Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Lyon (3-0)

Paris démonte Lyon au petit trot

Bougés pendant une heure, les Parisiens ont finalement réussi à venir à bout de Lyonnais audacieux mais maladroits. Avec cette qualification en quarts de finale de la Coupe de France, le PSG semble bien parti pour réaliser un nouveau triplé.

Modififié

Paris Saint-Germain 3-0 Olympique lyonnais

Buts : Zlatan (63e, 66e) et Rabiot (75e)

C'est le mal lyonnais de cette saison 2015/2016, et il aura encore coûté à l'équipe une victoire. Les Gones ne savent pas concrétiser leur possession en buts. Pourtant, les Lyonnais ont longtemps eu le ballon dans les pieds. Sans jamais parvenir à faire douter les Parisiens, qui jouaient ce soir avec le frein à main enclenché. Et comme souvent, c'est dans un temps fort que les hommes de Bruno Génésio se sont fait surprendre. Par deux fois en cinq minutes, les défenseurs lyonnais se sont alignés comme pour jouer à la marelle et ont laissé Zlatan Ibrahimović s'offrir un doublé. Ce n'est donc toujours pas ce soir que l'OL ramènera le scalp des Parisiens à la maison. Ce n'est pas non plus grâce à la Coupe de France que les Gones sauveront leur saison. Pour le PSG, la vie est un long fleuve tranquille.

Lucas & Furious


Pour la quatrième fois de la saison déjà, Parisiens et Lyonnais se retrouvent face à face. Après quinze victoires de rang toutes compétitions confondues, les hommes de la capitale entendent bien poursuivre leur belle série et chasser un nouveau titre en Coupe de France. Pour les Gones, il s'agit de créer la surprise et de se hisser en quarts de finale. D'autant que la Coupe de France constitue pour les Lyonnais un objectif principal. Dès le coup d'envoi, ce sont d'ailleurs bien les hommes de Bruno Génésio qui s'emparent du cuir. Les Parisiens sont gênés par le pressing haut de Lacazette, Cornet et Ghezzal et ne parviennent pas à se dégager proprement. Mais sur sa première action construite, le PSG se montre dangereux (8e). Le premier quart d'heure est clairement lyonnais, mais la possession des Gones est stérile. Comme souvent. Les Parisiens reprennent peu à peu le contrôle du ballon et poussent Morel puis Jallet à la faute (17e).

Deux fois de suite, Anthony Lopes sort hors de sa surface, signe d'une incompréhension avec son défenseur Bakary Koné, pas vraiment rassurant ce soir. Les coéquipiers du Z cherchent Lucas dans la profondeur, mais se heurtent au dernier rideau lyonnais à plusieurs reprises. Quand ils ont la balle, les Gones manquent d'imagination. Et les rares fois où la balle arrive dans les pieds de Lacazette, l'attaquant la perd avant même d'avoir pu lever la tête. Rachid Ghezzal, pourtant si convaincant depuis le début de l'année, réalise lui aussi une prestation plus que médiocre. À l'inverse, Lucas met à mal ses adversaires sur chacune de ses accélérations. L'attaquant parisien est vraiment dans un très grand soir. Cornet est certes plus discret, mais il faut une très belle parade de Sirigu (38e) pour l'empêcher d'ouvrir le score. Malgré un dernier corner parisien, les deux équipes regagnent les vestiaires sur un score nul et vierge.

Cinq minutes et puis s'en va


Après la pause, les Lyonnais reposent le pied sur le ballon et se projettent bien vers l'avant. Mais la maladresse de Lacazette annihile encore un trois contre deux intéressant (46e). L'attaquant lyonnais réalise vraiment une prestation indigente ce soir. Pourtant, les Gones sont à nouveau dans un temps fort. Samuel Umtiti intercepte une passe au milieu de terrain et sert Sergi Darder à l'entrée de la surface. L'Espagnol se met sur son bon pied et voit sa frappe contrée par un défenseur (51e). Dans la foulée, Ibra alerte Lopes d'une frappe sèche à l'entrée de la surface (54e). Jérémy Morel, vexé du petit pont de Lucas en première période, tente même de se venger. Le rythme retombe inexorablement, et le Parc s'endort encore un peu plus. Les hommes de Laurent Blanc reprennent le contrôle du ballon, mais butent un temps sur Umtiti. Jusqu'à l'ouverture du score à l'heure de jeu, accordée à Zlatan Ibrahimović.


Mal alignée, la défense lyonnaise laisse Lucas déborder et servir le Z qui se jette pour marquer de la poitrine (63e). Quelques minutes plus tard, même action, mais à droite. Le Z est servi et n'a qu'à la pousser au fond pour s'offrir un doublé (66e). Les Lyonnais ne font preuve d'aucun esprit de révolte et font tourner pendant de longues minutes. Même quand la chance leur sourit, les Gones ne cadrent pas (70e). Et pour tuer le match, c'est l'arbitre qui se mue en passeur décisif pour Adrien Rabiot, largement hors jeu à la réception du centre de Lucas (75e). Qu'importe, les Lyonnais n'y sont plus, et « Mobylette » semble sans solution. Encore une fois, Lyon n'a pas su tuer le match quand il en avait l'occasion. Le poteau de Lopes empêche Lucas d'alourdir le score (81e), mais la messe est bel et bien dite.


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 70 il y a 6 heures Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
il y a 13 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 121