Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // AS Monaco
  3. // Présentation de Falcao

On était à la présentation de Falcao

Dans l'un des plus grands hôtels de la Principauté, l'AS Monaco a présenté hier ses stars à la presse. Le tout dans une atmosphère très russian riviera. Retour sur une journée marquée par la veste saumon de Radamel Falcao.

Modififié
À quelques centaines de mètres du casino au style très baroque de Monaco, là où Dominique Chapatte gare toutes ses belles cylindrées pour ses essais dans Turbo et où un certain Rolland Courbis a dilapidé une bonne partie de son livret A, tout paraît si tranquille, si calme. Pourtant João Moutinho, James Rodríguez et surtout Radamel Falcao sont attendus dans les prochaines minutes. Le lieu de la rencontre ? L'hôtel Hermitage, un palace à l'ancienne où les gens les plus influents de la planète se croisent sans même se dire bonjour.

Hier, il n'était pas que question de business, il était aussi un peu question de sport. Devant l'entrée de l'Hermitage, les portiers, costume kaki, s'activent devant une trentaine de curieux. Des touristes observent, puis s'arrêtent, puis patientent, puis s'en vont. « Ah, ce sont des joueurs de foot… » , s'agace une Monégasque qui ne perdra son temps à mater les nouvelles recrues star de l'ASM. Pour d'autres, l'attente se fait longue. Interminable même. Alors que la conférence de presse de présentation devait débuter à 15h, celle-ci commencera avec près d'une heure de retard. En cause : l'avion de James Rodríguez qui a, selon Vadim Vasilyev, directeur sportif de l'ASM, eu un petit souci de timing.

Alors côté journalistes, on s'occupe comme on peut. Certains découvrent le luxe et le charme de toilettes peu communes. D'autres préfèrent se concentrer sur les courbes et jupes fendues de jeunes et jolies demoiselles russes qui se baladent comme dans la pub pour les produits Jouvence de l'abbé Soury. Seul problème : ces beautés de l'Est sont déjà accompagnées par ceux qu'on appelle des sugar daddy.



Dans le salon Belle Époque, la gent féminine est également plutôt bien représentée. Dans cette salle de presse aux allures baroques avec sa moquette rouge raffinée, son lustre de diamants, ses peintures en mode de renaissance et ses immenses rideaux majestueux, l'on retrouve deux charmantes hôtesses d'accueil chargées de faire passer le micro aux journalistes. L'une est brune, bronzée, typée méditerranéenne. L'autre blonde platine à l'allure froide. L'AS Monaco, on a pensé à tout. Sauf à un retard d'avion…

16h02. Ouf, voici James (prononcé à l'espagnole « Rramess ! » ). Volubile, latin, l'ex-prodige du FC Porto au visage d'enfant salue ses quelques jeunes supporters devant l'Hermitage Hôtel. Une douche plus tard, the show must go on. En compagnie de Vadim Vasilyev en costume gris, cravate rayée, Rodríguez et Moutinho font crépiter les flashs. Des discours convenus qui semblent ennuyer Fabien Levêque, qui n'a pas vraiment fait d'effort vestimentaire : short, polo, basket et socquettes pour le journaliste du service public. Ce ne sera pas le cas en revanche de James Rodríguez. Chemise blanche, col grisé, teint hâlé, le Colombien est prêt pour entrer sans faire la queue au Jimmy'z. À gommer : un brin de nervosité, quelques rougeurs et beaucoup de coup de dents sur les ongles pendant le point presse. Normal, me diriez-vous, à tout juste 21 ans…

16h59. Radamel Falcao, lui, n'est pas en retard pour son rendez-vous médiatique. Arrivé la veille, l'ancien de l'Atlético a passé la nuit au Colombus, hôtel réputé pour sa tranquillité. C'est d'ailleurs sûrement pour cette raison que le « Tigre de Santa Marta » apparaît si relâché au moment d'affronter la meute de photographes en furie. Veste saumon avec une pochette soigneusement pliée, montre Hublot apparente portée au poignet gauche, l'enfant prodige du football colombien ne badine pas avec le style. Même Bruno Skropeta, dir' com de l'ASM, pourtant habituellement impassible à toutes ces facéties, ne peut masquer un sourire devant l'audace vestimentaire de l'ancien buteur de River Plate.

S'ensuit le traditionnel point presse avec le flot des questions monotones et sans intérêt.

- « Pourquoi le Tigre ? Est-ce que c'est un surnom qui vous plaît ? » , fait semblant de s'intéresser un journaliste du Parisien.

- Radamel Falcao : « Le Tigre, ça vient de l'un de mes anciens coéquipiers quand j'étais très jeune. D'ailleurs j'aime qu'on m'appelle comme ça. »

Comme lors des présentations de Moutinho et de James Rodríguez un peu plus tôt, les reporters sont à l'affût de la petite phrase qui pourrait déclencher le buzz. Malheureusement, celle-ci n'arrivera jamais. Car Radamel Falcao n'est pas Zlatan… Même si l'allure, le gabarit et les cheveux longs peuvent laisser penser le contraire.

Une demi-heure de conf' et puis s'en va. Alors, à l'extérieur du palace monégasque, on se presse pour apercevoir le teint hâlé de Radamel. Le bonheur arrive peu avant 18h30. Le van noir est déjà prêt et en l'espace de quelques secondes, le Colombien grimpe pendant qu'une grosse vingtaine de jeunes supporters de l'ASM scande le nom de leur nouvelle idole. Tant pis pour les collectionneurs d'autographes, tant pis également pour les chaînes de télévision colombiennes qui ont tendu leur micro.

En attendant, R.F. est allé chercher de la tranquillité du côté du Colombus Hôtel, à deux pas du Stade Louis II. Pour le plus grand bonheur des caméramen de Turbo qui vont enfin pouvoir tourner leurs séquences Essai grand angle de la dernière Maserati Quattroporte GTS 530 CH.

Par Alexandre Poirier, à Monaco
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 5 Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 12 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico
À lire ensuite
Paris, le bordel permanent