Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // J1
  3. // Red Star-Pau (1-1)

On était au retour du Red Star à Bauer

Deux ans que les supporters audoniens attendaient ça : le retour du Red Star dans son stade historique de la rue du Dr Bauer. Alors, National ou pas, ils étaient nombreux à fêter l'événement, vendredi. Nombreux, et heureux.

Modififié
« Hier, aujourd'hui, demain... seulement à Bauer » : ce vendredi 4 août 2017, à 20 heures, la tribune Rino Della Negra ne cache pas son plaisir de revenir à la vie. Drapeaux, rouleaux de PQ et fumis rouge et vert colorent la joie des supporters. Cette fois, on y est. Après deux ans loin de son enceinte fétiche, après deux ans de purgatoire entre Beauvais et Jean-Bouin, et même Charléty, antre du Paris FC, pour le dernier match de la saison dernière, celui de la descente, le Red Star retrouve Saint-Ouen et son stade Bauer. Un jour de fête malgré le retour en National. Avec, pour tous, une seule idée en tête : plus jamais ça.

Le paradoxe Bauer


Une heure plus tôt, comptoir de l'Olympic. En claquant son gobelet de 50 cl, vide, sur le zinc de l'institution de la rue du Dr Bauer, Maxime lâche un cri du cœur : « Ça fait du bien d'être là ! » Pourtant, le retour du Red Star à Bauer est aussi synonyme d'échec sportif, puisqu'il n'a été rendu possible que par la relégation en National. Mais Maxime, une seule saison de Bauer dans les pattes et maillot du Bétis Séville sur le dos, a choisi son camp : « Franchement, j'étais content de la relégation. Parce qu'elle était synonyme de retour à Bauer. » Un sentiment partagé par Akli, le patron de l'Olympic, mais aussi par Nico, des Red Star Fans, ou Aurélie, sa Red Star Grrrl, et même par Patrice Haddad, le président. Alors, quand ce dernier évoque « une déception liée à la descente compensée par le retour à Bauer » , la formule illustre un cas de figure assez unique dans le football, dans lequel un club arrive à vendre un échec sportif patent en une victoire symbolique, voire historique. La comm' du club, notamment sur les réseaux sociaux, a d'ailleurs insisté sur ce « véritable transfert » – suivez le regard – du mercato, comme pour reprendre le manche face au grand rival parisien en survolant la carte de l'authenticité. Parce que « le Red Star, c'est uniquement à Bauer » .


Et si Bauer est le gardien de l'histoire du Red Star, s'il est gravé dans le cœur de ses supporters, c'est parce que l'identité du club de Saint-Ouen est profondément liée à sa géographie. Nadir, qui se présente comme un « père de famille de Bondy, pur produit du 93, qui a fait des études, qui est fonctionnaire et qui est politisé » , propose un portrait de cette identité : « Le Red Star et Bauer, c'est une culture ouvrière, c'est un lieu où tu peux te faire des amis, payer un verre, passer une bonne soirée sans te ruiner. Ce n'est pas le Parc ! Ici, même s'il ne se passe rien, il se passe toujours quelque chose. » Il est interrompu par un daron qui roule par là, au volant de son vieux Merco : « Qu'est-ce qu'il se passe, là ? » « On est descendus en National, on revient à Bauer ! » « Ah ouais, c'est bien. Salam ! » Retour du paradoxe Red Star : pour certains supporters, le Red Star est d'abord son stade Bauer, avant son équipe ou son centre de formation. Ce qui aide à remplir les tribunes un 4 août, pour la réception de Pau, en National.

Esprit Red Star et jetons de casino


Nico, chemise à carreaux et rouflaquettes finement taillées, en convient aisément : « Il y a cinq ans de ça, pour un match comme ça, en août, on aurait été cinquante. » Mais il faut croire que l'exil a eu du bon, malgré tout. « Le groupe en a profité pour se structurer, pour se solidifier » avance celui qui anime, avec Darch et d'autres, les Red Star Fans. « Cette saison, on a des projets d'actions sociales, on prévoit pas mal de trucs pour faire vivre l'esprit du Red Star au-delà des tribunes » . Et s'il envisage en rigolant de s'installer en barbier dans l'enceinte du stade, le travailleur social tient aussi à nuancer les clichés : oui, la fréquentation en hausse vient en partie d'une certaine hype entourant Bauer. Mais non, les tribunes n'ont pas perdu leur identité, loin de là : « Se structurer, ça veut aussi dire être en capacité d'intégrer les nouvelles têtes, un nouveau public. Mais en vrai, parmi ceux-là, il y en a peu qui reviennent régulièrement. »


