Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // OL-PSG

OL-PSG, l’heure de vérité

Ce dimanche soir au Groupama Stadium (21h), l’OL reçoit le Paris Saint-Germain pour le compte de la 30e journée de Ligue 1. Une nouvelle confrontation directe dans les hautes sphères du championnat entre des Lyonnais, sûrs de leur force après leur victoire à l'aller, et des Parisiens, au cœur d'une période charnière toutes compétitions confondues.


C’est généralement au moment où l’on réentend les oiseaux chanter que l’heure de la décision approche. Depuis cinq ans, hormis l'année du couronnement de Monaco, le PSG était déjà assuré d'être champion à l’arrivée du printemps. Mais cette année est différente, comme cette saison est différente. Cela faisait bien longtemps que la Ligue 1 n’avait pas eu quatre équipes avec Lille, Paris, Lyon et Monaco au sommet main dans la main jusqu’au bout. De quoi même autoriser à Jean-Michel Aulas une enflammade sur la naissance d’un « Big Four » bleu-blanc-rouge sur la durée : « Oui, je pense que c'est durable, car les quatre clubs en question ont des stades de qualités, des investisseurs de qualité, c'est important dans le foot moderne. Ils ont des traditions de performances qui font qu'on va les retrouver à nouveau dans les rankings européens. » Nous n’en sommes pas encore là, mais ce qui est sûr, c’est que cet OL-PSG va coûter cher et profiter, quel que soit le résultat, d’une manière ou d’une autre, à l’ASM, facile vainqueur de Saint-Étienne vendredi (4-0), et à Lille qui reçoit Nîmes. Que c'est agréable que de retrouver du suspense.

Ça y est, Paris est dans le vrai


Depuis ce mercredi, le PSG est officiellement entré dans son sprint final tous tableaux confondus. Son succès (3-0) face au LOSC au Parc des Princes en Coupe de France, bien qu’une nouvelle fois très poussif dans le jeu, est venu rappeler que Paris restait Paris et que la période où tout le monde l’attend vraiment, c’est maintenant. Outre l’OL ce dimanche soir, Paris enchaînera après la trêve par la réception du LOSC en championnat et un déplacement en Allemagne pour défier le Bayern à l’occasion de son quart aller de Ligue des champions. Autant dire que le PSG est dans le vrai et Marco Verratti, présent en conférence de presse ce samedi, en est conscient : « Lyon, Lille, le Bayern, c'est un moment clé. Il faut croire en nous. Beaucoup s'attendent à ce qu'on chute. » Et pour cause : dans les grosses affiches, Paris a souvent déçu cette saison. Il n’a battu aucun ténor du championnat de France, hormis Lille en Coupe, et doit désormais affirmer son autorité dans ce dernier effort pour espérer rejoindre l’AS Saint-Étienne et ses dix couronnes.



Mauricio Pochettino en est convaincu : Paris « est toujours en lutte pour gagner le titre. C'est une année vraiment différente, il y a eu plein de facteurs qui ont altéré nos performances, mais on monte crescendo. » À l’aller au Parc des Princes, le technicien argentin n’était pas là pour assister à un véritable naufrage des siens au devant d’une formation lyonnaise bien en place, compacte et tueuse, qui était repartie de Paris avec la lumière de la tour Eiffel dans les pupilles. Verratti en est conscient, son équipe va devoir faire beaucoup plus pour envoyer un message fort au reste des cadors du championnat : « C'est vrai qu’à l'aller, c'était difficile, on n'arrivait pas à trouver des espaces. Paquetá fait un gros championnat, c'est à nous de trouver les clefs pour être mieux qu'à l'aller. On doit être confiants. Ce n'est pas parce qu'on perd deux-trois matchs qu'il faut nous massacrer. [...] Lyon et Lille sont en train de faire un très grand championnat. On a 9 matchs. Il faut enchaîner un par un. L'objectif est de tous les gagner. »

L'OL veut refaire le coup


Bonne nouvelle pour Paris : l’infirmerie se vide, et hormis cinq absents (Bernat, Sarabia, Kehrer, Icardi et Letellier), le PSG pourra compter sur un groupe quasi au complet ainsi que sur Neymar, absent depuis le 10 février et qui avait délivré Paris à Lyon en championnat la saison passée. En face, après avoir cartonné tout ce qui bougeait au mois de janvier, l’OL impressionne légèrement moins l’assistance depuis un mois. Mais si la formation de Rudi Garcia n’arrive pas à enchaîner deux succès de rang en championnat depuis cette date, l’entraîneur lyonnais compte s’appuyer sur les enseignements de la manche aller pour galvaniser son groupe avec un mot d’ordre très clair : ne pas craindre le PSG quoi qu’il arrive. « Les deux équipes se connaissent bien, il y a toujours des études de l’adversaire, une surprise n’est pas à exclure, expliquait le coach de l’OL face à la presse. Quand on a des forces, il faut s’appuyer dessus, je pense que la victoire à Paris au match aller nous montre qu’on peut battre cette équipe. Mais c’est un autre moment, un autre coach, ce ne sera pas la même tactique, le match sera différent. »



Même son de cloche du côté de Memphis Depay : « On les a vus jouer en Ligue des champions, en Coupe, en ce qui nous concerne, on ne craint personne. » D’autant que contrairement à beaucoup en France, l’OL peut se targuer d’avoir défait à deux reprises Paris sur leurs quatre dernières entrevues dans sa ruche. Et en cas de nouveau succès face au dernier représentant français en Coupe d'Europe, ce sont bien les Lyonnais qui pourront se mettre à rêver plus grand, treize ans après leur dernier sacre. Treize ans, déjà.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 17:30 Mesut Özil en passe d'investir dans un club mexicain 29
Hier à 12:22 David Beckham va jouer dans une série de Disney+ 22
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:11 Viens défier Édouard Cissé sur un quiz spécial "Classico PSG-OM" ! 3
Hier à 11:00 En Équateur, un match à sept contre onze s'arrête après 17 minutes 14 Hier à 09:34 Antonio Di Natale nommé entraîneur d'un club de Serie C 22