Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Nice-OM (1-0, arrêté)

Nice-OM : tout ça pour ça ?

Les sanctions tant attendues après le match Nice-Marseille, interrompu à la suite d'un envahissement du terrain par des supporters niçois et les bagarres qui ont suivi, sont donc enfin tombées. Tout le monde n’avait eu de cesse de signifier la gravité de l’événement, la nécessité de frapper un grand coup. Bref, il y avait péril en la demeure de la Ligue 1. Finalement, rien de neuf ou si peu.

Modififié
C’était bien la peine d’en perdre le sommeil. De tenir l’antenne aussi tard. De multiplier les débats ou les prises de position dans la presse. De hurler avec les loups ou de deviner à l’horizon une grave menace sur la Ligue 1. Sans parler de la ministre des Sports Roxana Maracineanu qui évoquait le franchissement d’une « ligne rouge » . Sans compter les traditionnels relents du tout-sécuritaire envers les supporters. Le foot français aurait presque vécu son 6 février 1934, il fallait le sauver, réagir, se mobiliser...

Le catastrophisme ambiant qui a suivi ce match, comme s’il n’avait jamais existé de précédents à Bastia ou à Lille, nous laissait penser que les décisions de la commission de discipline de la LFP, qui a pris le temps de se pencher sur le dossier, marquerait une étape cruciale dans la gestion de ce type de crise, qu’on adhère ou pas à ses choix. Son président, Sébastien Deneux, affirme même que ce fut bel et bien le cas et que les punitions sont « à la hauteur de la gravité des incidents qui ont eu un retentissement absolument exceptionnel et qui concernent, tout de même, une atteinte caractérisée à l'intégrité physique des joueurs de football, ce qui est évidemment totalement inacceptable. »

Incompréhensible


Sauf que... On a surtout l’impression d’une routine administrative ou l'intérêt supérieur demeure celui du show, qui must go on comme toujours. Match à rejouer entièrement (qui forcément attirera l’attention et l’audience). Nice qui perd un point au classement, prend trois huis clos, dont un déjà joué. Pan : sur le bec du Gym qui n’a pas su préserver le produit phare du match du dimanche soir. Petite tape sur les Marseillais, y compris Dimitri Payet, pour n’avoir pas su tenir leur nerfs, car Amazon n’a pas payé pour ce type de soirée. Pour le reste, le championnat a repris, et tout le monde n'attend plus que la venue de Messi dans son stade. Au point qu'aujourd’hui, plus personne n’y comprend rien. Les éditos dans L’Équipe ou ailleurs témoignent de ce désarroi. C’était pourtant promis, il y avait des vilains et ils devaient être punis fermement. À la place, c'est une affaire de famille qui a été réglée en haussant un peu la voix.


De fait, on aurait aimé qu'à l'occasion de ce jugement des conséquences plus vastes soient établies, au-delà de pointer quel club porte la plus lourde responsabilité, au lieu de renvoyer dos à dos celui chez qui le match ne pouvait concrètement plus se dérouler et celui qui n'a pas voulu le reprendre. Un tel jugement aurait dû s'accompagner a minima de recommandations. Par exemple ne plus laisser l'arbitre seul à face à ce genre de décision et la LFP assumer ses responsabilités en direct, via ses délégués par exemple, au lieu de se réfugier derrière le préfet ou les déclarations du président du club recevant. À revoir aux prochains débordements ?

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 16:47 Pour Wenger, le projet d’un mondial tous les deux ans « est tout sauf une motivation financière » 46