Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // En partenariat avec adidas

On a vu France-Hongrie sur le playground Paul Pogba

Avant le début de l’Euro, adidas a légué un terrain de foot à Roissy-en-Brie, en collaboration avec Paul Pogba, originaire de la ville. Nous avons vécu le second match des Bleus sur ce terrain en compagnie de l’association « À cœur ouvert » qui veut utiliser ce city-stade pour renforcer le lien social dans cette ville. Reportage à Pogland.

Modififié


On pourrait l’appeler Pogland, car c’est sans conteste l’endroit de France où l’on compte le plus de maillots du numéro 6 des bleus au m2. Ce samedi 19 juin, nous sommes à Roissy-en-Brie au bout de la ligne E, petite ville du sud-est parisien connue, notamment, pour avoir vu grandir « la Pioche » . Avant le début de l’Euro, l’enfant du pays a fait une drôle de surprise à son peuple roisséen en offrant, grâce à l’aide d’adidas, un magnifique city-stade. Durant des semaines, des badauds se demandaient bien ce que camouflaient ces épaisses bâches bleues près du skatepark du parc des Sources. Le 10 juin, elles ont laissé place à un magnifique terrain synthétique réalisé à partir d'une tonne et demie de caoutchouc, soit l'équivalent de 14 000 chaussures adidas recyclées. Au sol apparaît un maillot bleu de Pogba floqué de son numéro 6 et sa célèbre crête blonde.

C’est l’association « À cœur ouvert » , fondée par des amis de Paul, qui va s’occuper de faire vivre ce qu’ils surnomment déjà leur « Pog-City » . L’objectif ? Qu’il devienne un lieu de vie pour tous les habitants de la ville et des quartiers. Durant tout l’Euro, des gradins en bois, des poufs confortables et un écran géant ont été installés pour permettre à la population de Roissy de suivre les exploits de leur champion. Quelques heures avant le début de France-Hongrie, le ciel oscille entre nuages et éclaircies, mais plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement pour suivre les exploits de Pogba. Toute la population roisséenne a répondu à l’appel. Des ados côtoient des mamans en poussettes et des groupes de filles en short et maillot. Avant le début du match, des mamans déploient une banderole d’encouragement « Allez les bleus » qui récolte de joyeux applaudissements.


La douche froide


L’ambiance est bon enfant, mais laisse très vite place à l’inquiétude devant cette Hongrie ragaillardie qui refuse de céder aux coups de boutoir de l’équipe de France. Au bout de trente minutes de jeu, un quinquagénaire (déjà un peu dégarni) s’arrache ses derniers cheveux après la demi-volée de Benzema et la frappe du droit de Kylian Mbappé. « Ce n’est pas possible, ça ne veut vraiment pas aujourd’hui. » Pas vraiment, non. Dans les gradins, les regards sont tendus et les mains crispées. À la 37e minute, la frappe de la Pioche qui ne trouve que le petit filet de Gulácsi réchauffe un peu le cœur de ses ouailles, avant que le but hongrois de Fiola ne vienne définitivement glacer son public.



Maillot rouge sur le dos, les filles de l’association Graines de footballeuses qui promeut le foot féminin tentent vainement de lancer une ola, mais elles doivent se rabattre sur une Marseillaise entonnée à trois. Après la mi-temps, les images de liesse de la Puskás Aréna retransmises sur l’écran géant contrastent avec l’atmosphère anxieuse de Roissy. Les minutes s’égrainent. Assis sur deux transats, un couple se met à se tenir les mains pour conjurer le sort. D’autres s’enfoncent un peu plus dans leurs poufs ou checkent leurs portables. Il faut le tir d’Ousmane « je sais plus si je suis droitier ou gaucher » Dembélé à la 59e minute pour que le public roisséen se mette à y croire de nouveau avant que le but de Grizou ne vienne libérer tout le monde.

À la 74e minute, l'attaquant hongrois Roland Sallai élimine un Français aux vingt mètres d'un crochet intérieur du droit et frappe ensuite du gauche. « On prend l’eau total, c’est dingue » , marmonne Mourad assis dans les gradins. Deux minutes plus tard, on annonce la sortie de Paul Pogba. Des « Mais non, pas ça Didier » se font entendre des gradins, mais ne font pas reculer « DD la main froide » qui fait entrer Coco’ Tolisso. Sans « La pioche » , le match perd un peu de sa saveur. Seule la frappe en force de Mbappé du pied gauche à la 82e minute bien détournée par le gardien hongrois Gulácsi suscitera quelques commentaires. Plus rien ne sera marqué.

« C’est génial de voir un match de Paul sur son terrain »


Autour du city-stade, les gens se rassemblent pour débriefer la rencontre sous de vieux chênes avant que des orages et des intempéries comme la Seine-et-Marne n’en a pas connu depuis des lustres s’abattent sur la ville. « Je suis un peu déçu du match nul, mais je ne regrette pas d’être venu, c’est génial de voir un match de Paul sur son terrain, relativise Moussa, 16 ans, et maillot des Red Devils floqué du numéro 6 sur le dos. Ici, tout le monde le connaît, c’est une fierté et un motif d’inspiration pour tous les jeunes. » Pour l’association « À cœur ouvert » , soutenue par le programme adidas Football Collective - le mouvement qui veut rendre le football accessible à toutes et tous sans discrimination, lancé en 2020 -, l’objectif est rempli, puisque le match a permis de brasser tous les habitants de la ville. Se servir du foot pour rassembler, c’est le leitmotiv qui a incité Jordan Tembo et Zak Timera à créer cette association il y a bientôt deux ans, en octobre 2019. Les deux connaissent Paul Pogba depuis qu’il est haut comme trois pommes, mais aussi ses frères, Florentin et Mathias, qui viennent régulièrement aux tombolas organisées par l’asso. Jordan, âgé de 25 ans, était le « petit sûr » , l’indispensable coéquipier de Paul lorsqu'il jouait un match dans le quartier. Le second, Zak, est l’un de ses très bons amis. Ils sont tous originaires d’une cité-HLM du quartier de la Renardière où Paul a grandi et fait ses premières gammes footballistiques. « Paul voulait jouer tout le temps, impossible de le laisser sur le banc » , rigole Jordan.


« La ville rayonne grâce à Paul »


Depuis, l'association et ses cinquante bénévoles quadrillent la ville avec un enthousiasme communicatif. Loin de limiter son action aux quartiers, « À cœur ouvert » collecte des paniers solidaires pour les plus démunis. La mairie de la ville a même mis une petite camionnette à disposition pour qu’ils puissent faire des courses pour les personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer. « À cœur ouvert » veut servir de passerelle pour dépasser les clivages et les rivalités de quartiers. « À Roissy, il y a toujours eu du talent, mais on n’avait pas forcément les moyens pour les mettre en lumière, confie Jordan Tembo. Aujourd’hui, la ville rayonne grâce à Paul et on veut se servir du foot pour créer du lien, mais aussi aller au-delà. Ce terrain peut nous permettre de créer des évènements culturels et de rassembler tout le monde. Ce terrain n’est pas la propriété d’un quartier ou d’une asso’, il est à disposition de toute la ville : des mômes aux retraités. »

À ses côtés, Zak Timera opine du chef. « Je suis éducateur spécialisé dans la prévention de la délinquance et je sais ce que ça représente d’avoir un terrain comme celui-ci pour renforcer le lien social entre les habitants. On veut que personne n’en soit exclu et s’en servir comme un lieu de partage pour rassembler tout le monde. » Dans les rues de Roissy, il se murmure même qu’en cas de sacre des Bleus en juillet prochain, « La Pioche » pourrait revenir à la source avec la coupe sous le bras pour fêter ça avec les siens.

Pour en savoir plus sur le programme adidas Football Collective, le mouvement qui veut rendre le football accessible à toutes et tous sans discrimination, lancé en 2020, rendez-vous ici.

Par David Doucet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 17:07 52% des fans chinois trouvent l'e-sport aussi excitant que le football réel 99
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 10:54 Le cousin d'Erling Haaland marque pour ses débuts pros 13