Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

« On ne va pas se plaindre d’être champions du monde... »

Pour sa première liste post-Mondial, Didier Deschamps a décidé de convoquer jeudi l’intégralité des champions du monde de l’été, à l’exception de Steve Mandanda, blessé, et logiquement remplacé par Benoît Costil pour le déplacement en Allemagne et la réception des Pays-Bas. Pour le reste, il faudra attendre.

Modififié
« Euh, ils ont agrandi la salle ou... ?  » Jour de rentrée pour les Bleus : Didier Deschamps a déboulé jeudi au siège de la FFF comme on débarque dans un saloon. Soit en sortant son plus beau sourire, son bronzage d’été et en s’installant tranquillement pour siroter avec plaisir les questions d’une assistance essentiellement venue gratter ses émotions de sélectionneur qui se pointera dans une semaine, à Munich, avec l’étiquette de pilote d’un hors-bord champion du monde en titre. Sinon ? Rien, ou pas grand-chose, et on repassera pour les surprises : comme prévu, Deschamps a décidé de reprendre l’histoire où il l’avait laissée, le 15 juillet dernier à Moscou, et de convoquer la quasi-intégralité des héros de la campagne de Russie. Quasi, car le Marseillais Steve Mandanda, blessé après 65 minutes de compétition le 19 août, à Nîmes, ne peut venir cavaler avec les autres (il viendra malgré tout faire la fête lors de la réception des Pays-Bas, le 9 septembre, au stade de France) et a été remplacé numériquement par le Bordelais Benoît Costil.

Esquive, pirouette et poids


Le foot dans tout ça ? Il n’avait pas sa place, l’heure étant au compte-rendu de vacances et au retour sur terre. Deschamps, au rapport : « Je vais très bien, si j’avais besoin de rassurer quelqu’un... C’est merveilleux, on a pu tous en profiter cet été, mais la vie ne s’arrête pas pour autant. Aujourd’hui, tout ce qui a été fait, toute l’expérience accumulée, ça ne doit être que du positif et les joueurs doivent s’en nourrir.  » Aucune question sur l’Allemagne, pas plus sur les Pays-Bas, une esquive sur le dossier Adrien Rabiot – « Je n’ai pas discuté avec lui, mais je n’ai aucune position radicale à son sujet » –, une petite pirouette sur Hugo Lloris, arrêté il y a six jours à Londres à la suite d'un contrôle positif à un test d’alcoolémie, et puis s’en va.


Au fond, le moment était-il choisi pour parler du jeu, du fond ? Non, c’était l’heure des hommes, Didier Deschamps avouant que les semaines post-98 n’avaient « pas été faciles  » pour lui et qu’il ne fallait surtout pas mettre cette étoile « sur le dos » de ses joueurs. Pourquoi ? « Parce que les exigences, les obligations restent les mêmes. Ils sont prêts à ça, répond le sélectionneur. Il ne faut pas que ce soit un poids, ni que ça installe une forme de pression quelconque. On ne va quand même pas se plaindre d’être champions du monde... »

« Je n’en dirai pas plus »


Vrai, mais on connaît aussi la musique : depuis le Brésil en 1994, aucun champion du monde n’a réussi à remporter le match suivant la finale gagnée, et le déplacement en Allemagne, la semaine prochaine, pourrait servir de réveil brutal ou, au contraire, de piste de relance pour un groupe dont les éléments n’arriveront pas lundi, à Clairefontaine, dans le même état physique. Forcément, les Bleus seront regardés, scrutés, disséqués : seront-ils plus difficiles à battre ? « Je l’espère... » Ce sera dans tous les cas le rendez-vous bascule, celui des dernières célébrations avant de peut-être voir des mouvements dans le groupe à partir de l’automne. Pour le foot à l’état brut, le jeu, le fond des choses, les schémas, l’animation, il ne faudra pas attendre de révolution : « Le système, c’est un bien grand mot. Finalement, les résultats nous donnent raison et on n’est pas arrivés où on est par hasard... Dans le foot, au-delà du résultat final, il y a deux choses essentielles : l’efficacité offensive et l’efficacité défensive, et on a été meilleurs que tous les autres dans ces domaines. »


Sur un instant, Didier Deschamps a pourtant prouvé qu’il n’avait pas totalement changé, qu’il restait cet homme dont la gêne sur le visage reflète parfois ce que ses mots ne peuvent dire : le sujet Dugarry s’est invité à la conférence de rentrée des Bleus, et le boss a expédié son ancien coéquipier dans les cordes à sa manière, expliquant avoir vécu avec le chroniqueur de RMC « un très grand et bel évènement dans une première vie. Puis, beaucoup de choses se sont passées et aujourd’hui, sincèrement, j’ai tourné la page... Je n’en dirai pas plus. » L’équipe de France appartient aux joueurs : les chiens aboient, la caravane bleue avance. Une vieille histoire.


Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham, 104 sélections), Alphonse Areola (PSG, 0 sélection), Benoît Costil (Bordeaux, 1 sélection).
Défenseurs : Djibril Sidibé (AS Monaco, 18 sélections), Benjamin Pavard (Stuttgart, 12 sélections), Raphaël Varane (Real Madrid, 49 sélections), Samuel Umtiti (FC Barcelone, 25 sélections), Adil Rami (Marseille, 35 sélections), Presnel Kimpembe (PSG, 3 sélections), Lucas Hernandez (Atlético, 12 sélections), Benjamin Mendy (Manchester City, 8 sélections).
Milieux : Paul Pogba (Manchester United, 60 sélections), N’Golo Kanté (Chelsea, 31 sélections), Blaise Matuidi (Juventus, 72 sélections), Steven Nzonzi (AS Roma, 9 sélections), Corentin Tolisso (Bayern Munich, 14 sélections).
Attaquants : Ousmane Dembélé (FC Barcelone, 16 sélections), Nabil Fekir (Lyon, 18 sélections), Olivier Giroud (Chelsea, 81 sélections), Antoine Griezmann (Atlético, 61 sélections), Thomas Lemar (Atlético, 13 sélections), Kylian Mbappé (PSG, 22 sélections), Florian Thauvin (Marseille, 5 sélections).


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5