Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée
  3. // PSG/Bastia

Paris fait son trou

Tombeur d’un Bastia inoffensif avec une équipe légèrement retouchée (3-1), le PSG a pris de l’avance en tête de la Ligue 1. Ménez et Lucas Moura ont fait la différence, Ibrahimovic a encore marqué.

Modififié
PSG 3-1 Bastia<br>
Buts : Ménez (57è), Ibrahimovic (70è, sp) et Lavezzi (89è) pour Paris ; Khazri (83è) pour Bastia

Une seule victoire en 2013, une élimination en Coupe face au voisin de troisième div’, aucun succès au Parc de son histoire et 47 buts encaissés en 23 matchs de Ligue 1 cette saison. Pour le PSG, ses stars et ses dix victoires en onze matchs, la venue du Sporting Club de Bastia dans la capitale n’avait à première vue pas grand-chose de préoccupant. A seconde vue non plus, finalement. Face à une équipe parisienne remaniée, les Corses ont tenu une mi-temps, avant de lâcher sous les accélérations de Ménez et Lucas Moura, puis de refaire illusion l’espace de cinq minutes. Sans briller, mais sans vraiment forcer non plus, Paris a fait la différence grâce à ses individualités. Et fait le trou en haut de la L1.

Sylvain Armand vs Jérôme Rothen

Pour ce match calé entre les rencontres internationales et la C1, Carlo Ancelotti a fait le choix de ménager plusieurs de ses cadres. Zlatan, Lavezzi, Matuidi et Jallet sont sur le banc, Sakho dans les tribunes. Résultat, Sylvain Armand est capitaine du PSG. Ça, plus Rothen (lui aussi capitaine) et Landreau sur le pré, ça donne un petit coup de vieux au public du Parc. A moins que ce ne soit plus vraiment le même. Bon, les locaux dominent clairement, s’approchent régulièrement du but de Landreau, mais Pastore réussit une passe sur vingt-cinq et Lucas Moura, joliment servi par Gameiro, dévisse seul face à la cage. Emmenés par un Rothen particulièrement motivé, les Corses se décident à sortir et allument quelques mèches, sans faire flipper plus que ça la paire Leonardo-Al-Khelaifi. Mais à trop sortir, les Bastiais s’exposent à la vitesse de Moura et Ménez en contre. L’ancien Romain accélère une fois, deux fois, croise son centre-tir que Gameiro semble pouvoir pousser au fond, mais non. Le tacle en bout de course du petit Kevin, à un mètre du but, ne trouve que le poteau. A part ça, pas grand-chose d’organisé. C’est la mi-temps, le public siffle et Carlo a l’air très énervé.

« Merci Landreau »

Pas pour autant de changement à la reprise, même si Ibra est parti s’échauffer. Les Parisiens repartent de l’avant, Marchal manque de peu le csc, puis viennent les cinq minutes de Landreau. L’ancien de la maison sauve d’abord les siens sur une superbe Madjer de Gameiro, avant de passer à côté, ou plutôt au-dessus, d’une frappe du gauche de Ménez (57è). « Merci Landreau, merci Landreau, merci. » Le Parc chambre, Ibra applaudit, Ancelotti respire. Pastore, lui, n’est décidément pas dans un grand soir. Hantz réagit et lance coup sur coup Jacques Faty et Anthony Modeste. Bam. Libérés, les Parisiens ont mis en route la machine. Très percutant, Lucas Moura fixe et déborde Palmieri qui le déstabilise… en dehors de la surface. Pénalty quand même, que Zlatan, entré quelques minutes plus tôt, transforme sans soucis (70e). Ménez, au bout d’un slalom en solo, est même tout proche d’enfoncer le clou. En face, Bastia ne propose rien. Pas une vraie occase. Jusqu’à ce coup-franc génial de Khazri, qui profite d’un Sirigu trop avancé pour pimenter un poil la fin de partie (83e). Le Tunisien passe même tout près d'égaliser dans la foulée, mais c’est finalement Lavezzi, sur un service de Chantôme, qui conclut tranquillement la soirée (89è). Ça fait 50 buts en 24 matchs pour la défense corse. Pas mal. Le PSG, lui, peut sereinement préparer le déplacement à Valence.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur