Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Coronavirus
  2. //

Oui, la France a eu raison de tout arrêter !

La course à la reprise du foot continue. Mercredi, l'Allemagne a donné son feu vert à un retour de la Bundesliga, pendant que l'Italie, l'Espagne et l'Angleterre continuent de plancher sur leurs plans respectifs. Tout l'inverse de la France qui, comme les Pays-Bas et bientôt la Belgique, a décidé de mettre un terme à cette saison 2019-2020. Une décision précipitée ? Non, le choix de la décence, tout simplement.

Modififié
Et si la France avait encore pris la mauvaise décision ? La question se pose depuis le tremblement de terre provoqué par une simple phrase sortie de la bouche d’Édouard Philippe mardi 28 avril ( « La saison 2019-2020 du sport professionnel, dont de football, ne pourra pas reprendre » ), puis par les fameuses annonces de la LFP au moment de dévoiler les classements définitifs de l’exercice en cours. Pour Jean-Michel Aulas comme pour beaucoup d’autres, le football français s’est précipité. Ou plutôt le gouvernement, puisque c’est bien lui qui a décrété qu’aucune manifestation sportive, y compris à huis clos, ne pourrait se tenir avant le mois de septembre. Il fallait donc attendre. Il fallait imiter l’Allemagne, qui a donné le feu vert ce mercredi à une reprise des championnats le 15 mai. C’est bien connu, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. Bientôt, ce sera peut-être au tour de l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre d’avoir raison, de donner la leçon au pauvre football français, accusé d’avoir eu la trouille de jouer ses dix dernières journées. Et si, cette fois, c’était l’inverse ? Et si les autres avaient tort ? Oui, la France a pris une décision juste, réfléchie et surtout humaine. Il faut maintenant la comprendre et l'accepter pour pouvoir avancer.

67 millions d'épidémiologistes


Comme il y avait 67 millions de sélectionneurs en France, le 17 mai 2018, au moment de découvrir la liste de Didier Deschamps pour le Mondial, il y a désormais 67 millions d’épidémiologistes capables de vous dire ce qu’il fallait faire ou ne pas faire. Dans le tas, il y a des spécialistes, des vrais. Et surprise, ils sont souvent mieux placés qu’un polémiste radio persuadé d’avoir la science infuse, un supporter désireux de retrouver la sensation agréable d’un match, ou encore un président défendant les intérêts de son club, pour répondre à cette question épineuse : la reprise du foot dans les prochaines semaines était-elle possible en France ? « Franchement, c’est une très mauvaise idée, soufflait Catherine Hill, une épidémiologiste et biostatisticienne française connue pour être une des lanceuses d’alerte du Mediator, fin avril. Si on veut être raisonnable, il faut attendre un vaccin, ou au moins d’avoir la capacité de pouvoir tester tout le monde afin de juguler le virus dans le pays, ce qui serait complètement miraculeux aujourd'hui. » Dont acte. L’idée d’une reprise des championnats de Ligue 1 et Ligue 2 au mois de juin était une utopie. Une ambition compréhensible, mais un doux rêve, surtout au regard du protocole médical et sanitaire, détaillé dans un document de 25 pages, impossible à respecter pour de nombreux clubs de deuxième division. Trop lourd, trop coûteux, trop contraignant. La France a fait le choix de la raison, bravo à elle.

L'enfer, c'est les autres


La reprise attendue en Allemagne nous prouve le contraire ? Pas vraiment, le pays d’Angela Merkel ayant une capacité de 900 000 tests par semaine depuis avril quand le gouvernement français espère pouvoir effectuer 700 000 tests hebdomadaires à partir du déconfinement (soit plus du double qu’actuellement). Sans parler du fait que le voisin germanique compte officiellement près de 20 000 morts de moins qu’en France. Pourquoi vouloir comparer l’incomparable ? Puis, il y a les autres, comme l’Italie, où règne la cacophonie depuis plusieurs semaines, entre les sorties incessantes des membres du gouvernement sur la Serie A ou les déclarations de Gabriele Gavrina, le président de la Fédé, flippé à l’idée de perdre des millions d’euros en mettant un terme à la saison. Il y a aussi l’Espagne, où Javier Tebas fait la pluie et le beau temps, ou encore l'Angleterre et le syndicat des joueurs de Premier League, qui a suggéré, entre deux propositions loufoques, de raccourcir la durée des rencontres en cas de reprise de la compétition cet été. Elle est belle, la fameuse culture foot. Et surtout, elle n'a rien à voir là-dedans : le désir de reprendre est uniquement motivé par des intérêts économiques. L'humain, lui, ne compte plus.



Dans un contexte inédit, et sans pouvoir deviner comment évoluera la situation après le 11 mai, le football français a décidé de tourner la page, de passer à autre chose. Sportivement, c'est regrettable, mais sanitairement c'est implacable. Il faut maintenant penser à demain, et se rendre à l'évidence : les conséquences économiques seront inévitables – il est important de penser aux dizaines de milliers d'emplois liés au foot en France –, comme dans tout secteur, et le fossé entre notre football et celui des Anglais, des Espagnols, des Allemands et des Italiens risque encore de se creuser en cas de championnats bouclés (car reprendre est une chose, aller au bout en est une autre). Les dirigeants des clubs français vont peut-être devoir repenser leur stratégie, revoir leur modèle économique, mais ils auront eu le mérite de se retirer de cette course à la reprise grossière et cynique. Et au moment de faire le bilan, il faudra se réjouir d'avoir préféré la prudence à l'indécence.



Par Clément Gavard Propos de Catherine Hill recueillis par CG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 16:00 Pour Havertz, la C1 n'est pas une nécessité 21
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:21 Le Cameroun n'organisera finalement pas le Final 4 de la C1 africaine 5 Hier à 11:20 Vers un échange Kepa-Oblak ? 31