Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Gr. C
  3. // Marseille-Manchester City

Le virage Boas

Avant de retrouver Manchester City mardi, au Vélodrome, André Villas-Boas a précautionneusement décéléré avant de s'engager dans ce qui pourrait être l'un des tournants de son aventure marseillaise. Le Portugais le sait : une victoire face au City de Pep Guardiola lui permettrait de marquer des points, et pas seulement au classement du groupe C. Ce match est aussi une histoire de cœurs à conquérir.

Modififié
27/10/2020
Ligue des champions
Diffusion sur

C’est pour ça qu’il est venu à Marseille. Pour humer cette odeur de caoutchouc sur l’asphalte et goûter à la sensation de vitesse. Pour mettre le pied sur l’embrayage et conduire un groupe sur ces routes aussi sinueuses que prestigieuses. Et après la crevaison grecque de son OM, André Villas-Boas s’apprête à emmener son bolide sur le deuxième tronçon de la Highway 1. Là, au Vélodrome, il sait qu’il met le doigt dans « une machine à gagner » : Manchester City. Une belle bagnole conçue par Pep Guardiola, que le pilote olympien considère comme « l'un des meilleurs et une source d’inspiration » . S'il est de la même génération que son homologue catalan, Villas-Boas n’a encore jamais eu l’occasion de se mesurer à la tête d’ampoule du foot européen. Pourtant, ce ne sont pas les connexions qui manquent.


Il y a quelques années, les deux hommes se sont mêmes posés ensemble, autour d'une table d'orientation, pour partager les observations griffonnées sur leurs différents carnets de bord. « Je m’en souviens, c’était au mois février, quand j’entraînais Porto (lors de la saison 2010-2011, N.D.L.R.), racontait André Villas-Boas, lundi, avec un œil dans le rétro. Pep, lui, était à Barcelone. On a échangé sur le jeu de nos équipes, sur les systèmes, notamment le 4-3-3. C’était forcément intéressant, parce que Pep aime l’innovation, le mouvement, trouver des dynamiques, prendre des risques. [...] À l’inverse des coachs qui sont portés uniquement sur les résultats et les titres, lui continue de réfléchir au jeu et à être innovant. C’est en ça qu’il est une source d’inspiration. »

Humains après tout


«  À l’inverse des coachs qui sont portés uniquement sur les résultats et les titres, Pep continue de réfléchir au jeu et à être innovant. C’est en ça qu’il est une source d’inspiration. » André Villas-Boas

De son côté, plus que de l'inspiration, Pep Guardiola aura avant tout besoin de carburant avant cette deuxième sortie européenne de la saison. Pour cause, le Catalan a été contraint de laisser au garage ses deux attaquants de pointe (Sergio Agüero et Gabriel Jesus), ainsi qu'une vieille connaissance du coin, Benjamin Mendy. Sans s'affoler, Guardiola sait aussi qu'il traverse le pire départ depuis son arrivée en Angleterre (13e, avec sept petits points chipés en cinq journées). La faute à la cadence démentielle imposée par le calendrier, d’après lui. « On demande des choses aux joueurs qu’ils ne peuvent pas faire. Ce n’est pas compliqué à comprendre, rageait-il après le nul concédé à West Ham (1-1) ce week-end. Je demande le maximum à mes joueurs, mais il y a une limite pour des êtres humains. »



Des êtres humains, c’est justement ce que rêvent d'affronter les Marseillais. Mais après les difficultés entrevues pour dominer son sujet en Ligue 1 (cf. la sortie sous la flotte à Lorient) et pour ne rien attraper sur la pelouse de l’Olympiakos, personne n’ose se réjouir de la mauvaise passe des Citizens. « Ils ont une profondeur d’effectif qui leur permet de surmonter ces périodes plus compliquées, avertissait AVB lundi, en conférence de presse. Par exemple, Foden a changé la donne contre West Ham. City n’est peut-être pas encore à son meilleur niveau, mais pour moi, ils restent les favoris. » Guardiola a déjà prouvé qu’il avait plusieurs tours possibles dans son coffre, et c’est bien la raison pour laquelle son homologue reste, à raison, sur ses gardes : « Le problème avec City, c’est ça : sa faculté à s’adapter à l’adversaire. » Alors quoi, on se laisse faire ? Certainement pas : il faudra « chercher les réponses par le jeu » . Et s'inspirer de l'OL, vainqueur du même adversaire en août dernier lors du Final 8 ? « Tu ne peux pas demander à un coach de l’OM de s’inspirer de l’OL... » Et puis quoi encore ?

