Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. A
  3. // Uruguay-Russie

Tabárez, l'Uruguay au corps

En Russie, Óscar « El Maestro » Tabárez, 71 ans, dispute sa troisième Coupe du monde à la tête de la Celeste. Voilà douze ans que l’ancien maître d’école a amorcé le retour de l’Uruguay sur le devant de la scène mondiale. Et si c’était lui, le plus grand sélectionneur moderne ?

Modififié

Il y a les conférences de presse de Didier Deschamps, et il y a celles d’Óscar Tabárez. Avant d’aborder le deuxième match de poules du groupe A entre l’Uruguay et l’Arabie saoudite, la semaine dernière, un journaliste a interrogé le sélectionneur de la Celeste au sujet d’une vidéo devenue virale en Uruguay. On y voit des écoliers uruguayens regarder la fin du premier match contre l’Égypte depuis leur salle de classe, debout, en train d’agiter des drapeaux et de pousser derrière leur sélection... puis, au moment où José Maria Giménez marque le but de la victoire, tout ce petit monde déboule dans la cour de récréation en criant de joie. Un journaliste a donc demandé à Tabárez ce qu’il a ressenti en voyant cette vidéo. Et la réponse du sélectionneur a duré six minutes. Six minutes pendant lesquelles le Maestro a disserté avec passion sur le « fil conducteur » qui lui est cher, retrouvé depuis quelques années par l’Uruguay.


Le projet d’une vie

« Je n’ai pas vu cette vidéo en tant qu’ancien professeur, mais en tant que membre du monde du football. C’est un symbole de ce que signifie le football en Uruguay, pose Tabárez. Lors des années suivant l’introduction du football en Amérique du Sud par les Anglais, (...) nous étions une puissance. Par la suite, nous avons perdu ce fil conducteur qui unissait chaque génération, et ce, pour différentes raisons. Et durant les trois ou quatre années sabbatiques que j’ai connues dans ma carrière, j’ai beaucoup réfléchi aux causes du déclin de l’Uruguay, et à la façon dont on pouvait à nouveau intégrer le pays dans le football moderne, malgré ses caractéristiques démographiques et un nombre de licenciés beaucoup plus faible par rapport aux autres puissances. Et, modestement, nous y sommes parvenus... »


Flash-back en mai 2006. Quand l’ancien maître d’école prend la tête de la sélection, les deux titres olympiques consécutifs (1924 et 1928) et les deux Coupe du monde (1930 et 1950) remportés par l’Uruguay semblent très loin. La Celeste n'est pas qualifiée pour le Mondial en Allemagne, les résultats ne sont pas mieux chez les jeunes. Tabárez veut réaliser une révolution culturelle à tous les étages du football uruguayen. Alors, avant son premier match contre l’Irlande, El Maestro réunit l’ensemble de ses joueurs avec deux maîtres-mots : adhésion et engagement. « On n’y arrivera pas si vous n’avez pas le désir de revivre ce que vous ressentiez plus petits lorsque vous regardiez vos idoles et que vous rêviez de jouer pour la sélection » , déclare-t-il à ses troupes, comme le rapportera Diego Lugano, son capitaine pendant huit ans, dans un long article consacré à la renaissance de la Celeste, paru dans le SO FOOT écrit par les joueurs.

Douze ans plus tard, l’Uruguay est qualifié en huitièmes de finale de la Coupe du monde pour la troisième fois d'affilée – avant d'affronter la Russie pour la première place du groupe, ce lundi à Samara. Sur l’échiquier du football mondial, la Celeste ressemble à l’Atlético de Madrid dans les compétitions de clubs. Elle a battu l’Égypte et l’Arabie saoudite à chaque fois 1-0, sans développer un jeu pétillant, mais toujours avec adhésion et engagement. « Notre conception du football n’a rien à voir avec l’idée d’être ultra offensif, résumait Lugano, le capitaine retraité international depuis 2014. Foncer de l’avant, ça, c’est être irresponsable. Non, pour nous, bien jouer, c’est ne jamais être dos au jeu, ne pas laisser d’espace. » Et maintenant, quelle sélection aurait envie de croiser la route de l’Uruguay en Russie, sous prétexte qu’elle n’a marqué que deux buts en deux matchs face à l’Égypte et l’Arabie saoudite ? Personne.

Les lettres des dames et la physiothérapie

À l’heure où les sélectionneurs des grandes nations sont remis en cause à chaque grande compétition (seul Joachim Löw réussit à durer aussi longtemps), à l’heure où l’Espagne et l’Allemagne, deux des favoris du Mondial, ne sont pas passés loin de la correctionnelle, à l’heure où un Jorge Sampaoli n’arrive pas à trouver l’alchimie avec Messi, Agüero, Dybala, etc. : le travail d’Óscar Tabárez depuis douze ans mérite d’être souligné, tant les générations passent et l'homme inspire toujours une légitimité immense auprès de son groupe.

Atteint d’une neuropathie depuis plusieurs années, à 71 ans, Tabárez doit désormais s’appuyer sur une béquille pour donner ses consignes au bord de touche et il se déplace à la ville en fauteuil électrique. Mais le vieux monsieur ne lâche pas l’affaire : « Je fais beaucoup de physiothérapie, avec des médecins et des traitements, car je n'ai pas l'intention de partir. » Pourquoi ? Parce que comme il l’a dit au bout de son monologue de six minutes avant la victoire face à l’Arabie saoudite, Tabárez a envie d’ouvrir sa boîte aux lettres en rentrant à la maison : « Si on gagne quelques matchs de plus, comme en Afrique du Sud, je vais à nouveau recevoir des lettres de dames de plus de 80 ans, me disant qu’elles détestaient le football, mais que les matchs de la sélection leur ont donné envie de sortir dans la rue et d’embrasser le premier venu... »







Par Florian Lefèvre Propos de Tabárez en conférence de presse traduits par Matthieu Martinelli, les autres tirés de SO FOOT.



À lire : 
(Re)naissance d’une nation, par Diego Lugano, dans le SO FOOT #155
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo

Dans cet article


il y a 4 heures La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 15

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom