Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Toulouse-Lyon

Nouzaret : « Si Garcia a des résultats, ils arrêteront de l’emmerder »

Robert Nouzaret fut le premier à donner sa chance à Rudi Garcia, à Saint-Étienne. L’actuel responsable du recrutement du centre de formation de Montpellier revient sur la nomination de son ex-protégé à Lyon, où l’accueil n’a pas été particulièrement chaleureux.

Modififié

Quand l’OL a choisi Rudi Garcia, on ne peut pas dire que cette nouvelle ait été très bien accueillie par les supporters lyonnais...
Déjà, avant de parler des supporters, je n’ai pas été personnellement surpris. Que Lyon choisisse Rudi, un entraîneur passé tout de même par l’AS Roma et Marseille, ce n’est pas étonnant. C'est quelqu’un d’expérimenté, qui connaît très bien la Ligue 1 et qui a un vécu européen. Si Rudi a postulé, c’est qu’il se sentait capable de relever ce défi. Quand il a été nommé, je lui ai demandé s’il avait bien récupéré de son expérience marseillaise, après avoir vu les réactions des supporters lyonnais...


Elles étaient à prévoir, non ?
« Vous verrez : si Lyon a des résultats, ils arrêteront de l’emmerder par rapport à l’ASSE, à l’OM. En revanche, si ça ne marche pas, il est mort... »
J’ai quand même été surpris par l’ampleur. On lui a reproché d’être passé par Saint-Étienne puis Marseille, et d’avoir, quand il était à l’OM, eu des échanges tendus avec Aulas. Mais il défendait les intérêts de son club. Aujourd’hui, il est à Lyon. Les supporters des équipes sont de plus en plus exigeants, mais parfois, ça va loin, et ça en devient complètement con. On ne leur demandait pas d’applaudir quand Garcia a signé, mais les banderoles, les insultes, tout ça, bon... Qu’ils le laissent travailler, et ensuite, on voit. Vous verrez : si Lyon a des résultats, ils arrêteront de l’emmerder par rapport à l’ASSE, à l’OM. En revanche, si ça ne marche pas, il est mort... Ce contexte me rappelle mon arrivée à Saint-Étienne, à une époque où il y avait moins de communication : les supporters se souvenaient que j’étais né à Marseille, que j’avais joué puis entraîné à Lyon. Mais finalement, les choses s’étaient arrangées.

Arriver dans un contexte si hostile, cela ne doit pas toujours être simple à vivre...
Rudi, c’est un être humain. Je pense qu’il a pu être affecté. Quand il se retrouve seul avec lui-même, il doit y penser. Mais il a l’expérience. Il a entraîné l’AS Roma et l’OM, où les contextes sont difficiles. S’il a signé à Lyon, c’est qu’il savait où il allait. C’est un mec intelligent. Il va aussi falloir qu’il apprenne à travailler avec Jean-Michel Aulas. Ce n’est pas évident.



Il a tout de même pris du recul.
Oui, mais il parle beaucoup, parfois trop. Il reste trop présent. Il a fait de Lyon un grand club, mais je peux vous assurer que ce n’est pas simple de bosser avec lui. Moi, j’étais déjà en place quand il est arrivé. Et rapidement, il voulait que je fasse jouer Eugène Kabongo. Je lui ai dit que c’est moi qui décidais qui jouait ou pas. Évidemment, peu de temps après, on perd un match, et il en profite pour me virer. Rudi va devoir composer avec le contexte lyonnais. Aulas, comme d’ailleurs presque tous les présidents, a une cour autour de lui, pour le conseiller, le rassurer, etc.

On parle aussi d’un vestiaire difficile...
« Trop souvent, il y a un décalage d’autorité entre l’entraîneur et le président, et les joueurs l’ont compris. S’ils estiment que les entraînements sont trop durs, ils vont aller pleurnicher dans le bureau du président pour se plaindre. »
Ça, Rudi sait faire. Mais le problème est ailleurs. On file des salaires de folie à des joueurs. Moi, ça ne me dérange pas, si les finances des clubs le permettent. Et si les exigences que l’on a vis-à-vis des joueurs sont à la hauteur du fric qu’on leur donne. Mais trop souvent, il y a un décalage d’autorité entre l’entraîneur et le président, et les joueurs l’ont compris. S’ils estiment que les entraînements sont trop durs, ils vont aller pleurnicher dans le bureau du président pour se plaindre. Or, quand un joueur touche un gros salaire, il est normal qu’en retour, il soit irréprochable dans son investissement, son hygiène de vie, etc. Et quand il arrive le matin à l’entraînement, il doit être au garde à vous ! Mais pour en revenir à Rudi, je pense qu’il va réussir, car non seulement il a les compétences, mais il dispose d’un bel effectif.


Vous l’avez pratiqué à Saint-Étienne. Quel genre d’adjoint était-il ?
« J’ai assez vite compris qu’il me serait encore plus utile dans un rôle d’adjoint numéro 1. Car il s’intéressait beaucoup au contenu des séances, au management, aux compositions d’équipe. On voyait bien que c’était quelqu’un d’investi, de passionné. »
Quand il est arrivé, c’était pour s’occuper de la préparation physique notamment. Mais j’ai assez vite compris qu’il me serait encore plus utile dans un rôle d’adjoint numéro 1. Car il s’intéressait beaucoup au contenu des séances, au management, aux compositions d’équipe. On voyait bien que c’était quelqu’un d’investi, de passionné. Il avait toutes les aptitudes pour gravir les échelons. Je me souviens qu’un jour, alors qu’il était mon adjoint, on s’apprêtait à recevoir Nancy, qui semblait vouloir adopter une stratégie très défensive. Deux mois plus tôt, l’ASSE avait recruté les Brésiliens Aloísio et Alex. Autant le premier s’était bien adapté, autant le second était catastrophique. Mais on sentait que c’était plus psychologique qu’autre chose. Et Rudi m’avait conseillé de prendre Alex dans le groupe et de le faire entrer si on était en difficulté.

Et ?
On est mené 1-0 à la mi-temps, et je fais entrer Alex, qui fait basculer le match, grâce à sa vivacité. Rudi avait vu juste. Et à la fin, j’avais failli étrangler Alex. Je lui avais dit en rigolant : « Ça fait plus de deux mois que tu es là, on a perdu du temps, alors que tu es un bon joueur. »

Garcia aura-t-il les mains libres à l’OL ?
J’espère qu’il aura son mot à dire sur le recrutement. D’après ce que j’ai compris, ce n’est pas sûr. Moi, je ne comprends pas comment un entraîneur ne peut pas être impliqué dans le recrutement, et laisser le président et le directeur sportif s’en occuper. Le coach peut se retrouver avec des joueurs dont il ne souhaitait pas spécialement la venue, et ce n’est pas évident à gérer dans un groupe. Je ne sais pas comment ça va se passer pour lui à Lyon, mais connaissant le contexte, pas sûr qu’il ait souvent son mot à dire...

Propos recueillis par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible

Hier à 14:08 EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 17:52 À 44 ans, Marcelinho ne raccroche toujours pas les crampons 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 12:49 Fin de la grève des footballeuses espagnoles 5
À lire ensuite
Paredes artificiel