Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Finale
  3. // Nice-Nantes (0-1)

Pallois et l’ordre

Il a fait le match de sa vie à 34 berges, terminé le nez cassé et éteint l'armada niçoise pour inscrire une superbe ligne à son palmarès en ramenant un trophée inespéré dans sa ville d'adoption : l'unique Nicolas Pallois était en mission, ce samedi soir devant la France du foot.

Modififié
Il y a eu la découverte du stade de France, cet avant-match toujours spécial, ces 90 minutes de bison, l'explosion sur le but de Ludovic Blas, la fin de rencontre avec une cloison nasale en vrac, la libération à 22h53 et l'apogée d'une carrière, breloque autour du cou en communion avec le peuple jaune et vert. Mais l'image que Nicolas Pallois conservera le plus dans son petit cœur d'artichaut, c'est peut-être cette enceinte dionysienne aux deux tiers nantaise chantant avec émotion à la gloire de son pote Emiliano Sala (à la traditionnelle neuvième minute, mais surtout de nouveau quelques instants après le coup de sifflet final), trois ans et demi après ce que tout le monde sait. C'est sans doute aussi pour lui, intérieurement, que le stoppeur nantais s'était levé ce samedi matin avec la ferme intention de faire de Kasper Dolberg son dîner et de rendre un peu de ses lettres de noblesse à un Football Club de Nantes depuis trop longtemps sous Xanax.

Douze ans après Quevilly

Révélé par la première épopée de l'US Quevilly en Coupe de France (Pacy-sur-Eure, Angers, Rennes, Boulogne-sur-Mer avant une défaite contre le PSG en quarts) à une époque où quelques cheveux amortissaient encore l'impact de ses coups de casque (2009-2010), le défenseur aura attendu douze ans pour boucler la boucle et soulever ce trophée avec une autre équipe jaune dont il est rapidement devenu le brigadier-chef après son arrivée en 2017. L'ancien Bordelais aura 35 ans dans quatre mois et sait désormais que quand viendra l'heure de partir (de Nantes, et de ce football pro dont il n'est jamais vraiment entré dans le moule), il le fera l'esprit tranquille. Quand les enfants de la génération 2020 - et les suivants - désireux d'en apprendre davantage sur l'histoire de France demanderont ce qu'était Nicolas Pallois, il suffira de leur montrer les 90 minutes réalisées par le buffle d'Elbeuf ce 8 mai à Saint-Denis.



Dans les travées du stade ou à Nantes sur le cours Saint-Pierre et la place du Bouffay, on a rapidement compris que le numéro 4, short relevé comme à son habitude, mais aussi strapé sur la cuisse gauche, était dans un de ces soirs où il vaut mieux ne pas être attaquant adverse. Jaillissant dans les pieds azuréens et coupant les offensives des Aiglons avec une sérénité folle, le central nantais a fait son show et semblait intouchable, comme s'il avait attendu toute sa carrière de prendre la lumière du Stade de France. Surtout que son compère Andrei Girotto - auteur d'un sauvetage sur sa ligne, à la 71e - s'est aussi mis au diapason. Comme si le tableau n'était pas assez homérique, son coéquipier maladroit Samuel Moutoussamy lui a cassé le nez en fin de partie sur un coup de coude malheureux, rajoutant du légendaire à cette soirée historique. « C'est magnifique, ça fait vingt ans que les supporters attendent ça, je pense que tout le monde a pris du plaisir, a lâché après le match le meilleur Canari de la partie, avec Randal Kolo Muani. Même sur le terrain, il y a une super ambiance. » Dix-huit ans après la panenka ratée en finale de Coupe de la Ligue contre Sochaux, Nantes tient sa revanche. Et c'est toute la famille Landreau qui peut remercier Nicolas Pallois.



Nantes, chez lui à Saint-Denis


Par Jérémie Baron, à Saint-Denis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kombouaré, Pallois, Coupe et Stade de France : Ici, c'est Nantes !






Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi
Hier à 18:00 Live twitch : célébrations mythiques et montées/descentes Hier à 07:04 Bonus FDJ de 10€ avec le code promo RDJ10 2
Hier à 12:09 Le FC Fontenay-le-Fleury rend hommage aux femmes qui ont marqué l'histoire 15
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine