Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // En partenariat avec Uber Eats

OM-OL : chacun sa route, chacun son chemin

Dans un contexte qui aurait pu dépassionner le choc, Marseille et Lyon se retrouvent pour une rencontre attendue par les deux camps pour des raisons différentes. 48 heures après avoir chamboulé son organigramme, l'OM espère lancer sa nouvelle ère par un succès de prestige avant l'arrivée de Jorge Sampaoli. Dans une ambiance plus sereine, l'OL veut confirmer sa supériorité sur le terrain pour continuer de rêver d'un titre de champion. Deux salles, deux ambiances pour une affiche qui pourrait valoir le coup d'œil.

Modififié
Dans un championnat qui a besoin de petites histoires pour écrire la grande, les confrontations entre Marseille et Lyon sont toujours des évènements. La fameuse rivalité entre l'OM et l'OL, exacerbée ces dix dernières années par les dirigeants des deux clubs et symbolisée par un surnom, l'Olympico, à mi-chemin entre l'humour et le marketing, est même venue concurrencer le ronronnant Classique. « Sans public, ça change un peu, concédait Houssem Aouar devant la presse ce vendredi. Ça reste un très grand match, un des plus grands de notre championnat, avec beaucoup d'adversité. Personnellement, c'est une rencontre que j'aime jouer, ce sont deux des plus grands clubs français, et on est assez impatients de disputer ce match. » Le contexte sanitaire, le huis clos et le fossé entre les deux équipes cette saison auraient pu dépassionner le choc des Olympiques, mais ce ne sera pas le cas. Chacun, dans son coin, a fait en sorte de rappeler qu'un Marseille-Lyon devait forcément être bouillant, l'OM chamboulant son organigramme à 48 heures du match et l'OL se retrouvant dans une quête aussi inattendue qu'excitante en tête du classement. Vivement dimanche soir !

Un monde d'écart

Dix-sept points et un monde sépareront donc les deux clubs, au coup d'envoi. En pleine tempête institutionnelle depuis de nombreuses semaines, l'OM a « ouvert un nouveau chapitre de sa grande histoire » ce vendredi en remplaçant l'honni Jacques-Henri Eyraud par Pablo Longoria à la présidence du club. En attendant le début de l'ère Jorge Sampaoli, qui devrait véritablement commencer la semaine prochaine, Marseille a rappelé en l'espace de quelques mois que le club phocéen n'était pas un grand adepte de la tranquillité ni de la stabilité. Un bazar désorganisé au cœur d'une saison déjà ratée, qui contraste avec le modèle pragmatique et ordonné des Gones.



Quand les supporters marseillais sont à la recherche d'une personne pour incarner le « projet McCourt » , ceux de Lyon ont Jean-Michel Aulas depuis maintenant plus de trente ans. Ce qui n'empêche pas le président rhodanien, dont la légère mise en retrait n'aura pas duré, de prendre son temps pour décider de l'avenir de Rudi Garcia, en fin de contrat en juin et « très fort sur le court terme » , selon ses mots. Reste qu'aucune comparaison systémique n'est possible entre les deux Olympiques. « Les supporters de l'OM adoraient Bernard Tapie, on comprend pourquoi, et ils aiment qu'il y ait un vrai patron, oui, taquinait Aulas cette semaine dans L'Équipe. Ma manière de faire, qui les dérange quand on joue contre eux, peut susciter, sur la durée, des rêves inassouvis. » Mais la vérité des coulisses n'est pas toujours celle du terrain.

Pablo Longoria, lui président...

« Si on peut les priver d'être champions, on va le faire »

Au Vélodrome, il sera aussi et surtout question d'un match de foot entre deux équipes dont les ambitions ont changé depuis la première manche, en octobre dernier, lors de laquelle l'OM de Villas-Boas avait résisté pendant plus d'une heure à dix contre onze pour ramener un point du Groupama Stadium. Cinq mois plus tard, Marseille, qui pourra compter sur les retours de Florian Thauvin et d'Arkadiusz Milik pour la dernière de l'intérimaire Nasser Larguet, n'a plus pour seul objectif immédiat que de boucler sa saison avec une qualification européenne en poche. « En gagnant dimanche, ça peut être un déclic pour le reste de notre saison, assurait Pape Gueye en conférence de presse. La course pour l'Europe reste importante pour nous, et on a pour objectif de grappiller des places sur le podium. Lyon occupe les premières positions en championnat, mais on peut vraiment faire quelque chose contre eux. Si on peut les priver d'être champions, on va le faire. » La preuve que la rivalité OM-OL est une réalité.




La preuve, aussi, que Lyon ne peut plus se cacher. Moins rassurante dans le jeu ces derniers temps, la bande de Rudi Garcia a intégré qu'elle pouvait se battre pour le titre de champion jusqu'au bout cette saison. Sans compétition européenne dans les pattes et avec un groupe quasiment au complet ce week-end, l'OL a toutes les armes à sa disposition pour matérialiser sa supériorité globale sur la pelouse du Vélodrome. « On peut améliorer notre fluidité dans le jeu, pour se créer plus d’occasions, on doit aussi être plus sereins, notamment quand on mène, analysait Houssem Aouar. On doit être plus juste techniquement, avoir plus de confiance, même quand on encaisse un but, afin d’avoir plus de personnalité dans notre jeu. » Beaucoup de lucidité, l'envie de progresser, et un rêve de moins en moins secret du côté de l'État-major lyonnais. « Je reste raisonnable parce que je ne vois pas comment le PSG pourrait perdre, vu sa puissance financière. On a à Lille un fonds vautour, un PSG avec un Qatar surpuissant, et un Monaco dirigé par des investisseurs russes avec une fiscalité et des charges qui n'ont rien à voir avec les nôtres, déroulait Aulas cette semaine dans L'Équipe. Alors je me dis que ce serait quand même un drôle de pied de nez, en étant franco-français et entrepreneur local, d'arriver à battre ces grosses puissances. » En attendant la grande histoire, il faut d'abord écrire la petite.

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:00 Viens défier Édouard Cissé sur un quiz spécial "Classico PSG-OM" ! 1
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:00 Expulsé pour un maillot enlevé 10 Hier à 10:59 Totti, le Mur Jaune... Offrez-vous un tirage photo So Foot exclusif ! 1