Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Barça-Bayern, teint terne

Renversé par Levante pour l'un et humilié par l'Eintracht Francfort pour l'autre, Barcelone et le Bayern Munich ont subi une nouvelle défaite ce samedi dans leur championnat respectif. Inquiétant pour la suite, ou simple accident de début de saison ?

Modififié
Liverpool et Manchester City qui renversent respectivement Aston Villa et Southampton sur la fin. La Juventus et l'Inter qui attendent les vingt dernière minutes pour se réveiller au Torino et à Bologne. Le Real Madrid incapable de marquer un but contre le Betis et l'Atlético loupant un penalty à Séville à 1-1 qui sont freinés dans leur quête de victoire. Sans oublier le Paris Saint-Germain qui se casse la gueule chez la lanterne rouge dijonnaise. À quelques minutes près, les lignes auraient écrit que le week-end avait été très infructueux pour les principaux favoris aux titres anglais, italien, espagnol et français. Finalement, elles s'arrêteront plus spécifiquement sur les deux seuls ogres qui ont perdu ce samedi : Barcelone, et le Bayern Munich.

Vidéo

Pourquoi ? Parce que leurs défaites posent réellement question, et ont fait peine à voir. Sur le terrain de Levante, les Catalans ont d'abord ouvert le score (penalty de Lionel Messi) avant de complètement sombrer et d'encaisser trois pions en l'espace de neuf minutes. Sur la pelouse de l'Eintracht Francfort, les Bavarois se sont quant à eux liquéfiés dès les premiers instants (expulsion de Jérôme Boateng à la huitième, premier caramel gobé à la 25e) pour ensuite totalement prendre l'eau avec et laisser l'adversaire y ajouter l'anis (défaite 5-1). Alors, est-ce inquiétant à l'heure où les championnats arrivent (déjà !) au tiers de leur parcours ? Et les entraîneurs concernés risquent-ils de prendre la porte, dans un court délai ?

Catalogne en rogne, hors des frontières


Au Barça, il suffit en apparence de contempler le classement pour se rassurer. Ce dimanche, le champion est toujours leader de Liga (à égalité avec l'ennemi du Real, mais avec une meilleure différence de buts) et fait le boulot en Ligue des champions (deux victoires, un nul), même si la qualité du jeu est régulièrement pointée du doigt. Seulement, voilà : les Blaugrana doivent absolument renverser la balance à l'extérieur, s'ils veulent mener à bien leurs ambitions. Sur la scène nationale, les Catalans ont en effet déjà perdu à trois reprises hors de leur base (Levante donc, Grenade et Athletic Bilbao) pour un nul (Osasuna) et deux maigres succès (Getafe, Eibar) alors qu'ils font carton plein à la maison (quinze points, sur quinze possibles). Et cette frilosité loin du Camp Nou ne date pas d'aujourd'hui, puisque les hommes d'Ernesto Valverde ont achevé la saison précédente sur quatre déplacements sans victoire toutes compétitions confondues (dont trois revers).

Vidéo

L'entraîneur serait-il le coupable idéal, ou peut-il inverser cette dangereuse tendance ? « Je ne pense pas à démissionner, a simplement rétorqué celui qui a écarté Ousmane Dembélé du groupe, en conférence de presse. On a quelques difficultés à l'extérieur... À domicile, on tient bien nos matchs. Mais à l'extérieur, les équipes nous jouent à fond. Donc oui, on souffre. » L'ancien de Valence ou de Villarreal doit et se voit donc continuer à bosser, alors qu'il est en partie protégé des critiques par le trio Messi-Antoine Griezmann-Luis Suárez qui ne s'entendrait pas et dont les relations prennent la majeure partie de la place dans la presse. Bref, le virage ne paraît pas si compliqué à réussir.

Bavière en galère


Le constat renvoie moins à l'optimisme, au Bayern. Car chez les Munichois, qui ne s'étaient pas inclinés contre Francfort lors des seize dernières confrontations, le bordel semble plus profondément ancré. Poussifs dans le jeu en ce début d'exercice, les Bavarois n'avaient plus perdu par quatre buts d'écart en Bundesliga depuis avril 2009 et réalisent leur plus mauvais démarrage depuis neuf ans. Avec quatre petites unités glanées sur les quatre dernières journées, le nouveau quatrième pointe à quatre points de la tête occupée par l'épatant Borussia Mönchengladbach. Loin d'être rédhibitoire, la bande de Niko Kovač ayant déjà démontré sa capacité de réaction l'an passé durant son duel avec Dortmund. Reste que l'impression laissée par sa team, triste derrière et sauvée par le recordman Robert Lewandowski devant, fait flipper.



« Ce n'est pas simple, aujourd'hui » , n'a pas caché le Croate, qui a considéré ce 5-1 comme sa plus « grande défaite en tant que manager  » devant les journalistes. Avant de s'en prendre à ses garçons : « En infériorité numérique, c'est difficile. Mais même avec un homme en moins, on n'a pas le droit de perdre comme ça. C'est décevant, et énervant. » À coup sûr, la réception de Dortmund la semaine prochaine devrait faire bouger les choses. Dans un sens, comme dans l'autre. En attendant, la Gazzetta dello Sport évoque déjà José Mourinho comme potentiel remplaçant. Vite, la suite.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:08 EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 17:52 À 44 ans, Marcelinho ne raccroche toujours pas les crampons 15
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:49 Fin de la grève des footballeuses espagnoles 5