Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Nous sommes allés voir la pire équipe d'Europe

Club de troisième division italienne, la Pro Patria est la seule équipe professionnelle à ne pas avoir encore récolté le moindre point cette saison. 10 défaites lors des 10 premières journées, tel était son bilan avant la réception de la Reggiana.

Modififié
« Mieux vaut avoir zéro point que zéro dignité » , récite la banderole exposée par les tifosi locaux. À la mi-novembre, ça commence quand même à faire long. Personne ne présente un tel score dans les championnats professionnels de la grande Europe (France, Allemagne, Italie, Espagne et Angleterre). Il y a bien le Wegberg-Beeck, équipe allemande du groupe ouest du tournoi semi-pro de RegionalLiga (4e niveau) également défaite lors des 10 premières journées, mais elle a grappillé quelques points depuis. Non, la Pro Patria est bien le bonnet d'âne européen, et cela n'a rien de surprenant.

Une longue dépression


Busto Arsizio, une trentaine de kilomètres au nord de Milan, c'est ici que ce « Pour la patrie » écrit son histoire depuis près d'un siècle, plusieurs chapitres en Serie A dans les 30s et 50s, le gros du bouquin en B et C et quelques pages chez les amateurs. Le scénario a viré au cauchemar ces dix dernières années entre faillite, changements récurrents de propriétaires, pénalisations, implication dans le Calcisocommesse et même scandale raciste lors d'un amical contre le Milan il y a trois ans.

Ainsi, Renato, tifoso sexagénaire bien en chair, relativise sur la situation actuelle : « On en a vu des vertes et des pas mûres, on n'est plus à ça près.  » D'ailleurs, le club aurait dû évoluer en Serie D (premier niveau amateur) sans un repêchage à la dernière minute en septembre, et c'est bien là le problème : « L'effectif a été construit pour affronter un championnat de D4 avec énormément de jeunes inexpérimentés qui n'ont malheureusement pas le niveau pour affronter un championnat professionnel » , enchaîne son comparse et voisin Ercole. Les contestations ? « Il y en a, mais ça reste très civil. Si cela se passait dans une ville beaucoup plus chaude, ce ne serait pas la même limonade » , poursuit-il.

« Vavassori Va !! » fanculo ?


L’automne bat son plein dans le Nord de la Lombardie, la grisaille et la brume forment un décor seyant parfaitement à la tristesse ambiante. Toutefois, il faut avouer que l’affluence du Carlo Speroni est encore épargnée. Si les ultras sont une petite dizaine, les tribunes sont assez remplies pour ce 11e match de la saison et la réception de la Reggiana, deuxième du classement. Une rencontre pas comme les autres, puisque le président de l’équipe adverse était en poste à Busto jusqu'à l'été passé. « Vavassori » , Gianni de son prénom, un patronyme qui résonne dans toutes les parties du stade, accompagné d'épithètes clairs et limpides quant au souvenir laissé par ce monsieur.

D’autant que le passage d’un club à un autre avait été précédé d’un curieux maxi échange de joueurs entre les deux équipes à l’hiver 2014. Du bricolage à l'italienne qui n'a éveillé aucun soupçon au sein de ses institutions. C’est un groupe d’investisseurs locaux mené par Teresa, tifosa acharnée et agent immobilier, qui a pris la suite. Ils sont épaulés par Fulvio Collovati, champion du monde 1982 dont la lettre de démission a été envoyée au bout d'un mois. « Chaque saison c'est pareil, il faut recruter un propriétaire, ensuite des dirigeants et enfin des joueurs. Une véritable improvisation » , assène Claudio la tête enfoncé dans son écharpe blanche et bleue et les traits tirés par cette vie de supporter constamment sur la brèche.

Bientôt dans le négatif ?


Néanmoins, en disséquant la chronologie des défaites, il y a de quoi être un tout petit peu optimiste. Les volées subies contre Feralpi Salò (5-0) et Pavia (4-0) en ouverture du championnat ont laissé place à des revers sur la plus petite des marges ces trois derniers week-ends. Qui sait, la Pro Patria est peut-être en train de voir le bout du tunnel. Ses jeunes troupes font en tout cas preuve d’une détermination presque aussi émouvante que la minute de silence respectée en hommage aux victimes des attentats parisiens. Ces débutants sont chapeautés par un briscard, Michele Ferri, enfant du pays de 35 ans venu filer un coup de main après un long passé en Serie A et B.

Dans les tribunes, tour à tour, les retraités encore vivaces se lèvent pour contester les décisions arbitrales, une véritable chorégraphie peut-être aussi orchestrée dans le but de se réchauffer. Ils n’épargnent pas non plus leurs protégés. C'est le métier qui rentre, comme on dit. Les minutes défilent et les Bustocchi tiennent le coup jusqu’à la 92e et une frappe de Spanò… qui finit heureusement sur la transversale ! Ouf de soulagement. 0-0 et premier point acquis... mais qui pourrait être rapidement retiré. En effet, à cause de l’implication de quelques anciens joueurs dans le dernier épisode du Calcioscommesse, la Pro Patria devrait recevoir une pénalité de plusieurs points ces prochaines semaines. Le risque est de retomber à zéro et même de partir dans le négatif. La pire équipe d'Europe, qu'on vous dit.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE