Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Racisme

Évra, un game à secouer

Quoi que vous puissiez penser du personnage, du joueur et surtout du mal que lui ont fait les réseaux sociaux, Patrice Évra ne laisse toujours pas indifférent le petit monde du football français, et même au-delà. Et si, pour une fois, il nous disait quelque chose d’important, sans forcément s’en rendre compte derrière les éternels règlements de compte avec la Fédé depuis Knysna ?

Modififié
Inutile de se mentir, cela ne sent pas bon. L’ambiance, le contexte, les déclarations. Une fois de plus le football révèle et surligne au stabilo médiatique ce qui se passe en dehors des stades, désormais bien vides. Dernier exemple, Patrick Karam, vice-président du conseil régional d’Île-de-France qui affirme chez nos confrères de RMC que « quasiment tous les auteurs d’attentats terroristes sont passés dans un club de sport » , et que « nos services de renseignement intérieur considèrent que le sport est le premier vecteur de radicalisation avant les mosquées » . Ou comment sommer les AS et les FC de quartier de s’expliquer sur le « séparatisme » . Ajoutez-y l’incompréhension devant l’exclusion de Benzema quand Rabiot revient tranquillement sans même s’excuser en équipe de France, et bien sûr, plus récemment, à la suite de la polémique Neymar, un Noël Le Graët qui balance sans sourciller qu’il n’existe pas de racisme dans le foot et le sport en général.

À la Clairefontaine...


Ce sont justement ces propos qui ont fait sortir de ses gonds l’ancien international et capitaine des Bleus Patrice Évra, lors d’un long post sur son compte Instagram. Avec son verbe habituel, même si devant un tel sujet pardonnons-lui pour une fois de ne pas adopter le style d’un Mauriac, il tacle sans retenue le boss de la FFF : « Je ne suis pas une balance, Noël, mais je suis obligé de parler. Au château, tu sais très bien ce qu'il se passe. Combien de lettres racistes on reçoit ? Où il est marqué "Didier reprend tes singes et dégage en Afrique, barre-toi avec tes singes, tes gorilles." Mais on les cache pour que les joueurs ne les voient pas. On recevait même des cartons remplis de caca... »

Voir cette publication sur Instagram

#saynotoracism #stop #france #world #football #sport #noracism

Une publication partagée par Patrice Évra (@patrice.evra) le


Le plus remarquable s’avère que justement l’argumentaire de l’ex-Mancunien rappelle étrangement certains mots déjà entendus de la part de... Noël Le Graët. Nous étions au tout début de l’affaire Benzema-Valbuena, et dans L’Équipe du 14 avril 2016, il se confiait attristé : « Je trouve que le traitement médiatique contre Karim a été trop fort. Il a toujours dû vivre avec ça. Même quand il jouait, l'opinion pour lui, c'était du 50-50. Un jour, je vous montrerai le wagon de lettres racistes que j'ai reçues ces dernières semaines. Heureusement que je ne les lis pas toutes. » Un autre souvenir à rappeler ? Le siège parisien de la FFF avait été envahi en 2010 par une trentaine d'individus qui réclamaient les choses très simplement : « Dites à M. Escalettes que l'on veut une équipe de France blanche et chrétienne, virez les bougnoules, les muslims et les noirs. Dites-lui que l'on reviendra et qu'on cassera tout. » Avant de laisser des autocollants sur les murs d’une rare finesse : « Ici c'est Paris, pas l'Algérie. »

Qui est la France ?


Cependant, l’essentiel de ce que remue Évra ne se situe pas là. La passion pour les lettres anonymes n’est pas nouvelle dans l’Hexagone, les réseaux sociaux lui ayant même offert une seconde vie, et il serait injuste de penser que ces immondices reflètent la position du pays et du peuple français face à la sélection nationale et les joueurs qui y sont convoqués. En revanche, Patrice lève un autre lièvre, infiniment problématique, qui peut-être travaille le plus le ventre de la nation en ce moment. « Quand on mange, on a l'habitude de se mettre à côté de ce gars parce qu'on a de bonnes relations, continue l'ancien Monégasque. À chaque fois qu'un président venait, ou un homme politique, tout changeait : où il y avait normalement Mamadou Sakho et Bacary Sagna, on mettait un Hugo Lloris et un Laurent Koscielny avec le président au milieu. Mais on le savait, on est en France, on n'est pas chez nous. Quand il y avait une photo, c'était mieux de voir un Lloris et un Koscielny qu'un Sakho ou un Sagna, c'est dommage... »


Cette anecdote n'ayant rien d'anecdotique vient casser une représentation dominante, faisant foi depuis 1998 et revenue en force en 2018, d’une EDF qui incarne la diversité du pays – comme cela devait être sa fonction par ailleurs – et au sein de laquelle les minorités peuvent être reconnues pleinement comme françaises. Derrière cette question, Patrice Évra pose le problème le plus terrible pour une société comme la nôtre, une interrogation qui balaie large. Par exemple est-ce que Médine ou Leïla Slimani représentent la culture tricolore au même titre que Benjamin Biolay ou Florian Zeller. En poussant la logique un peu plus loin, une équipe de France qui n’alignerait que des capés « racisés » serait-elle considérée comme représentative du pays ? Visiblement, seul le foot permet d'émettre un doute sur cette question. Patrice Évra, comme à son habitude, bouscule et assomme, sans regarder où tombent les coups. On pourra aller vérifier la véracité de certaines accusations au détail près. Ce qu’il vient de déposer à nos pieds ne peut être ignoré, simplement parce que dans les mois prochains, nous allons souvent devoir batailler avec.



Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi

Hier à 17:23 L'UEFA « s'oppose fermement » à la création d'une Super Ligue européenne 33
Hier à 16:45 Mirlind Daku, le buteur qui rend fou le championnat kosovar 23 Hier à 15:15 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 2 Hier à 14:36 Osama Vinladen : « Mon frère s'appelle Sadam Huseín » 97
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
Hier à 12:23 Jaume Roures : « Nous avons le temps de trouver des solutions raisonnables » 41
Hier à 12:16 Phoenix renonce à accueillir la finale de l’USL après des insultes homophobes 20 Hier à 11:45 Un hommage à Bruno Martini sur les pelouses françaises ce week-end 2 Hier à 10:25 Flamengo : Henrique blessé aux testicules 7