Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Amateurs
  2. // Pantin

« Sur une action anodine, j’arrive à délivrer le peuple »

Tout y est : le temps qui s'arrête au moment du centre, le ciseau cristianesque puis l'envahissement du carré vert par une foule en délire. Oui, le plus beau pion du mois de mai a été inscrit à Pantin dimanche dernier lors d'une rencontre interquartiers, et il a déjà fait le tour des réseaux. Derrière ce buzz se cache Issiaka Bamba, ailier de 26 ans du FC Gobelins (N2) que l'US Orléans a laissé filer il y a deux ans.

Modififié
Alors, c’était quoi ce but de fou ?
C’était dimanche lors d'un match entre l’équipe du quartier où j’ai grandi, les Courtillières à Pantin, et les meilleurs joueurs du 19e arrondissement de Paris. L’engouement autour du but est lié au contexte : c’est un match qui était attendu, les mecs du 19e sont reconnus pour leur football. Il y a 0-0 pendant peut-être une heure de jeu, ce qui est assez surprenant pour un match interquartiers, et on finit par marquer un but juste avant le mien. Donc la pression retombe, mais ils sont toujours à l’affût. Et sur une action anodine, j’arrive à « délivrer le peuple » . La sensation que j’ai eu est incomparable : tous tes amis sont là, les gens avec qui tu as grandi et commencé dans le club du quartier, les grands du quartier, tout le monde t’applaudit et t’acclame...

« C’est là que j’ai fait mes gammes, que j’ai commencé à kiffer le foot entre potes. Entre nous, on l’appelle "le Camp Nou", c’est notre stade à nous. »
C’est un geste travaillé à l’entraînement ?
Ouais. Un geste que j’affectionne particulièrement et qui me tient à cœur. Je l’ai déjà fait en club, mais cette fois-ci ça avait un peu plus de valeur quand même, car il était plus aérien, et toutes les personnes que j’affectionne étaient là.

Ça fait quoi de voir une telle marée humaine débouler sur toi ? Et vous avez pu reprendre le match après ?
Moi-même, je ne savais plus où j’étais, la seule chose que je savais, c’est qu’il fallait que je coure. On a pu reprendre, et le match s’est terminé à 4-0.


Pour le coup, la distanciation sociale, c’est pas trop ça...
C’est un peu difficile de gérer ça. Sur le terrain, il y a un peu plus d’espace, pour les spectateurs c’est plus compliqué. Ils essaient quand même de prendre des précautions. On a traversé une période compliquée et le fait de réunir tout le quartier, on en profite forcément, en essayant d’assurer la sécurité de chacun.


Tes notifications ont dû exploser ces dernières heures.
Carrément. Je suis rentré chez moi, j’ai ouvert mon téléphone après ma douche et j’avais un tas de notifications, je n’y comprenais plus rien. Twitter, Instagram, Snap, je recevais des messages dans tous les sens, des gens qui me félicitaient pour mon but. Ça fait chaud au cœur.

Tu as mis beaucoup de buts sur ce synthétique ?
Avant de jouer en club, c’est là que j’ai fait mes gammes, que j’ai commencé à kiffer le foot entre potes. Entre nous, on l’appelle « le Camp Nou » , c’est notre stade à nous, c’est vraiment là où on est le plus à l’aise. Ça faisait longtemps qu’on faisait des matchs interquartiers, et depuis le déconfinement, on a voulu « structurer » ça en créant un collectif qui s’appelle Courtillières FC, avec des maillots, et on a fait trois ou quatre matchs depuis. Que des victoires ! On a tous joué au club de mon quartier, l’OFC Pantin, on se connaît tous, même si on n’a pas tous le même âge. Il y a du talent dans nos quartiers, mais on ne le voit pas. L’objectif est de donner de la visibilité.


« Psychologiquement, c’est une année compliquée à digérer. Je ne saurais pas clairement dire les raisons de tout ça, je n’ai jamais vraiment discuté de ça avec le coach, peut-être qu’il ne me sentait pas prêt. »
Tu joues depuis cette saison au FC Gobelins en National 2, mais tu es également passé par l’US Orléans en signant un contrat pro à l’été 2017, à 23 ans.
C’était une superbe expérience, intégrer un effectif professionnel était quelque chose d’incroyable parce que je n’ai pas fait de centre de formation, j’étais en CFA2 à Aubervilliers. J’avais été en contact avec pas mal de structures professionnelles, et le projet d'Orléans m'avait plu. Ça a été compliqué dans les relations avec le coach (Didier Ollé-Nicolle), et en matière de temps de jeu, je n’ai jamais vraiment eu ma chance pour montrer de quoi j’étais capable. J’ai dû faire un ou deux bancs en Ligue 2, ils m'ont prêté à Saint-Pryvé Saint-Hilaire et je suis parti au bout d'un an sur une rupture du contrat à l'amiable (pour retourner à Aubervilliers, N.D.L.R.). Psychologiquement, c’est une année compliquée à digérer. Je ne saurais pas clairement dire les raisons de tout ça, je n’ai jamais vraiment discuté de ça avec le coach, peut-être qu’il ne me sentait pas prêt. Au-delà de ça, j’ai vraiment kiffé. Mon objectif est très clairement de retrouver des sensations pareilles et pourquoi pas accéder à nouveau au haut niveau. Encore aujourd'hui, je vis exclusivement du foot. Je n’ai pas de regret, j’ai fait mon maximum, ça m’a permis de grandir. Je suis toujours en contact avec certaines personnes d'Orléans, il y a vraiment des gars que j’affectionne.


Comment s’est passée ta saison ?
Elle s’est globalement bien passée (le club du 13e arrondissement de Paris a terminé sixième de sa poule, N.D.L.R.). Niveau buts, pour un ailier, je me débrouille pas mal : en championnat, j’en ai mis sept, avec trois ou quatre passes décisives.

Dans un petit coin de ta tête, tu espères qu'Ollé-Nicolle tombe sur cette vidéo ?
Non, du tout. (Rires.) S'il tombe dessus, c'est tant mieux, sinon ça n'a pas d'importance.

Propos recueillis par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 20:00 Felice Mazzù rebondit à Saint-Gilles 15 Hier à 19:45 La FFF justifie l’arrêt de la Ligue 1 auprès de l’UEFA 7
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 12:05 La nouvelle mise au point de Maracineanu sur l'arrêt de la Ligue 1 86 Hier à 11:30 Un match de quartiers à Strasbourg réunit 400 personnes 34 Hier à 09:52 Okocha, pelouse interdite... Offrez vous un tirage photo exclusif !