« Il faut être un peu réaliste, on ne joue pas comme la saison passée, j’en suis conscient et le coach aussi. » Dario Benedetto

En panne d'âme ?


Si l'on en croit les rares mots lâchés par un Duje Ćaleta-Car tatoué comme un garagiste, son patron aurait un plan. « Nous sommes prêts pour faire face à n’importe quelle situation » , jurait le malabar croate lundi. Le boss, justement, sans dévoiler ses intentions, compte opposer à l’adaptabilité guardiolesque l’adaptabilité villasboesque. La preuve : « Les équipes modernes doivent s’adapter, entre une défense en ligne ou homme à homme. À chaque fois qu’on était bombardés par des longs ballons de Lorient, on était obligés de reculer. Contre City, ce sera différent, ils devraient vouloir proposer plus de jeu. Qu’on fasse un pressing haut ou un pressing bas, Manchester City finira la partie avec 60-65% de possession, ça, c’est sûr. » Si cela ressemble à un « démerdez-vous » , c’est parce que le Portugais sait aussi que son salut passera avant tout par des prises de conscience individuelles. C’est d'ailleurs un ancien de la maison, Mathieu Valbuena, qui a mis le doigt là où ça fait mal lors du voyage au Pirée. « J'ai vu peu d'âme dans cette équipe. Je n'ai pas vu de personnalité, je n'ai pas vu d'entraide entre eux, je n'ai pas vu de leader » , diagnostiquait le héros grec après s'être offert le scalp de son ex. Un constat accablant pour un joueur comme Dimitri Payet, très effacé la semaine passée et suspendu ce week-end, mais aussi pour Dario Benedetto, qui n’a plus fait trembler le moindre filet depuis 242 jours.


Dimanche, à Téléfoot, l’Argentin confessait avoir une bécane déréglée : « Il faut être un peu réaliste, on ne joue pas comme la saison passée, j’en suis conscient et le coach aussi. » Une remise en cause autant collective qu’individuelle. Lucide, le 9 sait aussi qu’il doit répondre à certaines des attentes populaires. « Le ballon finira par rentrer et tout va changer, se persuade-t-il. Je promets aux supporters de travailler dur, de donner le meilleur, c’est le moins que je puisse faire pour tous ces gens qui m’ont apporté tant d’amour en aussi peu de temps. » Un mea culpa que prend à son compte Villas-Boas. « C'est moi qui gère l'organisation de leur équipe, j'ai changé par exemple mes trois attaquants, mais je n'ai pas de reproches à leur faire, je cherchais la victoire, souffle-t-il. Si mes joueurs ne sont pas capables d'être au top niveau, c'est moi le responsable, c'est à moi de les ramener au niveau Ligue des champions, de les porter encore plus haut. » Trêve de politesses : il faut maintenant accélérer et faire sauter le barrage.



Par Mathieu Rollinger, à Marseille
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 22:41 Droits TV : Canal + pourrait proposer une offre pour la Ligue 1 4 Hier à 09:00 EXCLU : 120€ offerts en CASH au lieu de 100€ chez Winamax sur la Ligue des Champions
Hier à 22:03 Viens tester tes connaissances EDF dans un quiz interactif Hier à 18:28 Les supporters anglais bientôt de retour dans les stades 7 Hier à 17:42 Un gardien australien fête son mariage pendant un match 3
Hier à 15:04 Mbappé dans la course au titre de joueur du siècle 99
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 12:07 Le président de la CAF suspendu 5 ans par la FIFA 20 Hier à 12:00 Moukoko, The Undertaker et du yo-yo dans Time To So Foot Hier à 11:39 Jean-Michel Blanquer dénonce « la cupidité dans le football professionnel » 59 Hier à 11:35 Gignac signe un doublé et bat un record vieux de 74 ans au Mexique 35 Hier à 10:58 Un club présente ses excuses à l’adversaire après une victoire 30-0 13 Hier à 10:41 Le joueur français, une denrée très prisée dans les quatre grands championnats 41