Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Trophée des Champions
  2. // PSG-Monaco

Paris et l'impossible régime d'été

Comme l'été dernier, le PSG doit vendre et galère à refourguer les joueurs dont il ne veut plus. Pas évident quand on a amassé une pelletée de boulets dont pas grand monde ne veut.

Modififié
« Ta ta taaaa, tatatata ! » Ça y est. Amélie, dermatologue à Dax, vient de déboiter Bastien, responsable d'une société d’électro-ménager de la région de Colmar, dans l'épreuve finale du Face-à-face. Les trompettes vrombissent, le générique de Questions pour un champion fait trembler les murs, et Samuel Étienne n'a plus qu'à boucler l'émission avec les formalités habituelles. Le sympathique Bastien rentrera dans le Haut-Rhin avec un dictionnaire amoureux des oiseaux sous le bras. Quant à Amélie, elle se retrouve dans la même situation que Néo face aux pilules de Morpheus : deux possibilités, un seul choix à faire. Et comme la championne du jour n'est pas du genre à trembler, elle assène d'une voix assurée : « Je reste. » Deux mots plutôt simples à prononcer, qui ne nécessitent pas de séances chez l'orthophoniste, mais que Neymar a quand même eu un mal fou à aligner.


Clairement, on ne peut pas dire que le Brésilien soit allé vite en besogne pour calmer les rumeurs de transferts autour de sa petite personne, et il a fallu attendre le 19 juillet dernier pour l'entendre dire distinctement : « Je reste à Paris. » Ça a été long, mais au moins, la galaxie du PSG en est sortie soulagée. En revanche, les dirigeants parisiens se frottent beaucoup moins les mains quand ce sont Jesé, Bahebeck ou encore Di María qui rechignent à hisser les voiles. Car pour tout un tas de raisons - fair-play financier, logique sportive, etc. -, le PSG doit vendre. Et alors que le chassé-croisé en juilletistes et aoûtiens a déjà eu lieu sur l'autoroute A6, le club parisien n'a pas encore mis grand monde à la porte.

Poussière sous le tapis


En plus, Nasser et son staff ont tout fait pour se mettre des bâtons dans les roues en recrutant mal, trop, et trop cher. Conséquence, au moment de dégraisser, il faut vendre beaucoup et bien. La saison dernière, après avoir chopé Neymar au Barça et Mbappé à Monaco, Paris n'avait réussi à vendre que Aurier, Matuidi, Augustin, Sabaly, et Lucas au mercato hivernal. Des opérations qui avaient fait entrer à peine plus de 100 millions d'euros dans les caisses. Soit à peu près le prix de Neymar s'il était un homme-tronc. Et un an plus tard, Paris a toujours autant de boulets sur les bras. Après des mois d'atermoiements, Javier Pastore (Roma) a enfin trouvé preneur, et le dossier Berchiche (Bilbao) a été rapidement expédié en début de mercato. Mais à part ça, la capacité du PSG à bazarder ses indésirables est proche du néant.


Pire, les patrons de la boutique ont enchaîné les mauvais calculs ces dernières années en envoyant des joueurs en prêt comme on met de la poussière sous un tapis, Jesé et Bahebeck par exemple. Deux garçons qui n'ont convaincu personne de les acheter, et qui reviennent aujourd'hui à Paris comme des boomerangs qu'on prend en pleine gueule. Autre erreur : espérer de la Coupe du monde qu'elle permettrait à des joueurs de faire grimper leur valeur marchande. Krychowiak a été affreux et Guedes n'a pas été le monstre annoncé. Résultat, le premier vient d'être prêté au Lokomotiv Moscou tandis que le second n'a pas vu son option d'achat levée par Valence. Le Portugais voulait rester en Espagne, le club parisien veut le vendre mais en demande trop, bref, le sac de nœuds est solide.

Druckérite


Depuis qu'on a retrouvé le cadavre d'Hatem Ben Arfa dans un placard du Parc des Princes, tout le monde sait que le PSG n'a aucun souci à martyriser ses joueurs en leur offrant une saison blanche s'ils ne partent pas quand on le leur demande. Guedes ou d'autres joueurs du PSG sont-ils susceptibles de se retrouver dans la même situation ? Autre cas de figure, celui de ces joueurs à fort potentiel commercial avec lesquels Paris ne sait plus sur quel pied danser. Ángel Di María est sur la liste des partants potentiels depuis des lustres, mais pourrait décider de continuer son aventure parisienne. Adrien Rabiot reçoit des déclarations d'amour de Thomas Tuchel toutes les semaines, mais fait toujours miroiter un départ au Barça. Areola veut être titulaire et n'a aucune garantie sur son temps de jeu avec l'arrivée de Buffon, mais Paris souhaite le garder. Kevin Trapp voulait partir il y a six mois, et semble avoir changé d'avis depuis.



Et comme Thomas Tuchel a l'air d'être un très gentil monsieur, bien éduqué et plein de bonnes intentions, il n'a toujours pas haussé publiquement le ton pour faire dégager quelques joueurs parasites. Le nouveau coach du PSG semble aimer tout le monde et c'est tout à son honneur, mais ce n'est pas en étant atteint de druckérite qu'on parvient à faire le ménage dans un vestiaire surchargé. Et alors que les derniers joueurs encore en vacances rentreront juste après le Trophée des champions, Paris a encore un mois pour mettre ceux dont il n'a plus besoin sur Le Bon Coin. Où se trouve sans doute le dictionnaire amoureux des oiseaux de Bastien.

https://www.youtube.com/watch?v=Zcl98Bguq7k


Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:17 Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 18:09 Gervinho vers Parme 16 Hier à 17:00 Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 Hier à 16:30 Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 26
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:30 Un match de Liga prochainement joué aux States 63 mercredi 15 août Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 13 mercredi 15 août Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 mercredi 15 août La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 mercredi 15 août Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 mercredi 15 août Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 mercredi 15 août À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5