Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // OM/Rennes (0-1)

Officiel : Crise à l'OM

Comme promis, l'OM a mieux joué, mais à cause de quelques maillons faibles, la grosse cylindrée n'a pas pu faire la différence à domicile contre une équipe de Rennes fidèle à sa description d'équipe rapide et physique.

Marseille - Rennes : 0-1


But : Kembo pour Rennes



Deux minutes de jeu, suite à un corner à deux bien mal joué entre Cheyrou et Valbuena, le virevoltant Pitroïpa décide de partir en contre. Au bout de 20 mètres, il est repris à la régulière par Lucho, qui taclait pourtant par derrière. Sur une action en début de match, il est souvent possible de déceler la qualité de l'entraînement qui a été fait en semaine. A ce moment-là, il y a alors de quoi se dire que ce choc entre Marseille et Rennes a de quoi tenir toutes ses promesses. Enfin, la Ligue 1, qui oppose là peut-être deux des équipes qui la caractérisent le plus, tout en physique et en efficacité, va enfin pouvoir montrer au reste de l'Europe ce qu'elle est vraiment. La première demi-heure offre exactement ce que Orange Sport vend depuis des lustres : du spectacle, du vrai. Pas de but, mais une occasion franche de chaque côté, et des actions menées à cent à l'heure, d'un côté comme de l'autre. Pour les Rennais, c'est M'Vila, qui d'une bonne récupération sur Valbuena, met Boukari dans le sens du but. Mandanda se couche bien. Pour les locaux, c'est Rémy, après des dribbles entre deux défenseurs, qui pousse la balle à la droite de Costil depuis le point de penalty. Mais là aussi, le gardien veille. Pire, dans le prolongement de l'action, Valbuena, qui arrive comme une fusée, frappe de toutes ses forces dans le petit filet et se claque. Amalfitano va enfin pouvoir sortir de la cave. Mais l'intensité va retomber. La faute à Souleymane Diawara, qui se paye Feret le long de la ligne de touche. Les esprits s'échauffent, Antonetti et Deschamps se branchent... Bref, l'ambiance se détériore. Pour couronner le tout, Loïc Rémy se voit refuser un but pour hors-jeu. Allez hop, les marseillais rentrent aux vestiaires sous des sifflets nourris.

Lorsqu'ils reviennent, ils n'ont pas de quoi espérer mieux. Si Azpi monte bien, Morel n'a pas réussi une passe du match, Jordan Ayew est transparent alors que le pauvre Amalfitano semble absolument incapable de jouer sur l'aile droite. Il est sans cesse au milieu de terrain, à marcher sur les plates-bandes de Lucho. Mais en une minute, la 51ème, les Phocéens vont se remettre leur stade dans la poche. C'est d'abord Rémy qui frappe à l'entrée de la surface suite à une montée d'Alou Diarra. Mais parade de Costil. L'ancien Bordelais n'a pas fait le voyage pour rien, il place une bonne tête sur le corner qui suit. Mais encore Costil. Deschamps sent alors que c'est le moment, il fait rentrer Gignac. Puis Kaboré. Le match devient alors à sens unique. Gignac se procure des occasions, Amalfitano prend la place de Lucho dans l'axe et arrive enfin à faire quelque chose. Rennes est acculé sur son but, mais Antonetti a quand même pris soin de faire de faire tourner devant. Hadji et Kembo sont rentrés. Et c'est ce dernier qui va faire la diff' sur un contre. Le bon vieux scénario catastrophe pour une équipe marseillaise qui n'aura pas démérité. Mais voilà, à 0-1, les chants de crise sont de sortie. «  Mouille le maillot ou casse toi » fait suite au non moins fameux « même si vous méritez pas nous on est là » . Cheyrou essaie de sonner la révolte avec une lourde frappe mais Costil est toujours en feu. Au micro, Michel Tonini se fait entendre dans tout le stade : « On va se faire casser le cul en Ligue des Champions avec cette équipe » . En tout cas, on va vite le savoir, le match est programmé mardi soir.


Romain Canuti, au Vélodrome

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 83 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125
À lire ensuite
Le Real prend l'avantage