Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // Marseille/Nice (0-1)

Nice met une troisième baffe à l'OM

Pour la troisième fois de la saison, Nice a battu l'OM (1-0). Le tout sans forcer. Un seul petit coup franc d'Eysseric aura suffi, face à des Marseillais nettement dominateurs, mais beaucoup trop brouillons et désorganisés.

Modififié

OM - Nice
(0-1)
V. Eysseric (64') pour Nice.


Les semaines se suivent, et le sentiment reste le même sur le boulevard Michelet. Les supporters de l'OM le sentent, cette équipe a du potentiel. Des joueurs de qualité. Un effectif qui devrait lui permettre de rivaliser avec Monaco, plutôt que de se faire semer par Lille et Saint-Étienne. Mais un navire sans commandant est destiné à naviguer en eaux troubles. José Anigo teste chaque semaine quelque chose de différent. Mendy, Imbula, Lemina ont visiblement été recrutés pour pouvoir discuter ensemble sur le banc de touche des mauvaises performances de Morel et Cheyrou. Privé de Gignac pour recevoir des Niçois en difficulté, le « remplaçant » de Baup a d'abord décidé de jouer sans vraie pointe, avant de se raviser au moment de la blessure d'Ayew, en première période. Fatigué, Valbuena a quand même disputé toute la partie. Il ne fallait pas plus d'incohérences à Puel et à ses hommes, pourtant pas flamboyants, pour décrocher leur troisième victoire de la saison face à l'OM. Et pour prendre de l'air avec la zone rouge.

José Guardiola

Maître José lance donc un onze barcelonesque. Sans numéro 9. Avec tantôt Thauvin, tantôt Valbuena dans le rôle de Fàbregas. Un énième schéma qui, s'il laisse envisager le flou total qui règne dans le cerveau d'Anigo, a le mérite de nous offrir du spectacle. Les Marseillais attaquent à tout va. Bim, Thauvin, bam, Payet, boum, Ayew. Fusillé, Ospina repousse tir sur tir. Acculés, les Niçois répliquent comme ils peuvent : un cadeau de Dédé Ayew pour Cvitanich, une demi-volée de Pied. Sans dégât pour captain Mandanda. Le retour au milieu de l'indéboulonnable fils d'Abedi, pourtant pas spécialement performant (mais inégalable dans sa capacité à tout exagérer et à se mettre les bonnes personnes dans la poche), semble avoir condamné pour de bon la paire Imbula-Lemina. Bienvenue à l'OM, gamins. Après de longues minutes de souffrance, la bande à Puel ferme les vannes derrière. Finis, les ballons dans le dos. Thauvin passe alors la seconde et tente l'option raids solitaires. Pas mieux. Double A est touché à la cheville, puis au crâne. Imbula s'échauffe, mais c'est Khalifa qui entre. Cool, un nouveau changement tactique.

Le bon coup niçois

Payet, clairement le Marseillais le plus en forme de ces dernières semaines, recule donc d'un cran. Puel y va lui aussi de son changement, avec Bruls à la place de Pied dans le couloir droit. L'OM reprend sa marche en avant. Thauvin continue avec ses feintes de tir et ses dribbles de trop, Morel change de rôle et cale un petit pont, avant d'envoyer son centre en touche. Ce n'est pas mal, mais ce n'est pas bien non plus. D'autant que Nice n'est pas dangereux. Jusqu'à ce que sur ce coup franc aux 20m joliment enroulé par Eysseric, le mur bleu et blanc oublie de sauter (66e). Ça fait 1-0. Tiens, voilà Imbula, à la place d'un Cheyrou qui, force est de le constater, n'a encore servi à rien ce soir. Pour sortir les siens de cette situation, Payet accélère et offre un caviar à Khalifa, pour qui ça va beaucoup trop vite. Thauvin et son étoile sur la nuque, lui, feinte, feinte, feinte, puis tire, juste à côté. C'est insuffisant. L'OM ne méritait peut-être pas de perdre, mais il paye son manque de fil conducteur. Le LOSC et les Verts ont une belle occasion de l'éloigner de la course à la C1.

par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié