Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2013
  2. // Présentation des équipes
  3. // Groupe C

Nigeria, l'aigle noir

Il y a peu, le Nigeria était présenté comme la première équipe africaine capable de gagner une Coupe du monde. Aujourd'hui, on se demande si les Super Eagles sont capables de régner sur leur propre continent. D'autant que Stephen Keshi, le sélectionneur, a surtout embarqué des jeunes en Afrique du Sud.

Modififié
Le CV express :

Absent de la dernière CAN, le double vainqueur de la compétition (1980 et 1994) aimerait faire mieux que ses habituelles troisièmes places (sept médailles de bronze dont trois fois consécutivement entre 2002 et 2006). Dans un pays qui a vibré pour les Okocha, Yekini, Kanu ou Oliseh, c'est le début d'un nouveau cycle. Le Nigeria se reconstruit. Ça demande du temps. Pour se payer un séjour en Afrique du Sud, les potes de John Obi Mikel se sont facilement débarrassés du Liberia (2-2, 6-1) durant les éliminatoires. Et comme la chance semble de nouveau leur sourire, ils se retrouvent dans un groupe très abordable avec le tenant du titre zambien, le Burkina Faso et l’Éthiopie. Histoire d'écrire une nouvelle page de l'aventure des Super Eagles, Keshi a décidé d'écarter pas mal de cadres comme Taye Taiwo, Peter Odenwingie, Obafemi Martins, Yakubu et Shola Ameobi pour laisser le champ libre à la nouvelle génération. Des choix qui ont fait du bruit. Notamment chez Odemwingie qui n'a pas hésité à faire le mariole par presse interposée : « J’ai envie qu'on soit honnête avec moi et qu’on me dise les choses directement. Je dis ce que je pense et je crois que certaines personnes ont un problème avec ça. » Dommage pour lui, Keshi a vite dégainé : « Il n’y a rien de personnel. Odemwingie est un bon joueur, mais aujourd’hui, je n’ai pas besoin de lui.  » Dans la foulée, le patron Joseph Yobo, sixième CAN au compteur et recordman des sélections, en a profité pour se faire également l'ancien Lillois : « Peter devrait se regarder dans un miroir. Il n’est pas le Messi du Nigeria. Il y a dans cette équipe des joueurs au-dessus de lui. » Ambiance scandale, danse de vandale, sent d'où vient la chaleur, gloire à l'art de rue...

Pourquoi ils vont… encore se transformer en lucky loser.

Qui croit encore au Nigeria ? Pas grand monde. Alors que le pays a sans doute eu dans ses rangs les plus beaux footballeurs du continent africain, les Super Eagles n'ont jamais vraiment brillé. Ils se sont même souvent ratés. Que ce soit sur la scène internationale ou lors des différentes CAN. Le Nigeria, c'est l'éternel favori. Celui qui ne gagne jamais. Et il n'y a pas de raison que ça change. Surtout avec la révolution qu'est en train de mettre en place Keshi qui table sur l'avenir plutôt que sur le moment présent. Alors oui, les mecs de Lagos vont sortir de leur poule, mais ils n'iront pas plus loin. L'équipe manque cruellement de patrons et de talents défensifs pour tenir la route sur une compétition. Le Nigeria, c'est un peu le Raymond Poulidor d'Afrique. Toujours placé, jamais gagnant. Pis, ils sont constants dans leur ratés. C'est con, ça perd en spontanéité...

Le onze type :

Enyeama (Maccabi Tel Aviv/ISR) - Oboabona (Sunshine Stars) - Yobo (Fenerbahçe/TUR) - Ambrose (Celtic/ECO) - Echiéjilé (FC Braga/POR) - Obi Mikel (Chelsea/ANG) - Igiebor (Real Betis/ESP) - Moses Victor Moses (Chelsea/ANG) - Emenike (Spartak Moscow/RUS) - Musa (CSKA Moscow/RUS).

Le type à suivre…

Emmanuel Emenike. Nigeria, Afrique du Sud, Turquie, Russie. À 25 ans, la carrière de l'avant-centre du Nigeria ressemble à une succession de participation à Pekin Express. Par contre, le mec ne gagne jamais le jeu. C'est ballot. Après les promesses, voici venu le temps de la confirmation. En quatre matchs de Ligue des champions avec le Spartak cette saison, le buffle s'est bien montré : 2 buts, 2 passes décisives. Beau gosse. On commence à parler de lui un peu partout. Prototype même de l'avant-centre des Super Eagles (à savoir véloce, efficace et puissant, un peu à l'image de Daniel Amokachi), Emmanuel est un mec à (re)découvrir. Si tout se passe bien, avec Musa et Moses, le trio devrait dynamiter toutes les défenses africaines en quatre accélérations. Un mec que Moscou peut revendre en fin de saison avec une belle plus-value (il a déjà coûté 10 millions d'euros durant l'été 2012). Avec moins de dix sélections au compteur, Emenike aimerait bien s'inscrire dans la durée. Ça tombe bien, le type a déjà mis la concurrence dans le dur.

La banane…

Vincent Enyeama. On est sévère, on le sait. Vincent est sûrement l'un des meilleurs gardiens africains (qui a dit le seul ?) mais il a raté son passage en Europe et notamment au LOSC où il pensait bouter Landreau hors des bois, alors qu'il n'en a rien été. Après une saison blanche à Lille, le type est retourné en Israël où il avait déjà évolué pendant six ans. Un retour au source en quelque sorte. Pour autant, difficile d'occulter son raté français. Certes, on lui avait promis du temps de jeu et il s'est fait enfumer dans le Nord, mais ça n'explique pas tout. Le portier n'était pas fait pour les championnats européens de premier plan. En sélection, il a fait le métier (début avec l'équipe nationale à 20 ans) sans pour autant remporter la moindre breloque. Chat noir.

Le portrait-robot :

50% Dr Alban (Sing Hallelujah),

10% Chiwetel Ejiofor (Actors studio),

20% Francis Obikwelu (Viens le chercher sur 100 mètres),

10% de délit capillaire assorti au maillot (Jurisprudence Taribo West)

10% Jay-Jay Okocha (Démolition Man).

Le dicton local :


« La hauteur de l'herbe n'empêche pas les pintades de se rencontrer. » Message caché.

La minute zoologie :

Pourquoi les Super Aigles ? L'emblème national principal du Nigeria est un aigle (symbole de la force) et comme les footballeurs sont super forts, on parle de Super Aigles. Ouais, ils ne se sont pas foulés...

La banderole du supporter :

« Aigle-toi et le ciel t'aidera. »

L’hymne officieux…

Where Eagles Dare, Iron Maiden

Vidéo


par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27