Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Paris, bonjour l'angoisse

La nouvelle n'est pas loin d'être officielle : Neymar devrait manquer les deux matchs contre Manchester United en Ligue des champions, en raison d'une nouvelle blessure au pied droit. Depuis mercredi soir, ce coup dur a réveillé les angoisses parisiennes et a contribué à l'installation d'un climat pesant au PSG.

Modififié
À l’approche du retour de la Ligue des champions et de sa double confrontation contre Manchester United, le résultat est presque devenu secondaire en Ligue 1 pour le PSG. Ainsi, au-delà de la victoire acquise en seconde période contre Rennes (4-1) dimanche soir, le club de la capitale a surtout retenu la frayeur de la 33e minute. La scène ? Un violent tacle de M’Baye Niang sur la cheville droite de Thilo Kehrer, provoquant plusieurs minutes de flottement sur la pelouse du Parc des Princes. Quelques secondes après le contact, Kylian Mbappé est le premier à venir mettre la pression à Karim Abed, l’arbitre de la rencontre, qui décidera finalement de ne sanctionner l’attaquant rennais que d’un carton jaune, même après un recours à la VAR. « Sur une faute comme celle-là, Thilo aurait pu arrêter sa carrière ce soir, a réagi Presnel Kimpembe en zone mixte après le match. Cette faute reste dangereuse pour Thilo. C’est quand même grave que l’arbitre n’ait pas changé sa décision. »


Et les Parisiens n’ont pas attendu le coup de sifflet final pour exprimer leur colère. À la pause, Tuchel, Cavani et même Verratti ont manifesté leur exaspération dans les couloirs du stade, avant qu’Antero Henrique ne se charge de mettre un coup de pression à l’homme en jaune : « Ce n’est pas possible de travailler comme ça, c’est carton rouge, c’est clair ! Impossible de comprendre, tu dois protéger le jeu ! » Une colère plutôt compréhensible, mais surtout très révélatrice de l'anxiété générale au PSG à l’approche des grandes soirées européennes.

Neymar, bis repetita


Et comme la saison dernière, tout part de Neymar. Couplée à l’entorse de Verratti, la nouvelle blessure de la star brésilienne au cinquième métatarsien du pied droit – où il s’était fait opérer l’hiver dernier –, mercredi face à Strasbourg, a réveillé les démons parisiens. « Pour Ney, oui, ça va être super difficile. Comme j’ai expliqué hier, c’est trop tôt pour parler d’une date de retour, on doit attendre la première semaine qui est très importante, déprimait Tuchel en conférence de presse dimanche soir. Mais cela va être très difficile qu’il joue avec nous contre Manchester, ce n’est pas un secret. »


Un pessimisme ambiant confirmé par les dernières informations dévoilées par L’Équipe ce lundi. D’après le quotidien français, le forfait de Neymar jusqu’à fin mars minimum serait inéluctable. Cette fois, le Brésilien souffrirait d’un manque de consolidation de sa fracture de la saison dernière, selon un salarié du club contacté par le journal. Le joueur qui fêtera ses 27 piges le 5 février manquerait donc les deux rencontres face à Manchester United. Un scénario qui rappelle forcément celui de février 2018, qui avait poussé l'ancien Barcelonais à manquer le match retour contre le Real Madrid et à mettre un terme à sa saison. « Sincèrement, il y a neuf chances sur dix qu’il se fasse opérer de nouveau » , soufflerait-on au club, selon L’Équipe. En attendant, la décision n’a pas encore été prise, même si le staff du PSG opterait pour une nouvelle opération, alors que Tuchel aurait dépêché un kiné allemand au chevet de Neymar afin d’envisager toutes les solutions pour un rétablissement sans passer sur le billard. Autant dire que la tension est palpable et la panique pas loin d’être totale dans les rangs parisiens.

La peur de la contagion


Le nouveau credo du PSG est clair : il faut absolument que les joueurs du club soient protégés par les arbitres. Après la tuile Neymar, le champion de France ne peut plus se permettre de perdre un autre atout offensif. Ainsi, le club a décidé de hausser le ton par l’intermédiaire de son directeur sportif, Antero Henrique. Après l’épisode Strasbourg, il a donc envoyé une lettre à Pascal Garibian, le patron des arbitres, dont une partie du contenu a filtré dans certains médias : « Le PSG estime que le traitement subi par la star brésilienne n’est pas admissible et que les arbitres devraient mieux agir pour protéger ce type de joueurs. » Une pratique devenue classique à Paris, puisque le Portugais avait déjà envoyé un courrier de ce type l’année dernière après la blessure de... Neymar.


En attendant, cette angoisse généralisée s’est traduite sur le terrain dimanche soir. Outre la faute sur Kehrer, les joueurs parisiens ont longtemps semblé amorphes, au point d’être bousculés par les Rennais en première période. Et si Mbappé a encore été décisif, il n’a pas fait de folies sur le terrain, comme si le risque d’une blessure planait dans les têtes quatre jours après la sortie en pleurs de Neymar. Une chose est sûre : d'ici le 12 février, date de la première manche contre MU, les Parisiens devraient logiquement lever le pied en championnat, mais ils vont surtout devoir admettre qu'il faudra faire sans Neymar pour permettre au PSG de retrouver les quarts de finale de la compétition reine. « L'équipe va doucement prendre le rythme et nous travaillons ensemble pour ça. Même avec des joueurs blessés, d'autres sont prêts à rentrer dans la dynamique du jeu, a développé Cavani au micro de Canal+. Nous sommes une équipe et c'est bien que l'équipe joue comme ça malgré des joueurs blessés. » Merci pour le petit vent d'optimisme.



Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:10 Serie C : à sept, Pro Piacenza prend vingt buts 29
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Cavani, la belle série