Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // PSG-Strasbourg (2-0)

Paris éjecte Strasbourg

Placé en tête grâce à un but précoce de Cavani, le PSG n'a ni tremblé ni brillé pour sortir le Racing de la Coupe de France mercredi soir (2-0).

Modififié

PSG 2-0 Strasbourg

Buts : Cavani (4e) et Di María (80e) pour le PSG

Une salle, deux ambiances. Qu'attendre d'un seizième de finale de Coupe de France pris en sandwich entre les rendez-vous multiples posés sur la route d'une deuxième partie de saison ? « Je veux juste éviter le match pourri » , glissait mardi Thierry Laurey, skipper d'un Racing deuxième meilleure attaque du pays et dont la tête est déjà à la demi-finale de Coupe de la Ligue qui attend ses ouailles le 30 janvier prochain. N'étant déjà plus concerné par cette histoire, Thomas Tuchel, lui, voyait la réception des Alsaciens comme un steak à filer à une meute de soiffards qui restait sur la mise à mort d'une lanterne rouge. Résultat, cette dernière s'est goinfrée le billet pour les huitièmes sans trop se faire prier et sans non plus tout bien faire. Peut-être parce que Laurey a tenu un autre de ses engagements : celui de ne pas se pointer au Parc avec une équipe en bois.

La tournée de Silva, le nez de Cavani


Tuons le suspense d'entrée : mercredi soir, le PSG n'a pas vraiment tremblé. Habillé en 4-2-2-2, avec une défense type, un Dani Alves une nouvelle fois transformé en récupérateur et posé aux côtés de Draxler, éclairé devant par un duo Cavani-Choupo-Moting, le onze de Tuchel a même planté ses dents dans le scénario en moins de quatre minutes. La formule ? Thiago Silva, une nouvelle fois excellent, aux manettes, Choupo-Moting en relais, Cavani à la finition. Simple, clinique. L'odeur d'un nouveau festival monte alors au nez, mais le Racing entre dans son match et tente de jouer avec ses armes du soir (Liénard en sentinelle, Grandsir qui découvre ses nouveaux potes, un duo Ndour-Martinez pour tenir l'axe de la défense).


Et ça fonctionne, notamment lorsque Dimitri Liénard prend les commandes du jeu de son équipe au lieu de se chatouiller avec Neymar. Problème, dès qu'un boulon de la relance alsacienne saute, c'est souvent tout le bloc qui chavire et laisse Sels tenir la boutique, comme sur un coup franc de Neymar (28e), une tête de Cavani (39e) ou un autre pétard envoyé par le pied gauche du marionnettiste brésilien avant la pause (44e). Point positif côté PSG : avec une paire Silva-Marquinhos comme ça, Tuchel peut pioncer en paix. Point définitif : Paris a définitivement besoin d'un nouveau jouet au milieu.

Jesé II, le retour


Joueur, Laurey muscle le cœur du jeu dès le retour des vestiaires et pose un 4-1-4-1 sur le plateau, où Kenny Lala vient remplacer Carole. Pour une petite rébellion : le Racing ferme le cœur du jeu, cherche à accélérer ses transitions, ne veut pas se contenter de voir tourner les aiguilles, mais tire essentiellement de loin, comme en première période. Le PSG, lui, gère son affaire, Choupo-Moting par deux fois croquant l'occasion de filer une avance numérique supplémentaire aux siens là où Neymar, sorti en levant le doigt à l'heure de jeu, se fait mordre par le jeune Moataz Zemzemi. Puis, plus rien, ou presque, au milieu d'une dernière demi-heure vidée de tout rythme et d'où l'on ne conservera qu'un coup de feu : celui tiré par Ángel Di María au bout d'un centre de Draxler et d'une relance foireuse plein axe de Zemzemi. 2-0, score final, et c'est tout ce que l'on retiendra. Ah non, Jesé est passé faire coucou.


PSG (4-2-2-2) : Areola - Kehrer, Marquinhos, T. Silva, Bernat - Alves, Draxler - Di María (Nkunku, 86e), Neymar (Diaby, 61e) - Cavani, Choupo-Moting (Jesé, 90e). Entraîneur : Thomas Tuchel.

Strasbourg (4-3-3) : Sels - Aaneba, Martinez, Ndour, Carole (Lala, 46e) - Gonçalves, Liénard, Zemzemi - Da Costa (Karamoko, 81e), Mothiba (Zohi, 66e), Grandsir. Entraîneur : Thierry Laurey.


Résultats et classement de la Coupe de France

Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:48 Euro Millions : 164 millions d'€ à gagner + 20€ de bonus offerts ce vendredi
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 14:57 Odense vous souhaite une joyeuse Saint-Valentin 18 Hier à 14:42 Le lob de fou furieux d'Óscar Cardozo en Libertadores 33 PUTACLIC! L'émouvant quintuplé d'André-Pierre Gignac 85