De fait, si Bauer apparaît parfois comme une étape touristique incontournable pour tout amateur de foot populaire, et si le club a largement capitalisé dessus avant la rencontre, le constat est sans appel : entre jeunes supporters militants et historiques du quartier, les touristes sont loin d'avoir envahis les travées. Darch, par ailleurs président du Collectif Red Star Bauer, embraye : « Notre bloc de réguliers oscille entre 200 et 400. Là, pour ce match, on devait être dans les mille dans la tribune. Mais ce qui m'a marqué, en rentrant assez tôt pour préparer le match, c'est de voir le nombre de gens avec une vraie banane. Il y avait une espèce de délivrance, une dynamique. On a retrouvé notre Bauer comme on l'avait laissé. » Et si la disparition des jetons de casino à la buvette rend certains déjà nostalgiques, l'ambiance, à base d'odeurs mêlées de graillons, de bière et de weed, ne s'est elle pas diluée dans deux années d'abstinence.

« Le Red Star sans Bauer, c'est comme un baiser sans moustache »


La buvette, Aurélie et Delphine y vont, justement. Pendant que le Red Star vient d'égaliser par Sekou Keita et que quelques gamins jouent au foot dans l'allée derrière les tribunes, les Red Star Grrrls ( « en référence au Riot Grrrls, un mouvement musical alternatif et féministe du début des années 90 » ) versent dans la punchline : « On vient à Bauer comme on irait à la fête de l'Huma » pose l'une ; « le Red Star sans Bauer, c'est comme un baiser sans moustache » enchaîne l'autre. Avec toute la tribune, elles ont passé les 15 premières minutes du match à enchaîner les chants à la gloire de Bauer. Parce qu'ici, « c'est le seul stade pas sexiste, pas homophobe, où on fait attention aux slogans. Le seul problème, c'est qu'on a pas le droit à l'alcool en tribunes ! » Et d'évoquer ce souvenir ému d'un Ivry – Red Star, où ce problème ne se posait pas. Ivry pour lequel leurs cœurs penchent aussi, « comme tous les clubs de la banlieue rouge » .


Retour à l'Olympic. Max, 19 ans, n'a pas à choisir entre alcool et tribune : il est interdit de stade depuis mai dernier. Max illustre la plus jeune génération de supporters, ouvertement antifa. Depuis deux-trois ans, il suit un club « clean politiquement » . Et s'anime quand des chants hostiles à la maréchaussée s'élèvent du stade. Mais s'il balance en rigolant que « le terrain, on s'en fout » , Max corrige immédiatement : « C'est pas vrai. Honnêtement, ça fait chier de ne pas voir le match ! » Si tout va bien, en septembre, il retrouvera la tribune Rino Della Negra.

Passé, présent, futur


21h45. La pluie s'est mise à tomber, l'arbitre siffle les trois coups de sifflet finaux. Mais pas question pour le kop de se ruer au bar, de l'autre côté de la rue. D'abord applaudir les joueurs qui viennent au bas de la tribune saluer leurs supporters, ensuite continuer à chanter de longues minutes. À quelques mètres de là, dans les salons, le président Haddad va dans le sens du Collectif Red Star Bauer et d'une immense majorité des quelques 2072 personnes présentes ce soir : « On fera tout pour continuer à Bauer, le Red Star, c'est Bauer, il faut les structures ici. » Mais le président aux lunettes fumées en est conscient : «  On n'est pas les seuls décideurs. » Le Red Star, club politique. Jusqu'à un certain point.


Car à l'heure de débriefer le match, Jean-Luc, supporter historique du club de Saint-Ouen, tient à préciser sa pensée : « Moi, quand on parle politique, je prends mon verre ! » Un verre servi par Akli qui accorde plus d'importance au retour d'une animation à Saint-Ouen, surtout que la piscine est fermée, qu'aux aspects politiques de l'événement. Un dernière point de vue qui vient mettre une touche finale au tableau hétéroclite que représente Bauer et ses supporters. Avec, en ligne de force, cette idée maîtresse : entre « les pom-pom girls » de Beauvais, « la coquille vide » de Jean-Bouin et « l'aéroport » de Charléty, le football au Red Star, ce n'était définitivement pas mieux avant.

Par Eric Carpentier, avec Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 39 minutes Tournois rétro vintage indoor 2019
il y a 3 heures Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 15

Le Kiosque SO PRESS

il y a 3 heures Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE