Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Özil, la nouvelle star

Mesut Özil vient de signer au Real pour 15 millions d'euros. Après plusieurs jours de prise de tête entre la direction du Werder et celle du Real, la hype allemande débarque enfin en Castille. Premier miracle de l'ère Mourinho.

« Özil terminait son contrat en 2011. Le signer maintenant c'était pour nous la garantie de le payer moins cher que s'il avait fallu racheter 2, 3 ou 4 années de contrat en plus. Dans ces conditions, on ne pouvait pas laisser échapper l'occasion de signer un joueur de cette qualité » . Au Real, le boss c'est Mourinho. La preuve, il se mêle de tout et surtout de ce qui ne le regarde pas. Si Özil débarque à Madrid malgré plusieurs jours de négociations tendues avec le Werder, c'est grâce à lui. Résultat : 15 millions d'euros pour un joueur à qui il ne reste qu'un an de contrat. Mais ici c'est Madrid et acheter un joueur le plus cher possible est plus qu'une tradition, c'est une politique.

Car se payer la « révélation du Mondial » , c'est aussi s'assurer d'être toujours dans le coup médiatiquement c'est-à-dire économiquement. Özil a l'immense avantage d'être une star en Turquie et en Allemagne soit sur deux marchés de 80 millions d'habitants chacun. Metzelder ou Khedira c'est pas mal sur un terrain mais pas terrible sur un maillot à 90 euros. L'Allemagne, c'est la nouvelle hype mais c'est aussi le pays européen le moins endommagé par la crise économique. Perez le sait, l'Eldorado c'est la Forêt Noire. Du coup, quand Kaka se pète (encore) le genou, pas la peine de trop se forcer pour céder au dernier caprice de Mourinho.

La valeur des années

Kaka sera absent jusqu'en décembre. Canalès est encore un peu vert. L'arrivée de Özil vient donc couvrir la dernière incertitude de l'entraîneur guèche. Dans son 4-2-3-1 à la mode de Chelsea ou sa variante (4-4-2 en losange), le poste de meneur de jeu c'est the-place-to-be. Sa raison d'être est à la fois simple et compliquée : alimenter en passes malines les ailiers et/ou les attaquants tout en oxygénant le jeu. En plus, à la différence de ses concurrents directs, Özil peut faire beaucoup plus que dépanner sur les ailes ou en second attaquant. A l'Inter, la star c'était Sneijder, au Real ce sera Özil. Bien sûr, c'est Van der Vaart qui fera les frais du sur-booking. La preuve qu'il y a encore de bonnes affaires à faire du côté de Madrid.


Avec Özil, le recrutement merengue se termine. Encore une fois, le Real s'est fait plaisir en faisant ses emplettes cet été. Au total, le club aura dépensé plus de 80 millions d'euros pour satisfaire les exigences de son nouvel entraineur. Certes c'est beaucoup plus que tout le monde, mais 80 millions c'est du pipi de chat à côté des 260 millions de l'an dernier. Et puis cette année on a vu moins grand et surtout, plus jeune. Avec Özil (21 ans), Khedira (23 ans), Canales (19 ans), Di Maria (22 ans), Pedro Léon (24 ans) et malgré Carvalho (32 ans), la moyenne d'âge du vestiaire vient de prendre un sacré coup dans le nez. Les trentenaires Raul et Guti enfin statufiés, le daron sur le terrain s'appellera Iker Casillas. 29 ans.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 16 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall