Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Espagne
  2. // 1/4 finale aller
  3. // Real Madrid/Valence (2-0)

Nuit de haut vol au Bernabéu pour le Real

Dans un match de très haut niveau, le Real Madrid a repris du poil de la bête après son désastreux déplacement à Osasuna. Défait 2-0, ce Valence joueur pourra de son côté regretter les occasions manquées.

Modififié
Real Madrid – Valence : 2-0
Buts : Benzema (37e) et Guardado (csc, 72e) pour le Real.

Le jour et la nuit : en l'espace de 72 heures, le Real Madrid a affiché une schizophrénie à faire pâlir Docteur Jekyll et Mister Hyde. Après 90 minutes déprimantes et pathétiques à Pampelune, les Merengues ont fait étalage de toute leur force de caractère. Emmenés par un Cristiano Ronaldo décidé, et un Benzema décisif, ils sont venus à bout de Valence. Le club Ché peut, lui, regretter les occasions manquées. Excellent dans le jeu, voire éblouissant sur quelques actions, il repart pourtant du Bernabéu avec un retard de deux buts dans ce quart de finale aller de la Copa del Rey. A priori contents de leur tirage au sort, les Parisiens peuvent flipper. Mais ça, Valence s'en fout pour le moment. Hasard du calendrier, dans trois jours, ils retrouveront ces mêmes Madrilènes en championnat…

Une minute qui change tout

Dans un Santiago Bernabéu glacé par une brise hivernale, les socios ne tardent pas à se réchauffer. Sitôt le coup d'envoi donné, Cristiano Ronaldo envoie son coup franc au ras du montant de Guaita. Oui, avec Ronaldo, ce Real n'est pas le même. Grâce à un pressing haut, les Madrilènes récupèrent la chique dans la moitié valencienne. Sur une interception, Modrić dédouble avec Benzema mais voit sa frappe flirter avec la cage adverse. Après avoir serré les fesses pendant dix minutes, la bande à Rami sort enfin la tête du seau. Le ballon va alors d'un but à l'autre. Sans souffler, les 22 acteurs se répondent du tac au tac. Valence, par une frappe de Tino Costa, puis un hors-jeu inexistant de Soldado qui filait seul au but, appuie là où ça fait mal. Puis arrive ce 36e tour de cadran : sur un mouvement de grande classe entre Banega, Tino Costa et Guardado, Jonas envoie sa reprise à bout portant sur Casillas. Sur le contre, Khedira lance dans l'espace Benzema qui prend à contre-pied Guaita. Tout Bernabéu explose, sauf Mourinho, impassible sur son banc de touche. À la mi-temps de ce quart de finale, les 80 000 spectateurs en ont pour leur argent.

Soldado, ce malheureux

Après 45 minutes de très haut niveau, le Real revient sur la pointe des pieds. A contrario, après une dizaine de minutes de flottement, Valence repart pied au plancher. Pour la deuxième fois de la soirée, Soldado pense bien filer seul face à Casillas. Et pour la deuxième fois de la soirée, l'arbitre assistant lève son drapeau. Chef de gare, ledit assistant ne s'arrête pas en si bon chemin : à la 66e, le capitaine valencien voit sa frappe s'écraser sur la barre. À peine le temps de se prendre la tête entre les mains, qu'il remarque une nouvelle fois que le drapeau s'est levé. Une nouvelle fois à tort. Dans la foulée, sur une action estampillée « haute couture » , Banega trouve Piatti. Le petit Argentin remet à Soldado qui bute sur un grand Casillas. Le cuir roule jusqu'à Jonas qui se troue face à une cage vide. Malheureux jusqu'à la lie, l'ailier valencien assistera cinq minutes plus tard au CSC de la main de Guardado… Rendu furax par les décisions arbitrales, Valverde rentre illico aux vestiaires. Il n'assistera pas à la double parade de Guaita sur Cristiano Ronaldo. Fou-fou dans les dernières minutes, ce match gardera pour seul regret la frappe non cadrée d'Özil après un numéro de funambule dans la surface. Pour ce qui conclut une bien belle nuit pour un Bernabéu qui en avait presque perdu l'habitude.

Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 62
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom