Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Amiens-Lille

Nuits debout

La barrière qui s’est effondrée samedi soir à Amiens pose la question de l’aménagement des tribunes en fonction des supporters. Et non l'inverse. Une solution apparaît pour concilier ferveur et sécurité : les tribunes debout.

Modififié
D’abord, une bonne nouvelle. Dimanche soir, le LOSC a annoncé que tous les supporters blessés à Amiens étaient sortis de l’hôpital. La veille, 29 fans lillois étaient blessés, dont quatre dans un état grave, à la suite de la chute de la barrière au bas du secteur visiteurs du stade de la Licorne. Le garde-corps s’était écroulé lors du mouvement de foule festif qui a suivi l’ouverture du score signée Fodé Ballo-Touré en faveur du LOSC. Le stade de la Licorne est-il vétuste ? La barrière était-elle assez solide ? En attendant les résultats de l’enquête attendus dans les prochains jours, la question se pose de l’aménagement des stades modernes.

Les précédents Bordeaux et Lens

Le 25 septembre 2015, à Bollaert, une barrière de sécurité de la tribune latérale Marek tombait sous le poids de quelques dizaines de supporters lensois. Comme à Amiens, ces supporters effectuaient « une vague » vers le bas de la tribune pour fêter un but sang et or. Un rituel commun à tous les ultras. Ce soir-là, à Lens, une personne a été évacuée sur civière avec une minerve autour du cou. Un mois plus tôt, au Nouveau stade de Bordeaux, le portillon d’une barrière cédait sous la pression des supporters après un but girondin. Bilan : cinq blessés. Ce n’était pas une première, puisqu'un incident similaire s’était déjà produit lors du match inaugural du stade bordelais le 23 mai 2015. Des précédents sans gravité, mais qui prouvent à travers l’exemple girondin que ce type d’incidents peut se produire dans un stade neuf.


L’Association nationale des supporters milite pour la réintroduction des tribunes debout sécurisées dans les virages. « On part du principe qu’il y a plusieurs types de supportérisme, et qu’il faut donc adapter l’accueil selon les tribunes. De la même manière que tu conçois les loges différemment » , explique James, porte-parole de l’ANS. Le principe du safe standing existe déjà dans plusieurs pays européens, du Celtic à l’Ajax, en passant par le CSKA Moscou, la Bundesliga ou encore le championnat suédois. « En Suède et en Allemagne, les tribunes debout n’ont jamais vraiment disparu : les infrastructures se sont adaptées aux conditions modernes » , note Ronan Evain, qui dirige le réseau Football Supporters Europe. Le but : allier sécurité, ferveur et pragmatisme. Pour éviter des situations malheureuses comme au stade Pierre-Mauroy de Lille pendant l’Euro. « Tu pouvais voir 60 à 100 personnes en fauteuil roulant derrière la foule debout, parce que le stade a été pensé et construit pour des gens assis » , observe Ronan Evain.

Debout le samedi, assis le mercredi

« Debout, sur la tribune, tous ensemble on va chanter... » , dit la chanson... Il y a le modèle que l’on retrouve dans le kop du Celtic Park, où les sièges des tribunes debout ont une barre dans le dos sur laquelle peuvent s’appuyer les supporters. Il y a aussi les sièges rétractables, plus propices au mouvement ultra, comme en Allemagne, qui permettent de répondre aux normes UEFA lors des matchs européens. « On peut être un supporter de Schalke parfaitement en sécurité le samedi en étant debout et devoir s’asseoir trois jours plus tard lors d’un match de Coupe d’Europe, poursuit le DG de Football Supporters Europe. L’UEFA continue d’imposer des sièges, même si dans les faits, les stadiers ne peuvent pas forcer des tribunes entières à s’asseoir. »


Pour James, de l’Association nationale des supporters, « le cœur du débat est en Angleterre » . Comme en France, la législation anglaise interdit – théoriquement – de se tenir debout en tribune. Mais si le pays qui a banni les terraces à la fin des années 1980 – après les catastrophes comme Hillsborough – accepte de réintroduire des tribunes debout, tous les autres pourraient suivre. Aujourd’hui, un vrai débat est mené. Une tribune debout test a déjà été mise en place à Shrewsbury Town, en League One (D3). « Certaines tribunes du nouveau stade de Tottenham, par exemple, sont construites d’une certaine façon qu’elles seront faciles à transformer en safe standing » , assure Ronan Evain.

La solution des « sièges coquille » à Sainté et Caen

Voici la conclusion de l’ANS dans son livret en faveur des tribunes debout, publié en novembre 2016 : « Permettre la réintroduction des tribunes debout favoriserait une plus grande ambiance dans les stades, permettrait la mise en vente de places moins onéreuses, limiterait les coûts d'entretien des tribunes et éviterait que des supporters ne se blessent en animant les stades dans des tribunes inadaptées » . En Ligue 1, Saint-Étienne et Caen ont déjà mis en place la solution la plus proche des tribunes debout dans les virages animés par les ultras : des « sièges coquille » , en retirant le dossier ou en rangeant celui-ci sous l’assise. Un premier pas.

Par Florian Lefèvre Propos recueillis par FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi