Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options

Pablo Correa et le syndrome Picot

Modififié
Nancy l'a fait. Perdre contre Grenoble à domicile. Sans excuses, sans jeu, presque sans regrets.

La bande à Pablo Correa a été surclassée par la lanterne rouge de Ligue 1 (2-0) qui a gagné à Marcel-Picot son premier match à l'extérieur en championnat.


Forcément, ça fait désordre. Pourtant l'entraîneur nancéien ne veut pas se réfugier derrière le "syndrome Marcel-Picot" : « Cela devient de plus en plus difficile de jouer à Picot. Je ne comprends pas pourquoi. Je ne m'explique pas pourquoi les joueurs ne prennent pas de risques. Évoquer un syndrome Picot ou parler du public, c'est trop. On se sent aidés par le public, pas freinés, mais pour gagner des matchs, le public ne peut rien faire. A la moindre contrariété, on plonge et tout tombe par terre » .


C'est peut-être tout simplement le fait de jouer à Nancy qui fait naître une psychose générale.

MF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié