Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // PSG-Bayern

Non, ce n'est pas une Ligue des champions au rabais !

Dimanche, le PSG disputera la première finale de Ligue des champions de son histoire. Et s’il s’impose face au Bayern, il deviendrait le second club français de l’histoire à s’offrir le Graal européen. Sans avoir, à aucun moment, le sentiment d’avoir disputé une parodie de Ligue des champions.

Modififié
Dimanche 22 août, il sera impossible d’apercevoir le moindre maillot estampillé « PSG » autour du Vieux-Port à Marseille. C’est la décision prise par le préfet de police des Bouches-du-Rhône, qui craint des débordements à la suite de quelques heurts en marge de la demi-finale Leipzig-PSG de mardi dernier. La preuve, bien qu’un poil extrême, que le parcours actuel du Paris Saint-Germain en Europe ne laisse pas indifférent les plus fervents supporters de l’OM. Depuis 1993 et un coup de boule de Basile Boli, le totem d’immunité de l’OM fait son effet saison après saison. Il est l’argument imparable de la domination historique du club marseillais sur le reste de la France, faisant de lui la référence française ultime en Europe. L’unique et heureux élu, en quelque sorte. Encore à ce jour, le club olympien est toujours le seul à avoir remporté la Ligue des champions. Ce n’était pas la même formule, une autre époque, mais, et à raison, tout le monde ne retient que la victoire finale de l’OM face au grand Milan de Fabio Capello. Et il devra en être de même si Paris renverse le Bayern dimanche à Lisbonne.

Rien à prouver

Tandis que le club de la capitale est en train d’écrire la plus belle page européenne de son histoire, d’autres mettent d’ores et déjà en avant un tirage abordable ou une formule « plus simple » pour expliquer la réussite parisienne. Il n’en est rien, bien évidemment. À force de se planter les années précédentes, le PSG a montré qu’il avait appris de ses erreurs. Il s’est créé une force mentale qui lui faisait défaut, en se transformant en équipe capable de refaire son retard ou de tout simplement maîtriser son sujet. Avant la période du confinement, qui serait là aussi un argument expliquant le déclic du club de la capitale, Paris avait terminé premier de sa phase de poules devant le Real. En lui flanquant une raclée à l’aller, et en allant puiser dans ses réserves pour choper un nul au Bernabéu.


Ensuite, il a éliminé le Dortmund du bionique Erling Håland qui avait su s’extirper du groupe de la mort Barça-Inter-Slavia. Post confinement, c’est l’Atalanta, meilleure attaque de Serie A et sensation européenne de l’année, qu’il a fait chavirer dans le temps additionnel d’un match qu’il était loin de maîtriser. Enfin en demies, il a muselé Leipzig, tombeur de Tottenham (le finaliste de l’an dernier) et de l’Atlético de Madrid de Diego Simeone au tour suivant. À aucun moment, le PSG n’a choisi ses adversaires et donc son parcours. Il n'est pas responsable de la faillite des habitués du carré VIP. Comme il n’avait pas choisi, les années précédentes, de toujours se coltiner le Barça ou le Real dès les huitièmes ou quarts de finale. Vous croyez sincèrement qu’on rappelle chaque année au Stade de Reims qu’ils ont éjecté Aarhus, le MTK Budapest et les Hibernians avant de rejoindre le Real en finale de Coupe des clubs champions en 1956 ? Eh bien non, on retient simplement la brillante épopée rémoise de la bande à Raymond Kopa. À juste titre, car cela ne sert à rien de comparer les époques et la quantité ou la qualité des marches qu’il a fallu gravir pour y parvenir. Demandez ensuite au FC Barcelone, humilié en mondiovision par le Bayern (8-2), si cette campagne européenne ne restera pas dans les annales.

Le prestige sera de la partie

Malheureusement, il n’y aurait pas que le pedigree de ses victimes qui ternirait le parcours de Paris. Il y aurait aussi ce format à élimination directe qui rendrait la route vers la finale plus dégagée. Sur ce point, il est vrai que le PSG est historiquement – du moins en France – une équipe de Coupe quelle que soit la période. La réalité, c’est qu’il est impossible de savoir ce qu’il se serait passé si le coronavirus n’avait pas obligé les championnats à s’arrêter. Comme il est impossible de savoir si l’arrêt total du championnat de France, bien que regretté par Jean-Michel Aulas, a joué en faveur de Paris ou de Lyon sur le plan physique. Ce ne sont que des élucubrations qui n’ont aucun sens, si ce n’est celui de perdre du temps. Dans les faits, le PSG peut décrocher pour la première fois ce après quoi il court depuis bientôt dix ans. Une décennie passée à tâtonner, à se planter, à dépenser, à apprendre, à gagner, et surtout à apprendre à gagner. Même si évidemment, il reste encore une finale à jouer. Un ultime duel face au Bayern, un ogre européen historique, qui sert des salades de phalanges à ses convives à chaque nouveau service. Un club qui s’apprête à disputer sa onzième finale de C1, et qui s’il doit s’avouer vaincu dans la nuit de Lisbonne à la fin du week-end, donnera une dose supplémentaire de prestige à l’épopée historique du Paris Saint-Germain.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 16:00 Daniel Sturridge s'entraîne avec une D8 anglaise 4 Hier à 15:38 La leucémie de Van Damme une nouvelle fois de retour 10 Hier à 15:07 Ronnie, Pogba, PSG... Offrez vous un tirage photo So Foot exclusif !
Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 10:59 Après 1500 kms, une équipe chilienne voit son match annulé pour un cas de Covid-19 4 Hier à 10:18 Le LA Galaxy vire l'un de ses joueurs après des insultes racistes 31