio Conte, présente plusieurs avantages pour le Paris Saint-Germain. Le premier, et pas des moindres, est de permettre à Thiago Silva, Marquinhos et Presnel Kimpembe d’être tous les trois titulaires en même temps. Et vu le niveau affiché par les trois lascars la saison dernière, la KMS pourrait très vite faire oublier sa BBC (Bonucci, Barzagli, Chiellini) à Gianluigi Buffon. Alors oui, il va falloir que les trois défenseurs parisiens prennent leurs marques et s’adaptent à cette nouvelle tactique avant d’être au niveau de la BBC, mais cette défense à trois a la mérite d’être très alléchante sur le papier. En vacances de l’autre côté de l’Atlantique avec son enceinte portative, Kimpembe ne peut que se réjouir de ce changement tactique décidé par Thomas Tuchel qui devrait lui permettre de ne plus s’asseoir sur le banc lors des gros matchs européens - seulement quatre rencontres de C1 disputées - et ainsi montrer que sa prestation XXL face à Lionel Messi il y a deux saisons n’est pas qu’un feu de paille.


Mais le récent champion du monde n’a pas le monopole du bonheur devant ce 3-4-3. En train de prendre du bon temps à Ibiza, Thomas Meunier connaît parfaitement ce schéma tactique puisque c’est celui de sa Belgique. Et c’est d’ailleurs dans ce rôle de piston droit, qui lui va à merveille, que Meunier a marché sur la Coupe du monde. Il faut dire qu’en étant protégés et couverts par trois défenseurs, les latéraux peuvent alors se permettre de se montrer plus offensifs et laisser quelques espaces dans leur dos. Du pain béni donc pour Thomas Meunier mais aussi Dani Alves et Layvin Kurzawa, souvent largués sur le plan défensif la saison dernière mais redoutables offensivement.

Lass Diarra en quatrième homme ?


Visiblement décidé à opter pour cette défense à trois, Tuchel pourrait ainsi rendre un précieux service à ses dirigeants qui galèrent à trouver cette fameuse sentinelle tant recherchée depuis le départ à la retraite de Thiago Motta. En jouant avec seulement deux véritables milieux de terrain, le Paris Saint-Germain est donc déjà bien armé avec Marco Verratti, Adrien Rabiot - à condition qu’il reste -, Giovani Lo Celso, Lassana Diarra et Julian Weigl, dont le transfert serait en bonne voie. Désormais, le problème se situe donc plus bas à en croire Thomas Tuchel : « Je ne suis pas le genre d’entraîneur à demander des joueurs mais il faut s’adapter à toutes les situations. Nous avons trois grands défenseurs centraux, je crois en eux, mais qu’est-ce qu’il arrivera quand l’un sera blessé, aura besoin de repos ou sera suspendu ? Avec une défense à trois, nous avons besoin de plus de défenseurs. »


En attendant l’arrivée d’un quatrième central (Boateng ?), l’entraîneur allemand bricole avec Lassana Diarra en patron de la défense et il est plutôt heureux du résultat : « C'est un plaisir d'avoir des joueurs comme lui, vous le voyez dans son attitude, il a joué pour de grands clubs. Son premier match en tant que défenseur central face au Bayern a été bon. Il peut jouer à plusieurs postes. » Si le problème de la défense central est, en partie, réglée avec le repositionnement de Lassana Diarra, il manque toujours un concurrent à Kurzawa dans le couloir gauche depuis le départ de Yuri Berchiche. À moins que, là encore, la solution se trouve en interne. Bloqué par Neymar, Mbappé et Cavani, Ángel Di María pourrait très bien occuper ce poste de piston gauche qu’il a testé à plusieurs reprises avec l’Argentine, pour un résultat loin d’être ridicule. Une solution qui aura le mérite de réconcilier pour de bon le Paris Saint-Germain avec le fair-play financier.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 24
Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 23 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 22 Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 195
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur